Catholic.net International English Espanol Deutsh Italiano Slovensko
 - 4 juillet 2022 - Saint Berthe
Date : mercredi 14 octobre 2009
La m餩tation

 

Les méditations

Le Club des Catholiques Acariâtres

Saint Luc 11, 42-46

Jésus disait : « Malheureux êtes-vous, pharisiens, parce que vous payez la dîme de la menthe, de la rue, et de toutes les herbes, et que vous négligez la justice et l’amour de Dieu : c’est là ce qu’il fallait pratiquer, sans omettre les autres choses. Malheureux êtes-vous, pharisiens, parce que vous aimez les premiers rangs dans les synagogues, et les salutations sur les places publiques. Malheureux êtes-vous, parce que vous êtes comme ces tombeaux qu’on ne voit pas et sur lesquels on marche sans le savoir. » Alors un docteur de la Loi prit la parole : « Maître, en parlant ainsi, c’est nous aussi que tu insultes. » Jésus reprit : « Vous aussi, les docteurs de la Loi, malheureux êtes-vous, parce que vous chargez les gens de fardeaux impossibles à porter, et vous-mêmes, vous ne touchez même pas ces fardeaux d’un seul doigt. »

Prière d’introduction En me tournant vers toi dans la prière, Seigneur, je sais que tu es présent ici à mes côtés. J’ai confiance en ton désir de me donner chaque grâce dont j’ai besoin aujourd’hui. Merci pour ton amour, merci pour ton immense générosité envers moi. Je te donne ma vie et mon amour en retour.

Demande Seigneur, rendez mon cœur plus comme le vôtre.

1. Tomber dans le même piège En lisant ce passage d’évangile, nous nous imaginons bien au milieu de la scène, aux côtés de Jésus, le regard sévère, secouant la tête en désapprobation de ces pharisiens hypocrites. Comme il a raison de les reprendre ainsi ! Bientôt nos pensées se tournent vers quelqu’un que nous connaissons qui mériterait lui aussi une remontrance de la sorte et pour les mêmes raisons ! Peut-être même un prêtre ou un évêque est le sujet de notre réprimande mentale. Pourtant nous nous trouvons alors bien à la place de ces pharisiens à la conduite inacceptable. Notre cœur est amer et asséché. Nous sommes capables de condamner avec le Seigneur, mais nous avons beaucoup plus de mal à aimer avec le Seigneur. Nous oublions que le Christ donnerait sa vie pour ces mêmes pharisiens qu’il appelle à la conversion- et cela même s’ils étaient les seuls personnes sur terre à sauver. Montrer du doigt est facile ; appeler à la conversion demande un cœur débordant d’amour.

2. Le Club des Catholiques Acariâtres Il y a sûrement quelque chose dans ma paroisse ou mon diocèse qui me contrarie. C’est une chose que de voir un défaut ou une carence, de prier pour cela, et d’aider à résoudre le problème. C’est tout à fait autre chose que de le ressasser sans cesse en le commentant à qui veut bien nous entendre. C’est ce que font les membres du Club des Catholiques Acariâtres (le CCA). Est-ce que je suis un membre anonyme -ou au moins un défenseur- du CCA ? Le Christ a utilisé des mots durs, mais ils étaient le fruit d’un amour intense et un désir ardent pour le salut des scribes et des Pharisiens, sans amertume vis à vis d’eux. S’il y a de l’amertume dans mon cœur, je dois demander au Christ la grâce de pardonner et de pardonner comme lui il pardonne.

3. Une main amie Notre Seigneur était le plus grand maître, le grand pédagogue de ce qui donne sens à notre vie : l’amour du Père. Il savait aider les âmes à cheminer peu par peu, à leur rythme et jusqu’au degré dont elles étaient capables. Les docteurs de la Loi faisaient tout le contraire. Ils chargeaient le peuple de fardeaux impossibles à porter, des restrictions, des responsabilités et des sacrifices importants mais ils ne tendaient la main à personne pour les aider à en porter le poids. Comme chrétiens nous sommes appelés à éclairer les consciences de ceux qui nous entourent de sorte qu’ils se rapprochent de Dieu. Cependant si l’éclairage que nous leur donnons n’est que réprimande et exigence, vérifions si les paroles du Christ ne s’appliquent pas à nous aussi : " vous chargez les gens de fardeaux impossibles à porter, et vous-mêmes, vous ne touchez même pas ces fardeaux d’un seul doigt. "

Dialogue avec le Christ Seigneur Jésus, parfois j’examine mon cœur et je vois qu’il est dur et amer. Il est prêt à condamner à la première occasion, mais seulement afin de s’assurer de sa propre supériorité morale. Accorde-moi un cœur doux et humble comme le tien.

Résolution Si je me trouve en train de critiquer-même intérieurement- quelqu’un aujourd’hui, je prierai pour cette personne et je m’efforcerai de trouver deux bonnes qualités chez elle.



RC-SPIP-NUM:4097

Cette méditation a été écrite par

Dans ce chapitre d'Evangile nous vous proposons de lire



Accueil | Version Mobile | Faire un don | Contact | Qui sommes nous ? | Plan du site | Information légales