Catholic.net International English Espanol Deutsh Italiano Slovensko
 - 29 juin 2022 - Saint Pierre et Saint Paul
Date : vendredi 26 novembre 2004 | Lire l'Evangile dans son contexte
La m餩tation

 

Les méditations

S’accrocher à la parole de vie

Saint Luc 21, 29-33

Jésus parlait à ses disciples de sa venue. Il leur dit cette parabole : « Voyez le figuier et tous les autres arbres. Dès qu’ils bourgeonnent, vous n’avez qu’à les regarder pour savoir que l’été est déjà proche. De même, vous aussi, lorsque vous verrez arriver cela, sachez que le royaume de Dieu est proche. Amen, je vous le dis : cette génération ne passera pas sans que tout arrive. Le ciel et la terre passeront, mes paroles ne passeront pas. »

Prière d’introduction Seigneur Jésus, je crois que tu es vraiment présent dans le sacrement de l’Eucharistie. Je t’aime Seigneur, car tu te donnes entièrement à moi, par ton corps et par ton sang, dans le Saint Sacrement. Aide-moi à posséder entièrement ton Royaume.

Pétition Accorde-moi, Seigneur, une foi plus profonde et plus active en l’Eucharistie.

Points de réflexion

1. Lire les signes. Dès le début, les chrétiens avaient appris à déchiffrer les signes. Puisque le royaume de Dieu est une réalité invisible, il ne peut être perçu en ce monde que par des signes. La foi donne la signification à ces signes. Quand les choses de ce monde commenceront à disparaître, alors nous saurons que le royaume de Dieu est proche. Mais si nous n’avons pas la foi, ce royaume viendra alors que nous ne l’attendons pas et nous n’y serons pas préparés. Est-ce que j’apprends à lire les signes ? Est-ce que je suis attentif aux signes dans l’eucharistie ?

Pendant la célébration eucharistique, les bougies nous rappellent de nous approcher avec foi. Le rite pénitentiel rappelle notre faiblesse et la nécessité de la miséricorde de Dieu. Les lectures nous indiquent qu’écouter la parole de Dieu nous fera connaître sa volonté. Les offrandes représentent notre vie et notre travail — en bref, nous- mêmes — que nous offrons à Dieu pour qu’il les bénisse, les sanctifie et les unisse au sacrifice de Jésus. La prière Eucharistique rend grâce pour toutes les bénédictions de Dieu, particulièrement pour la foi et le salut. La consécration du pain et du vin signifie l’Incarnation du Fils de Dieu qui entre dans notre monde pour partager nos vies, mais plus particulièrement pour souffrir, mourir et ressusciter afin de nous sauver. À ce moment de la messe, il y a quelque chose de plus : ce qui est signifié est également rendu présent en réalité : " La Messe rend présent le sacrifice de la Croix " (Ecclesia de Eucharistia, 13). Non seulement son action salvatrice est rendue actuelle mais lui-même le devient également : " une présence substantielle par laquelle le Christ, Homme-Dieu, se rend présent tout entier " (EE, 15). L’acclamation Eucharistique, qui suit la consécration, symbolise également notre foi en la présence " le mystère de la résurrection, dans lequel le sacrifice trouve son couronnement. " (EE, 14). En conclusion, notre union avec Dieu, l’objectif final de notre vie et la raison d’être de son sacrifice, est signifiée et réalisée dans l’Eucharistie, " un avant- goût de la plénitude de joie promise par le Christ " (EE, 18).

2. "Cette génération ne passera pas. " Les paroles du Seigneur se sont réalisées pendant la vie de ses disciples avec la chute de Jérusalem en l’année 70. De même, dans la vie de chaque chrétien, le royaume des réalités matérielles passe, parfois très vite, et parfois lentement. Ce qui reste est la vie intérieure et le degré d’établissement du royaume de Dieu dans notre âme. Ce qui reste est ce que nous aurons accompli pour Dieu et pour les autres, principalement par les vertus de la foi, de l’espérance et de la charité. Le Royaume de Dieu s’établit dans nos cœurs d’homme. Comment une telle merveille peut-elle se réaliser dans nos cœurs si faibles ? Le Royaume s’y établit si nous suivons le chemin de la croix — avec le Christ, étape par étape, pas à pas, avec chaque décision de foi et d’amour. " si le grain de blé qui est tombé en terre ne meurt, il reste seul ; mais, s’il meurt, il porte beaucoup de fruit. " (Jean 12, 24).

3. " Mes paroles ne passeront pas. " Tout passe sauf la parole de Dieu. Tout ce à quoi nous nous accrochons, s’il est de ce monde, disparaîtra. Le dépouillement de la personne au seuil de la mort de tout ce qu’il a — sa famille, sa maison, sa santé, sa liberté pour se déplacer et sa raison - en témoigne. Notre seule possession éternelle est notre relation avec celui qui est "le chemin, la vérité et la vie." Quand tout aura disparu, ses paroles, sa promesse et son amour continueront à vivre en nous.

Même avant de quitter ce monde, les paroles du Christ sont d’actualité. "Celui qui mange ma chair et qui boit mon sang a la vie éternelle ; et je le ressusciterai au dernier jour."(Jean 6,54). Jusqu’à quel point est-ce que je choisis les réalités éternelles ? Est-ce que j’ai fait le choix radical de suivre le Christ ? Est-ce que ce choix influence ma manière de vivre ?

Dialogue avec le Christ Seigneur, ouvre mes yeux à la foi en ta présence dans ma vie, surtout à cette présence qui est la plus réelle, pleine et constante : le don de ton corps et de ton sang dans le sacrifice de la messe.Augmente ma foi de sorte que je te cherche et te trouve dans ce sacrement. Que la plénitude de ta présence m’aide à me détacher de tout ce qui s’attache démesurément à mon cœur. Je veux te chercher et te trouver chaque jour avec plus de foi et d’amour.

Résolution Je passerai 15 à 30 minutes devant l’Eucharistie en passant en revue la signification de chaque élément de la liturgie en préparation pour la messe de dimanche.



Cette méditation a été écrite par



Accueil | Version Mobile | Faire un don | Contact | Qui sommes nous ? | Plan du site | Information légales