Catholic.net International English Espanol Deutsh Italiano Slovensko
 - 25 octobre 2020 - Saint Crepin
Date : jeudi 2 février 2006 | Lire l'Evangile dans son contexte
La m餩tation

 

Les méditations

La Présentation au Temple

Saint Luc 2, 22-40

Quand arriva le jour fixé par la loi de Moïse pour la purification, les parents de Jésus le portèrent à Jérusalem pour le présenter au Seigneur, selon ce qui est écrit dans la Loi : Tout premier-né de sexe masculin sera consacré au Seigneur. Ils venaient aussi présenter en offrande le sacrifice prescrit par la loi du Seigneur : un couple de tourterelles ou deux petites colombes. Or, il y avait à Jérusalem un homme appelé Syméon. C’était un homme juste et religieux, qui attendait la Consolation d’Israël, et l’Esprit Saint était sur lui. L’Esprit lui avait révélé qu’il ne verrait pas la mort avant d’avoir vu le Messie du Seigneur. Poussé par l’Esprit, Syméon vint au Temple. Les parents y entraient avec l’enfant Jésus pour accomplir les rites de la Loi qui le concernaient. Syméon prit l’enfant dans ses bras, et il bénit Dieu en disant : « Maintenant, ô Maître, tu peux laisser ton serviteur s’en aller dans la paix, selon ta parole. Car mes yeux ont vu ton salut, que tu as préparé à la face de tous les peuples : lumière pour éclairer les nations païennes, et gloire d’Israël ton peuple. » Le père et la mère de l’enfant s’étonnaient de ce qu’on disait de lui. Syméon les bénit, puis il dit à Marie sa mère : « Vois, ton fils qui est là provoquera la chute et le relèvement de beaucoup en Israël. Il sera un signe de division. - Et toi-même, ton coeur sera transpercé par une épée. - Ainsi seront dévoilées les pensées secrètes d’un grand nombre. » Il y avait là une femme qui était prophète, Anne, fille de Phanuel, de la tribu d’Aser. Demeurée veuve après sept ans de mariage, elle avait atteint l’âge de quatre-vingt-quatre ans. Elle ne s’éloignait pas du Temple, servant Dieu jour et nuit dans le jeûne et la prière. S’approchant d’eux à ce moment, elle proclamait les louanges de Dieu et parlait de l’enfant à tous ceux qui attendaient la délivrance de Jérusalem. Lorsqu’ils eurent accompli tout ce que prescrivait la loi du Seigneur, ils retournèrent en Galilée, dans leur ville de Nazareth. L’enfant grandissait et se fortifiait, tout rempli de sagesse, et la grâce de Dieu était sur lui.

Prière d’introduction Jésus, je te rends grâce pour ce moment de prière. Je me place humblement devant toi, reconnaissant ta grandeur et ton amour pour moi. Pardonne-moi pour toutes les occasions où j’ai choisi le monde au lieu de te choisir, toi. Donne-moi la grâce de t’aimer plus aujourd’hui : que mon seul espoir soit en toi.

Demande Marie, obtiens-moi la grâce de choisir le Christ et sa croix.

Points de réflexion

1. Un signe de contradiction. Le prophète Siméon prononce des paroles étonnantes au sujet de l’enfant Jésus. A travers elles, Marie et Joseph découvrent que Jésus est le Messie tant attendu par les juifs, ainsi que la lumière et le salut pour les Gentils. Cependant, Siméon prédit également le paradoxe de l’évangile : l’humanité aura la vie, mais seulement par la mort. C’est une annonce de la croix. Marie fait partie de ce mystère. En fait, Siméon prophétise qu’elle participera à l’agonie de la croix : " Et toi-même, ton coeur sera transpercé par une épée. - Ainsi seront dévoilées les pensées secrètes d’un grand nombre." L’amour de Jésus pour sa mère est infini, néanmoins il ne lui a pas épargné la souffrance. Voilà le grand mystère : pour un chrétien, l’amour et la souffrance vont main dans la main. Il n’y a pas d’amour vrai sans souffrance.

