Catholic.net International English Espanol Deutsh Italiano Slovensko
 - 4 décembre 2021 - Sainte Barbe
Date : mercredi 6 avril 2011
La m餩tation

 

Les méditations

Celui qui vous écoute, m’écoute

Saint Jean 5,17-30

Après avoir guéri le paralysé un jour de sabbat, Jésus déclara aux juifs : « Mon Père, jusqu’à maintenant, est toujours à l’œuvre, et moi aussi je suis à l’œuvre. » C’est pourquoi, de plus en plus, les Juifs cherchaient à le faire mourir, car non seulement il violait le repos du sabbat, mais encore il disait que Dieu était son propre Père, et il se faisait ainsi l’égal de Dieu. Jésus reprit donc la parole. Il leur déclarait : « Amen, amen, je vous le dis : le Fils ne peut rien faire de lui-même, il fait seulement ce qu’il voit faire par le Père ; ce que fait celui-ci, le Fils le fait pareillement. Car le Père aime le Fils et lui montre tout ce qu’il fait. Il lui montrera des oeuvres encore plus grandes, si bien que vous serez dans l’étonnement. Comme le Père, en effet, relève les morts et leur donne la vie, le Fils, lui aussi, donne la vie à qui il veut. Car le Père ne juge personne : il a donné au Fils tout pouvoir pour juger, afin que tous honorent le Fils comme ils honorent le Père. Celui qui ne rend pas honneur au Fils ne rend pas non plus honneur au Père, qui l’a envoyé. Amen, amen, je vous le dis : celui qui écoute ma parole et croit au Père qui m’a envoyé, celui-là obtient la vie éternelle et il échappe au Jugement, car il est déjà passé de la mort à la vie. Amen, amen, je vous le dis : l’heure vient - et c’est maintenant - où les morts vont entendre la voix du Fils de Dieu, et ceux qui l’auront entendue vivront. Comme le Père a la vie en lui-même, ainsi a-t-il donné au Fils d’avoir la vie en lui-même ; et il lui a donné le pouvoir de prononcer le Jugement, parce qu’il est le Fils de l’homme. Ne soyez pas surpris ; l’heure vient où tous ceux qui sont dans les tombeaux vont entendre sa voix, et ils sortiront : ceux qui ont fait le bien, ressuscitant pour entrer dans la vie ; ceux qui ont fait le mal, ressuscitant pour être jugés. Moi, je ne peux rien faire de moi-même ; je rends mon jugement d’après ce que j’entends, et ce jugement est juste, parce que je ne cherche pas à faire ma propre volonté, mais la volonté de celui qui m’a envoyé. »

Prière d’introduction Seigneur, je recherche constamment les honneurs. Je veux rendre ma vie plus simple et limpide, et diriger tout honneur et toute gloire vers toi, sachant que ma vie trouvera ainsi un sens et mon âme, la paix.

Demande Accorde-moi, Seigneur, l’humilité de reconnaître que tout vient de toi.

Points de réflexion

1. Une intimité divine. Ce ne sont pas tous les parents qui révèlent leurs secrets à leurs enfants. Voici que le Père montre à Jésus, son enfant, tout ce qu’Il fait. Cela, c’est l’intimité. Toutefois, cette intimité entre le Père et le Fils ne se fait pas en cercle fermé. Le Christ nous invite, comme ses auditeurs, à entrer dans le cercle. Nous devrions en être émerveillés. Qui sommes-nous, créatures, pour pouvoir nous réjouir d’une telle intimité avec lui ? Le Fils voit tout ce que fait le Père et peut donc faire ce qu’il a vu du Père. Laissez-vous attirer, particulièrement par la prière, dans cette intimité avec Jésus et son Père.

2. Pour honorer le Père. Les accusateurs de Jésus prétendent qu’en s’attribuant l’égalité avec le Père, Jésus s’affranchissait de l’autorité de son Père et que c’était un « blasphème ». En réalité, c’est tout le contraire : il proclame son égalité avec le Père tout en se soumettant à l’autorité du Père. Comment Dieu peut-il œuvrer contre lui-même ? Si je veux honorer mon Père, je ne dois rien faire de moi-même mais faire toute chose par Lui et avec Lui. Quel meilleur moyen d’honorer mon Père que d’aider mon prochain à percevoir sa présence dans le monde ?

3. Soumission confiante. Il est évident que plus nous reconnaissons notre complète dépendance envers Dieu, plus il nous est facile de nous soumettre à son plan divin. Une intimité divine avec le Père et le Fils nous permettra d’obéir, non pas avec une crainte servile, mais avec un amour filial. « Je ne vous appelle plus serviteurs mais amis.... » (Jean 15,15) Des amis partagent les mêmes aspirations, les mêmes rêves et se fient l’un à l’autre. L’ un demande, l’autre donne. Le second demande, le premier donne. Tout naturellement. Quand nous reconnaissons notre complète dépendance envers Dieu, il peut plus facilement agir en nous et par nous.

Dialogue avec le Christ Seigneur, je me rends compte qu’il faut plus que de la volonté pour demeurer fidèle à la volonté du Père : il y faut de l’amour. Je sais qu’en de nombreuses occasions, la fidélité exigera que j’expose ma vie pour toi. Je demande la grâce de répondre avec générosité à ce que tu me demanderas. Puisse ma vie entière refléter l’exemple que tu as donné de la fidélité d’un fils pour que le cœur des hommes en soit marqué profondément. Seigneur, convaincs-moi que je dois être parfait comme mon Père céleste est parfait et que je dois pouvoir Lui être fidèle dans les moindres détails.

Résolution Je m’entretiendrai avec le Christ au sujet de ma vie de prière pour savoir si elle reflète vraiment la dépendance envers Dieu



RC-SPIP-NUM:4699

Cette méditation a été écrite par

Dans ce chapitre d'Evangile nous vous proposons de lire



Accueil | Version Mobile | Faire un don | Contact | Qui sommes nous ? | Plan du site | Information légales