Catholic.net International English Espanol Deutsh Italiano Slovensko
 - 9 décembre 2019 - Saint Pierre Fourier
Date : lundi 10 septembre 2007 | Lire l'Evangile dans son contexte
La m餩tation

 

Les méditations

La lettre et l’esprit

Saint Luc 6, 6-11

Un autre jour de sabbat, Jésus était entré dans la synagogue et enseignait. Il y avait là un homme dont la main droite était paralysée. Les scribes et les pharisiens observaient Jésus afin de voir s’il ferait une guérison le jour du sabbat ; ils auraient ainsi un motif pour l’accuser. Mais il connaissait leurs pensées, et il dit à l’homme qui avait la main paralysée : « Lève-toi, et reste debout devant tout le monde. » L’homme se leva et se tint debout. Jésus leur dit : « Je vous le demande : Est-il permis, le jour du sabbat, de faire le bien, ou de faire le mal ? de sauver une vie, ou de la perdre ? » Alors, promenant son regard sur eux tous, il dit à l’homme : « Étends ta main. » Il le fit, et sa main redevint normale. Quant à eux, ils furent remplis de fureur et ils discutaient entre eux sur ce qu’ils allaient faire à Jésus.

Prière d’introduction Seigneur, de nouveau je viens vers toi pour te prier de m’apprendre à grandir en sainteté. Tu sais bien combien j’ai besoin de ta grâce pour vivre selon ta volonté. Ouvres mon coeur et rends-le désireux d’accepter ton enseignement. Je ne veux pas être comme les scribes et les Pharisiens, imperméables à ta bonté, ne cherchant que le moyen de t’accuser. Aide-moi à approfondir la vérité qui est dans tes paroles et dans tes actions. Tu sais que mon raisonnement est si souvent voilé par une fausse logique et des critères erronés. Aide-moi à voir clairement ce que tu veux.

Demande Seigneur, fais que toutes mes décisions soient conformes à ta volonté.

Points de réflexion

1. Du point de vue des scribes et des Pharisiens. Les scribes et les Pharisiens voyaient tout par rapport au cadre de la loi. C’était la loi de Moïse qui était leur critère pour faire un jugement moral, pour décider ce qui était bien et ce qui ne l’était pas. En soi, ce n’était pas mauvais puisque c’est Dieu qui leur avait donné la loi et c’était une bonne chose que de s’y conformer. Toutefois, il y avait quelque chose qui manquait dans leur raisonnement. Il y a de la perversité dans leur pensée, pendant qu’ils observent ce que fera Jésus, le jour du Sabbat, pour cet homme dont la main est paralysée.

2. Du point de vue de Jésus. Jésus remet la loi de Moïse dans sa véritable perspective. « Je vous demande s’il est permis le jour du Sabbat de faire le bien ou de faire le mal, de sauver une vie ou de la perdre. » La loi n’est pas donnée comme une fin en soi mais dans le but de faire le bien, de sauver une vie. Le but ultime est donc de faire le bien. Le principe négatif qui interdit le travail le jour du Sabbat n’est pas là pour limiter le bien mais pour glorifier Dieu. Dieu est glorifié quand on fait le bien aux malades et aux infirmes. Quand la loi est considérée sous son angle véritable, les actions de Jésus deviennent des occasions de rendre une plus grande gloire à Dieu.

3. La pureté d’intention. Les scribes et les Pharisiens surveillaient Jésus afin de lui tendre un piège et ainsi d’avoir un motif d’accusation. En suivant la loi, leur intention n’était pas pure. Leur but n’était pas de glorifier Dieu mais de trouver une faille dans l’agissement de leur ennemi. Quand notre intention n’est pas pure, on trouve toujours moyen de contourner la vérité, de pervertir le bien, de façon à ce qu’il nous serve. Nous sommes alors aveuglés par notre intention impure et notre cécité nous conduira à rejeter ce qui est bien et à nous conduire comme les scribes et les Pharisiens qui s’insurgent devant l’action charitable de Jésus.

Dialogue avec le Christ Seigneur, tu sais combien de fois mes intentions ne sont pas pures, combien de fois je déforme la vérité pour la rendre conforme à mes vues. Accorde-moi la grâce de voir le monde et les événements de ma vie avec un coeur pur, un coeur qui n’est pas obscurci par l’égoïsme, l’envie, la colère ou l’avarice. Aide-moi à considérer tous les « faire » et « ne pas faire » dans la perspective de ton amour. Ne permets pas que je me serve de ta loi dans un but égoïste pour condamner quelqu’un.

Résolution Aujourd’hui, j’examinerai attentivement mes intentions et je prendrai toutes décisions en me référant à l’enseignement et à l’exemple du Christ.



Cette méditation a été écrite par



Accueil | Version Mobile | Faire un don | Contact | Qui sommes nous ? | Plan du site | Information légales