Catholic.net International English Espanol Deutsh Italiano Slovensko
 - 4 juillet 2022 - Saint Berthe
Date : vendredi 22 juillet 2005 | Lire l'Evangile dans son contexte
La m餩tation

 

Les méditations

L’amour n’a pas de frontières

Saint Jean 20,1-2 ;11-18

Le premier jour de la semaine, Marie Madeleine se rend au tombeau de grand matin, alors qu’il fait encore sombre. Elle voit que la pierre a été enlevée du tombeau. Marie Madeleine restait là dehors, à pleurer devant le tombeau. Elle se penche vers l’intérieur, tout en larmes, et, à l’endroit où le corps de Jésus avait été déposé, elle aperçoit deux anges vêtus de blanc, assis l’un à la tête et l’autre aux pieds. Ils lui demandent : « Femme, pourquoi pleures-tu ? » Elle leur répond : « On a enlevé le Seigneur mon Maître, et je ne sais pas où on l’a mis. » Tout en disant cela, elle se retourne et aperçoit Jésus qui était là, mais elle ne savait pas que c’était Jésus. Jésus lui demande : « Femme, pourquoi pleures-tu ? Qui cherches-tu ? » Le prenant pour le gardien, elle lui répond : « Si c’est toi qui l’as emporté, dis-moi où tu l’as mis, et moi, j’irai le reprendre. » Jésus lui dit alors : « Marie ! » Elle se tourne vers lui et lui dit : « Rabbouni ! » ce qui veut dire : « Maître » dans la langue des Juifs. Jésus reprend : « Cesse de me tenir, je ne suis pas encore monté vers le Père. Va plutôt trouver mes frères pour leur dire que je monte vers mon Père et votre Père, vers mon Dieu et votre Dieu. » Marie Madeleine s’en va donc annoncer aux disciples : « J’ai vu le Seigneur, et voilà ce qu’il m’a dit. »

Prière d’introduction Seigneur, tu as gagné le coeur de tant d’hommes et de femmes depuis des milliers d’années. L’amour de Marie Madeleine pour toi me touche profondément. Comme je voudrais ressentir dans le fond de mon coeur l’amour que tu as pour moi !

Demande Esprit Saint, enflamme mon coeur d’un amour pour Jésus-Christ personnel, passionné, héroïque même.

Points de réflexion

1. L’amour appelle l’union. Marie ne pouvait plus supporter longtemps l’éloignement. Elle voulait être avec Jésus. Dès que possible, elle accourut à la tombe. Elle ne se souciait pas des obstacles. Peu lui importait que la pierre tombale soit trop lourde à bouger et qu’elle bloque l’accès. Peu lui importait de savoir qu’il y avait des soldats qui surveillait les alentours. Elle aimait et l’amour a des raisons que la raison ne connaît pas. Elle voulait être avec le Christ. Jésus lui était aussi vital que l’eau pour le corps. Pour elle, la vie éternelle c’était de connaître et d’aimer Jésus-Christ. Le véritable amour recherche ardemment le bien aimé. Si ce n’est pas ardemment qu’on cherche Jésus-Christ, c’est qu’on ne le connaît pas. Comment peut-on expliquer autrement l’amour fou qu’ont eu pour Jésus-Christ tant d’hommes et de femmes ? C’est qu’ils étaient radicalement unis à lui par l’amour.

2. Jésus nous connaît par notre nom. Jésus est vraiment le Bon Pasteur qui nous appelle par notre nom. Nous ne sommes pas des moucherons impersonnels perdus dans un espace vide et tournoyant vers le néant. Jésus connaît et aime non seulement l’humanité entière mais chacun de nous, individuellement. Marie Madeleine était une des personnes que Jésus aimait. D’un seul geste de sa toute-puissante miséricorde, il l’a retirée d’une vie entravée par le vice : elle était sauvée ! Quand on entend notre nom, on sait qu’on existe et quand Dieu prononce notre nom, c’est par amour. Son amour ne peut pas nous manquer car il a promis d’entrer en relation personnelle avec chacun de nous. Cet amour personnel que Dieu a pour nous suscite dans notre coeur un amour pour lui qui perdurera jusque dans l’éternité. « Je n’ai pas l’énergie physique de mes vingt ou trente ans,
mais je sens que, dans mon coeur, l’amour n’a pas diminué et
qu’il s’est même cristallisé et fortifié avec les années. Je ne
sais si je me sens jeune ou vieux. Ce que je veux maintenant,
c’est être fidèle à Jésus-Christ jusqu’à la mort en accomplissant
la mission qu’il m’a confiée. Je veux voir mon amour
toujours nouveau et toujours jeune. »

Ma Vie, C’est le Christ, no. 130

3. Une expérience à partager. Marie Madeleine n’a pas gardé jalousement pour elle cette rencontre avec le Christ. Elle l’a partagée ! Partager notre foi est la façon la plus sûre de la préserver et de l’augmenter. Jean-Paul II a lancé le défi de la nouvelle évangélisation,
parce que l’Évangile est urgent pour le monde, parce
que, aujourd’hui plus que jamais, le monde a besoin de ce
message sauveur. Si nous voulons vraiment grandir dans l’amour pour Jésus, alors il faut proclamer cet amour par des actes concrets : parler du Christ à nos compagnons de travail, ne pas avoir peur de parler du Christ à un étranger, parler à du Christ au sein de notre famille. La nouvelle évangélisation ne nous ôte ni notre timidité ni notre gêne : elle nous oblige à trouver des moyens de faire connaître le Christ aux autres à travers nos gestes de tous les jours, notre comportement, nos conversations. « Prêcher l’Évangile a toujours supposé prendre un gros risque. Aujourd’hui encore. Être apôtre signifie risquer de
perdre son prestige et sa renommée, et même perdre sa vie,
sortir de son confort personnel et ne pas craindre d’être taxé
de fou ou de visionnaire. Mais l’apôtre ne doit pas s’inquiéter
de tout cela, il sait qu’il court un risque mais il est sûr de ce
qu’il gagne...Ce qui importe
à l’apôtre c’est d’être fidèle au Christ, fidèle à son commandement
d’annoncer l’Évangile. Aujourd’hui le Christ va à la
recherche d’Apôtres, d’ouvriers pour sa vigne, de missionnaires,
de volontaires de l’Évangile... C’est quand le monde semble s’éloigner
davantage du Christ que le Christ se rapproche le plus du
monde et il le fait grâce aux apôtres de la nouvelle
évangélisation. »
Ma Vie, C’est le Christ, no 149.

Dialogue avec le Christ Seigneur Jésus, je veux t’entendre m’appeler par mon nom ! Je veux t’aimer de manière active et concrète. Aide-moi à avancer dans la vie en cherchant à chaque instant à partager ton amour avec d’autres.

Résolution Aujourd’hui, je trouverai deux occasions opportunes pour parler de Jésus.



Cette méditation a été écrite par



Accueil | Version Mobile | Faire un don | Contact | Qui sommes nous ? | Plan du site | Information légales