Catholic.net International English Espanol Deutsh Italiano Slovensko
 - 4 juillet 2022 - Saint Berthe
Date : lundi 29 août 2005 | Lire l'Evangile dans son contexte
La m餩tation

 

Les méditations

Revoyons notre copie

Saint Marc 6, 17-29

Hérode, prince de Galilée, avait fait arrêter Jean et l’avait mis en prison. En effet, il avait épousé Hérodiade, la femme de son frère Philippe, et Jean lui disait : « Tu n’as pas le droit de prendre la femme de ton frère. » Hérodiade en voulait donc à Jean, et elle cherchait à le faire mettre à mort. Mais elle n’y arrivait pas parce que Hérode avait peur de Jean : il savait que c’était un homme juste et saint, et il le protégeait ; quand il l’avait entendu, il était très embarrassé, et pourtant, il aimait l’entendre. Cependant, une occasion favorable se présenta lorsque Hérode, pour son anniversaire, donna un banquet à ses dignitaires, aux chefs de l’armée et aux notables de la Galilée. La fille d’Hérodiade fit son entrée et dansa. Elle plut à Hérode et à ses convives. Le roi dit à la jeune fille : « Demande-moi tout ce que tu veux, je te le donnerai. » Et il lui fit ce serment : « Tout ce que tu me demanderas, je te le donnerai, même si c’est la moitié de mon royaume. » Elle sortit alors pour dire à sa mère : « Qu’est-ce que je vais demander ? » Hérodiade répondit : « La tête de Jean le Baptiste. » Aussitôt la jeune fille s’empressa de retourner auprès du roi, et lui fit cette demande : « Je veux que tout de suite tu me donnes sur un plat la tête de Jean Baptiste. » Le roi fut vivement contrarié ; mais à cause du serment fait devant les convives, il ne voulut pas lui opposer un refus. Aussitôt il envoya un garde avec l’ordre d’apporter la tête de Jean. Le garde s’en alla, et le décapita dans la prison. Il apporta 1a tête sur un plat, la donna à la jeune fille, et la jeune fille la donna à sa mère. Lorsque les disciples de Jean apprirent cela, ils vinrent prendre son corps et le déposèrent dans un tombeau.

Prière d’introduction Esprit Saint, instruit mon entendement avec ta pensée, touche mon coeur avec ton amour, et illumine toute ma personne avec ta grâce. Aujourd’hui, par amour pour Jésus, incite-moi au silence et à la prière.

Demande Jésus Christ, soit constamment présent à mes côtés. Aide-moi à te connaître plus chaque jour, et à te porter témoigner avec toute ma vie.

Points de réflexion

1. Avoir conscience de notre rôle. Jean était un prédicateur et un prophète immensément apprécié. Les chefs religieux de l’époque ont même pensé qu’il pourrait être le Messie. Jean a un sens fort de son identité et il sait clairement quel est son rôle : il est le précurseur qui doit préparer l’humanité à la venue du Christ. Avec cette connaissance, il essaye d’aider Hérode et Hérodiade. Il ne parle pas par jalousie ; mais avec simplicité et bonté, il signale leur erreur : "Tu n’as pas le droit de prendre la femme de ton frère." Jean accomplit sa mission sans calculer le risque impliqué. Trop souvent les décisions que nous prenons pour notre vie sont marquées par une analyse des coûts et des avantages plutôt que par la conscience de notre mission dans la vie. Ceci nous mène trop souvent à perdre de vue notre but et à nous tromper de direction. C’est seulement lorsque nous arrivons à connaître et à aimer le Christ et à accepter notre mission qui nous a été donnée par Dieu que notre vie prend son sens et devient pleinement utile.

2. Etre prompt à accepter l’opposition par amour du Christ. Il est facile de suivre le Christ quand les autres nous encouragent et nous admirent. Mais alors quelle garantie avons-nous que nous ne sommes pas en train de suivre notre propre plaisir spirituel plutôt que la volonté de Dieu ? Ma propre vanité spirituelle est-elle plus motivante que mon amour pour le Christ ? Remercions Dieu pour le don de la difficulté et de l’opposition, qui nous purifie et nous aide à repousser des intentions secondaires. Devenir l’objet de l’envie, de la jalousie et de la calomnie est un moyen particulièrement puissant de purifier notre coeur. Le martyre de Jean le Baptiste commence par la passion d’Hérode, la rancune de Hérodiade, l’indifférence froide de sa fille, et le respect humain des invités ; il aboutit à la hache de ses bourreaux. La persécution est la seule garantie que nous soyons sur le chemin du Christ : "Si l’on m’a persécuté, on vous persécutera, vous aussi." (Jn 15,20)

3. Le plan divin s’accompli à travers le caprice humain. D’une perspective humaine, Jean meurt simplement en tant que victime malheureuse de la passion d’un tyran. Il semble être au mauvais endroit au mauvais moment plutôt qu’une victime d’amour pour le Christ. C’est la foi et l’amour pour le Christ qui nous permettent de voir dans la faiblesse humaine les circonstances prévues par le Père Eternel pour nous faire dépositaires de la passion du Christ. Quand je souffre à cause des autres, est-ce que je me considère une victime malheureuse de la méchanceté des autres ? Est-ce que je me trouble et je tiens rancune ? Ou est-ce que je m’efforce d’accepter affectueusement de participer à la passion du Christ ?

Dialogue avec le Christ Seigneur Jésus, permet-moi d’éprouver les effets purifiants obtenus en souffrant pour ton nom. Apprends-moi à répondre à l’opposition avec foi et amour.

Résolution Aujourd’hui je remercierai le Christ de toute opposition et de toutes les difficultés rencontrées, les voyant avec foi comme un don spécial de son amour.



Cette méditation a été écrite par



Accueil | Version Mobile | Faire un don | Contact | Qui sommes nous ? | Plan du site | Information légales