Catholic.net International English Espanol Deutsh Italiano Slovensko
 - 6 décembre 2019 - Saint Nicolas
Date : samedi 12 mai 2007 | Lire l'Evangile dans son contexte
La m餩tation

 

Les méditations

A cause de mon nom

Saint Jean 15, 18-21

A l’heure où Jésus passait de ce monde à son Père, il disait à ses disciples : « Si le monde a de la haine contre vous, sachez qu’il en a eu d’abord contre moi. Si vous apparteniez au monde, le monde vous aimerait, car vous seriez à lui. Mais vous n’appartenez pas au monde, puisque je vous ai choisis en vous prenant dans le monde ; voilà pourquoi le monde a de la haine contre vous. Rappelez-vous la parole que je vous ai dite : Le serviteur n’est pas plus grand que son maître. Si l’on m’a persécuté, on vous persécutera, vous aussi. Si l’on a observé ma parole, on observera aussi la vôtre. Les gens vous traiteront ainsi à cause de moi, parce qu’ils ne connaissent pas celui qui m’a envoyé. »

Prière d’introduction Seigneur Jésus, je crois en toi ; je crois que tu m’as appelé à ne pas être du monde. Je sais que j’expérimenterai les mêmes difficultés que toi. Mais je sais que tu seras avec moi pour guider mes paroles et renforcer mon esprit. Je t’aime, Seigneur, et je veux t’aimer plus, en conservant ma joie et mon moral même au milieu des épreuves et du rejet.

Demande J’accepte ta croix, ô Seigneur.

Points de réflexion

1. Appartenir au Christ. « Si vous étiez du monde... » Là, il est impliqué que nous appartenons au Christ (Marc 9, 41 ; Rom. 1, 6). « Les hommes t’appartiennent et tu me les as donnés » (Jn. 17, 6) dit Jésus au Père. Il nous a rachetés par son sang. Ainsi nous pouvons quand même appeler Dieu : « notre Père », bien que nous ayons perdu notre statut de fils, à cause du péché. Nous appartenons à celui qui a des droits sur nous. En amour, le bien aimé appartient en un certain sens à celui qui l’aime. Appartenir au monde signifie : voir, penser et désirer comme le veut le monde. Jésus appelle cet état : de « l’esclavage ». « Celui qui commet le péché est esclave du péché » (Jn. 8, 34). Ainsi, appartenir au Christ est la liberté. Dans le Christ, nous sommes libres d’aimer Dieu et les autres, d’atteindre la perfection en vivant sa vie, ici-bas et à jamais au ciel. « Pour vous c’est bien une vocation de liberté que vous avez reçue. Seulement, ne faites pas de cette liberté un prétexte pour assouvir la chair ; faites vous, au contraire, par la charité, les serviteurs les uns des autres (Gal 5, 13) Est-ce que je vis comme celui qui appartient au Christ ? Comment est-ce que je contrôle et me libère de ce qui, dans le monde, essaie de dominer mon cœur et mon esprit ? (Gal 5, 24)

2. Choisis à part. Tout le monde apprécie d’être aimé. Nous aussi nous aimerions nous sentir à l’aise dans le monde, sans avoir à se poser de questions ou à nous sentir différents des autres. Pourtant nous ne serons jamais d’un monde qui est étranger ou cherche à remplacer Dieu. Nous avons été choisis. Dieu a décidé de nous libérer de l’esclavage et des déceptions du monde. Quel honneur et quelle preuve de son amour ! Au lieu de me plaindre et d’essayer de trouver une place dans un monde sans Dieu, je devrais le remercier. Je devrais montrer ma gratitude en montrant aux autres le chemin pour quitter l’ombre du monde, vers la merveilleuse lumière du Christ. Je suis choisi en dehors du monde, seulement parce que je suis choisi parle Christ : pour être à lui, maintenant et à jamais. Avec quelle fréquence est-ce que je remercie et loue Dieu de m’avoir ainsi montré sa prédilection ?

3. Ils vous persécuteront aussi. Dans quelle mesure suis-je persécuté ? Jésus dit ici : « si on vous persécute ». Il a même promis la persécution (Mt. 24, 19). Il a même placé cette promesse parmi les récompenses, pour ceux qui auraient quitté maison et famille pour le suivre (Marc 10, 30). Les combattants montrent leurs cicatrices avec fierté et honneur. Pourtant, nous qui nous battons pour le Christ, nous évitons si souvent les coups de la persécution. Il est tellement plus facile de cacher ma foi, de taire la vérité ou de retenir ma charité. Si l’expérience de la persécution sous toutes ses formes était la mesure de mon amour pour le Christ, quel serait mon amour pour lui ? Si je ne subis aucune persécution, n’ai-je pas besoin de me montrer plus hardi et généreux dans ma façon de vivre ma foi ?

Dialogue avec le Christ Seigneur, donne-moi le courage d’embrasser les difficultés et persécutions en ton nom. Aide-moi à le percevoir comme un signe de ton amour. Que mes souffrances soient un honneur, comme elles le furent pour tes amis, les Apôtres. Purifie-moi de tout ce qui n’est pas saint, spécialement des influences subtiles du monde.

Résolution Je remercierai Dieu la prochaine fois que je serai confronté à la persécution ou que je me sentirai mal à l’aise à cause de ma foi.



Cette méditation a été écrite par



Accueil | Version Mobile | Faire un don | Contact | Qui sommes nous ? | Plan du site | Information légales