Catholic.net International English Espanol Deutsh Italiano Slovensko
 - 1er juillet 2022 - Saint Thierry
Date : lundi 26 mars 2012
La m餩tation

 

Les méditations

L'Annonciation

Evangile selon St Luc, chapitre 1, 26-38

L’ange Gabriel fut envoyé par Dieu dans une ville de Galilée, appelée Nazareth, à une jeune fille, une vierge, accordée en mariage à un homme de la maison de David, appelé Joseph ; et le nom de la jeune fille était Marie.
L’ange entra chez elle et dit : « Je te salue, Comblée-de-grâce, le Seigneur est avec toi. »
À cette parole, elle fut toute bouleversée, et elle se demandait ce que pouvait signifier cette salutation.
L’ange lui dit alors : « Sois sans crainte, Marie, car tu as trouvé grâce auprès de Dieu.
Voici que tu vas concevoir et enfanter un fils ; tu lui donneras le nom de Jésus.
Il sera grand, il sera appelé Fils du Très-Haut ; le Seigneur Dieu lui donnera le trône de David son père ; il régnera pour toujours sur la maison de Jacob, et son règne n’aura pas de fin. »

Prière d'introduction
Seigneur Jésus, couvre-moi de l’ombre de ton Esprit Saint pour que je puisse voir clairement le bien que tu m’appelles à accomplir et que tu puisses me donner la foi, la générosité et le courage nécessaire pour dire oui à ta volonté.

Demande
Connaître mieux et de répondre plus généreusement à la volonté de Dieu dans ma vie.

Points de réflexion

1. Nous célébrons aujourd’hui le grand dénouement de l’histoire de notre salut, l’Annonciation de l’ange Gabriel à la Vierge Marie. Quand on regarde un film, il est intéressant d’identifier le moment du dénouement. Il y a normalement un geste que le protagoniste pose qui détermine comment l’histoire finira. Le « oui » de Marie à l’annonce de l’ange Gabriel a changé pour toujours l’histoire du monde. On peut dire qu’au moment de son « oui » toute la création était suspendue à sa parole. Du « oui » de Marie dépendait la venue du Fils de Dieu, la deuxième personne de la Sainte Trinité pour nous sauver de la mort et du péché et nous ouvrir les portes du Paradis. Grace à son « oui » Dieu s’est fait homme pour que nous puissions connaître son amour et le connaître tel qu’Il est.

2. Nous ne célébrons pas seulement le « oui » de Marie mais aussi le « oui » de Jésus à la volonté de son Père. Grace à son « oui », Il s’est incarné pour offrir au Père et à nous toute sa vie et sa personne. Il est venu pour nous aimer et nous sauver même au prix la croix. Nous retrouvons cette magnifique description du « oui » de Jésus dans l’épitre aux Hébreux : « Tu n’as pas voulu de sacrifices ni d’offrandes, mais tu m’as fait un corps. Tu n’as pas accepté les holocaustes ni les expiations pour le péché ; alors, je t’ai dit : Me voici, mon Dieu, je suis venu pour faire ta volonté, car c’est bien de moi que parle l’Écriture (He 10,5-7). »

3. Ce « oui » de Marie, ce « oui » de Jésus n’était pas facile à donner, ni facile à garder. C’est un « oui » pétri de foi. Marie ne pouvait imaginer ce qui l’attendait ni comment elle allait préparer Jésus en vue de sa mission. On lui soupçonnait d’avoir commis l’adultère à cause du fait qu’elle était enceinte avant que Joseph ne la reçoive chez lui comme épouse. Il y avait ensuite la naissance de Jésus dans une étable à Bethlehem et la fuite en Egypte. Elle a attendu 30 ans avant que Jésus ne sorte de l’anonymat pour entreprendre la mission. S’attendait-elle à une vie aussi ordinaire ? Avec la mort de son Fils, elle voit tout cela aboutir à la croix. Mais elle a persévéré dans la foi et elle a renouvelé ce « oui » chaque jour. Bienheureuse celle qui a cru dans la promesse du Seigneur, celle qui a cru sans avoir vu, celle qui à fait la volonté du Père.

Dialogue avec le Christ
Dans ma vie Seigneur il y aussi des moments d’annonciation. En tant que baptisé, en tant qu’enfant de Dieu, j’ai aussi une mission à accomplir pour toi, Seigneur, et pour le salut des âmes. Il reste encore beaucoup de bien à accomplir dans notre monde : que ce soit tendre la main à quelqu’un dans le besoin ou rendre service dans ma paroisse. Un certain nombre de choses dépendront de ma réponse généreuse. C’est un mystère le fait que tu aies choisi d’avoir besoin de moi pour que ton amour et ta lumière brille dans ce monde. Tu aurais pu porter ton salut sans moi. Mais tu ne t’imposes pas. Tu ne m’obliges pas. Tu attends que je te réponde librement. Si j’ai dit « non » dans le passé, je te demande pardon, Seigneur, et je sais que, tout comme tu l’as fait avec Pierre, tu renouvelles ta confiance en moi aujourd’hui et tu renouvelles ton appel à te servir. Je te rends grâce pour les « ouis » que j’ai réussi à te donner. Ces « ouis » sont vraiment quelque chose à célébrer avec un Magnificat comme l’a fait Marie parce que c’est toi qui a agi en moi. Je ne me sens peut être pas à la hauteur de répondre à ton appel mais j’ai confiance en toi. Tu me donneras la force, le courage, et l’envie d’aller jusqu’au bout.

Résolution
Faire un acte de charité envers mon prochain tout en voyant en lui le Christ qui me demande un oui généreux.



Cette méditation a été écrite par

Dans ce chapitre d'Evangile nous vous proposons de lire



Accueil | Version Mobile | Faire un don | Contact | Qui sommes nous ? | Plan du site | Information légales