2. La sagesse de Dieu. Un chrétien peut trouver beaucoup de raisons pour expliquer sa foi. Cependant, le message du Christ ne se comprend pas toujours sur un plan purement logique. Il est impossible de réduire le message du Christ à ce qui me semble juste ou raisonnable. Par exemple : pourquoi est-ce que le Christ et l’Eglise défendent la permanence du mariage même lorsque le couple a perdu tout "sentiment" l’un pour l’autre ou lors qu’ils ont découvert que leurs personnalités ne s’accordaient pas ? Pourquoi est-ce qu’un chrétien doit être honnête et respectueux des lois, au détriment de ses affaires, alors que d’autres ne respectent pas l’éthique ? Nous avons tous entendu le raisonnement : "si Dieu est bon, sûrement il ne veut pas que nous souffrions." Justement, la sagesse de Dieu contredit la sagesse du monde. Saint Paul affirme : " le langage de la croix est folie pour ceux qui vont vers leur perte, mais pour ceux qui vont vers leur salut, pour nous, il est puissance de Dieu ... Alors que les Juifs réclament les signes du Messie, et que le monde grec recherche une sagesse, nous, nous proclamons un Messie crucifié, scandale pour les Juifs, folie pour les peuples païens. Mais pour ceux que Dieu appelle, qu’ils soient Juifs ou Grecs, ce Messie est puissance de Dieu et sagesse de Dieu. Car la folie de Dieu est plus sage que l’homme, et la faiblesse de Dieu est plus forte que l’homme. "(Corinthiens 1 1,18 ; 22-25).

3. Croire en la puissance de la Croix. Il n’y a pas de contradiction entre le bonheur et la souffrance. Cette réalité n’est compréhensible qu’à la lumière du Christ. Souffrir pour défendre la justice, préserver la fidélité, rester honnête, pour venir en aide à un proche ou pour croire en Jésus-Christ, - ceci est la source du bonheur véritable et durable. Souffrir par amour nous garantit non seulement le bonheur au ciel pour l’éternité, mais le bonheur dès ici-bas. "Il faut croire à la croix, croire et avoir confiance en son pouvoir puisque c’est en elle que le Christ nous a tout mérité. Mais c’est une chose difficile aujourd’hui aussi. L’homme, dans son orgueil, se refuse encore à croire à la croix, et, pour croire, l’homme recommence à injurier le Christ, comme le vendredi saint, disant qu’il ne croira en Lui que s’Il descend de la croix. Si le Christ était le progrès, la technique, le bien-être, le divertissement, selon l’esprit du monde... nous croirions facilement en Lui et L’accepterions. Mais il est la croix... Et par là, comme il y a vingt siècles, le Christ et son Evangile continuent à être la pierre de scandale et de contradiction contre laquelle, nous les hommes, nous achoppons et nous nous divisons, celle qui sert à édifier ou à détruire, celle qui donne son fondement et son assurance à notre existence ou celle qui nous détruit dans notre orgueil. "(Lettre du Père Marcial Maciel,L.C. du 26 mars, 1975). Nous découvrons la pleine signification de nos vies en portant notre croix personnelle par fidélité au Christ.

Dialogue avec le Christ Seigneur Jésus, aide-moi à croire en la puissance de ta croix. Je cherche naturellement à éviter les croix que tu permets dans ma vie. Donne-moi la force de ton amour, l’amour que tu as montré pour moi, en te laissant cloué à la croix pour mes péchés. En portant ma croix personnelle, je veux être un témoin persuasif de ta vérité et de ton amour. Marie, ma mère, quand mes croix deviennent lourdes, aide-moi à regarder vers toi pour voir comment tu as partagé la croix du Christ. Ne me permets jamais de m’apitoyer sur mon sort.

Résolution Quand être fidèle à Dieu me coûtera, je ne rejetterai pas la croix, mais je la porterai en union avec le Christ.



Cette méditation a été écrite par



Accueil | Version Mobile | Faire un don | Contact | Qui sommes nous ? | Plan du site | Information légales