Catholic.net International English Espanol Deutsh Italiano Slovensko
 - 30 juin 2022 - Saint Paul
Date : samedi 22 octobre 2005 | Lire l'Evangile dans son contexte
La m餩tation

 

Les méditations

Une patience de... vigneron

Saint Luc 13, 1-9

Un jour, des gens vinrent rapporter à Jésus l’affaire des Galiléens que Pilate avait fait massacrer pendant qu’ils offraient un sacrifice. Jésus leur répondit : « Pensez-vous que ces Galiléens étaient de plus grands pécheurs que tous les autres Galiléens, pour avoir subi un tel sort ? Eh bien non, je vous le dis ; et si vous ne vous convertissez pas, vous périrez tous comme eux. Et ces dix-huit personnes tuées par la chute de la tour de Siloé, pensez-vous qu’elles étaient plus coupables que tous les autres habitants de Jérusalem ? Eh bien non, je vous le dis ; et si vous ne vous convertissez pas, vous périrez tous de la même manière. » Jésus leur disait encore cette parabole : « Un homme avait un figuier planté dans sa vigne. Il vint chercher du fruit sur ce figuier, et n’en trouva pas. Il dit alors à son vigneron : ’Voilà trois ans que je viens chercher du fruit sur ce figuier, et je n’en trouve pas. Coupe-le. A quoi bon le laisser épuiser le sol ?’ Mais le vigneron lui répondit : ’Seigneur, laisse-le encore cette année, le temps que je bêche autour pour y mettre du fumier. Peut-être donnera-t-il du fruit à l’avenir. Sinon, tu le couperas.’ »

Prière d’introduction Seigneur, qui suis-je que tu passes du temps à écouter ma prière ? Qui suis-je que tu me parles ? Tu as donné une telle dignité à l’humanité en assumant notre nature et tu m’as offert personnellement tant de dons. À maintes reprises tu as été patient envers moi et tu m’as accueilli quand je me suis égaré. Merci de ta bonté pour moi. Ta bonté et ta patience sont la manifestation de ton amour pour moi. Je veux te rendre cet amour parce que la seule réponse à l’amour, c’est l’amour.

Demande Seigneur, que ton infinie patience envers moi m’apprenne et me motive à être patient avec les autres.

Points de réflexion

1. Un certain art de vivre. Jésus utilise toutes les occasions pour nous évangéliser. Or, Evangéliser signifie « apprendre l’art de vivre », et ne peut être communiqué que par celui qui a la vie - celui qui est l’Evangile en personne. La mission du Christ est de sauver chaque âme et de lui faire connaître la vérité afin qu’elle vive selon elle. Dans l’évangile d’aujourd’hui, Jésus nous invite à ne pas juger les vies des autres mais de juger plutôt notre manière de vivre. Est-ce que je vis selon la vérité ? C’est-à-dire, est-ce que je vis de manière honnête, pleinement engagé à faire la volonté de Dieu ? Ecoutons ces conseils : "Essayer toujours de regarder au-dedans de vous-mêmes, très profondément, en entrant souvent dans votre esprit pour aider Dieu à enlever ce qui vous empêche de vous donner à lui. Faites-le avec sincérité. Essayez de voir vos manquements intérieurs et vos fissures spirituelles. Ces examens faits avec sincérité mettent ordinairement une lumière vive sur les exigences de nos instincts, nos amours et nos haines profonds, nous montrant clairement le chemin à suivre. " (Père Marcial Maciel, LC, le 8 mars, 1952).

2. L’humilité mène à la vérité. L’humilité est une des plus belles vertus chrétiennes. Sa beauté embellit l’âme qui cherche la perfection spirituelle. L’âme humble, si elle a une pleine connaissance de ses faiblesses, de ses chutes et de ses imperfections, se repent et embrasse l’évangile avec la simplicité d’un enfant. Pour vivre dans la vérité nous devons nous repentir, et pour nous repentir nous devons être humbles. Ecoutons les paroles du Pape Benoît XVI, « La "Conversion" (métanoia) signifie : sortir de l’autosuffisance, découvrir et accepter son indigence - une indigence des autres et de l’Autre, de son pardon, de son amitié. La vie non-convertie est autojustification (je ne suis pas pire que les autres) ; la conversion est l’humilité de s’en remettre à l’amour de l’Autre, un amour qui devient mesure et critère de ma propre vie. » (Conférence donnée sur le thème de la nouvelle évangélisation, le 10 décembre 2000, lors du jubilé des catéchistes.)

3. Une vie honnête porte du fruit. Jésus emploie souvent l’analogie du fruit. C’est une analogie spirituelle qui nous aide à comprendre notre mission de porteurs de sa vie divine. Nos vies doivent être enracinées dans le sol de l’évangile et arrosées de la grâce sacramentelle. Elles porteront alors des fruits d’une durée éternelle non seulement pour nous-mêmes mais aussi pour toutes ces âmes que nous sommes censés nourrir. Oui, nourrir. Le fruit que nous portons montre au Maître de la moisson qu’il peut se servir de nous pour alimenter son troupeau. Il nous nourrit de sorte que nous puissions en nourrir d’autres. Sans fruit, il n’y a pas de vie.

Dialogue avec le Christ Seigneur Jésus- Christ, je te remercie de nous avoir donné cette parabole du figuier. Combien le Père est patient avec moi ! Merci d’être venu pour me sauver, d’avoir donné ta vie pour moi, d’avoir souffert ce que j’aurais dû souffrir en raison de mon égocentrisme et mon péché. Mais avec toi, il y a toujours de l’espoir. Tu me fais le don de ton corps et de ton sang pour me nourrir et me fortifier. Puissé-je cheminer en cette vie en portant des fruits à la gloire du Père. Amen.

Résolution Aujourd’hui, j’aurai de la patience avec tous ceux que je rencontre, pensant à la patience que Dieu a eue avec moi.



Cette méditation a été écrite par



Accueil | Version Mobile | Faire un don | Contact | Qui sommes nous ? | Plan du site | Information légales