Catholic.net International English Espanol Deutsh Italiano Slovensko
Vert - Férie 20 octobre 2014 - Sainte Adeline
Date : samedi 19 avril 2003 | Lire l'Evangile dans son contexte
La m餩tation

 

Les méditations

Samedi Saint

Saint Marc 16, 1-8

Le sabbat terminé, Marie Madeleine, Marie, mère de Jacques, et Salomé achetèrent des parfums pour aller embaumer le corps de Jésus. De grand matin, le premier jour de la semaine, elles se rendent au sépulcre au lever du soleil. Elles se disaient entre elles : « Qui nous roulera la pierre pour dégager l’entrée du tombeau ? » Au premier regard, elles s’aperçoivent qu’on a roulé la pierre, qui était pourtant très grande. En entrant dans le tombeau, elles virent, assis à droite, un jeune homme vêtu de blanc. Elles furent saisies de peur. Mais il leur dit : « N’ayez pas peur ! Vous cherchez Jésus de Nazareth, le Crucifié ? Il est ressuscité : il n’est pas ici. Voici l’endroit où on l’avait déposé. Et maintenant, allez dire à ses disciples et à Pierre : ’Il vous précède en Galilée. Là vous le verrez, comme il vous l’a dit.’ » Elles sortirent et s’enfuirent du tombeau, parce qu’elles étaient toutes tremblantes et hors d’elles-mêmes. Elles ne dirent rien à personne, car elles avaient peur.

Réflexion

- 1) Pendant le Vendredi Saint et la célébration de la Passion, nous avons vécu l’aspect le plus sacré et le plus mystérieux de notre foi. La foi que nous professons devient obscure, comme si un nuage dense tombé du ciel nous enveloppait. L’obscurité et le silence sont présents lors du repos du Fils de Dieu dans le sépulcre. Nous restons muets et immobiles devant la pierre scellée du tombeau. Toute la liturgie se fait silencieuse : on garde un deuil respectueux ; on ne célèbre ni messes ni sacrements (excepté celui de la réconciliation).

- 2) Tous, nous attendons. Mais nous ne sommes pas apeurés comme les disciples de Jésus l’ont été. Même si notre foi est mise à l’épreuve, nous savons qu’Il va ressusciter. Nous savons que la mort du Christ, bien que réelle, n’est que le passage à sa nouvelle Vie. Cette vie nouvelle du Christ est aussi prémice de la notre, de notre propre résurrection.

- 3) Pendant ces moments d’obscurité, accompagnons tout spécialement Marie, la Mère des Douleurs. Selon la tradition, elle sera la première à recevoir la visite consolatrice de son Fils, quand il ressuscite. Elle est notre mère, celle qui nous console dans toutes nos peines et tous nos doutes. Mettons dans ses mains maternelles tout notre espoir, notre joie, notre travail. Unissons-nous à elle en attendant que la lumière de Pâques illumine notre foi. Avec elle, gardons confiance que cette lumière intense nous comblera de la joie profonde et le bonheur immense que Dieu seul peut donner.

Prière

Marie, mère d’espérance et de consolation, je veux passer ces dernières heures d’attente de la résurrection de votre Fils avec vous. Quand les doutes m’assaillent, quand ceux qui m’entourent me méprisent, soyez ma consolation, ma force et mon soutien. Vous avez été un appui pour les apôtres désemparés et apeurés : comment ne le seriez-vous pas maintenant pour moi ? Mère d’espérance et d’amour, apprenez-moi à souffrir à vos côtés, afin de jouir plus tard de la joie de la résurrection de Jésus-Christ. Amen.

Résolution

Répéter la prière jaculatoire : « Seigneur, j’espère en Toi ; Seigneur, j’ai confiance en Toi. »





Accueil | Version Mobile | Faire un don | Contact | Qui sommes nous ? | Plan du site | Information légales