Catholic.net International English Espanol Deutsh Italiano Slovensko
 - 28 juin 2022 - Saint Irénée
Date : jeudi 19 juillet 2012
La m餩tation

 

Les méditations

Le repas donné par le Christ

Evangile selon St Matthieu, chapitre 11, 28-30

En ce temps-là, Jésus prit la parole :
« Venez à moi, vous tous qui peinez sous le poids du fardeau, et moi, je vous procurerai le repos.
Prenez sur vous mon joug, devenez mes disciples, car je suis doux et humble de cœur, et vous trouverez le repos.
Oui, mon joug est facile à porter, et mon fardeau, léger. »

Prière d'introduction
Nous venons auprès de Toi, Seigneur, pour écouter la Parole qui jaillit de Ton Cœur doux et humble. Guide - nous comme divin enseignant dans l’école de Ton amour.

Demande
Donne-moi, Seigneur Jésus, par l'action de l'Esprit divin, un cœur doux et humble semblable au Tien, brûlant d'amour de Dieu et de mon prochain.

Points de réflexion

1. Venez à moi. Le Christ nous adresse cette parole, lorsque nous le croisons sur notre chemin. Il nous connaît dans les profondeurs de notre cœur et de notre âme et sait nos peines et préoccupations. Il dépend de nous de lui ouvrir notre âme, comme nous le faisons avec les membres les plus proches de la famille ou avec nos amis intimes.
Ne soyons pas comme Simon le Pharisien, qui prétend faire une faveur à Jésus en l’invitant, du genre : "si tu as besoin quoi que ce soit, n’hésite pas. Voici mon adresse mail et mon numéro de portable : tu peux laisser un message sur mon répondeur ou m’envoyer un texto.’’
Quand surgit vraiment un problème, qui ne va pas tout d’abord chez le médecin de travail ou chez le psychologue, pour lui faire la confession générale de sa vie ? Le Christ reste le dernier recours. On va à la confession sacramentelle en traînant des pieds, réduisant la fréquence au strict minimum possible et en "oubliant" d’accuser la moitié des péchés (précisément ceux-ci qui sont à l’origine des problèmes).
La différence entre la confession bien faite et une psychothérapie, qui tient à peu près la route, est que la première libère du péché et en enlève le poids, tandis que la deuxième libère le portefeuille pour apaiser, dans le meilleur des cas, des souffrances morales.

2. Devenez mes disciples. Jésus nous invite à son école - celle de son cœur doux et humble. Dieu ne manque pas d’autorité et de pouvoir. Son expression pourtant est celle de la douceur.
La douceur est le style que le Christ inscrit à l’exercice du pouvoir et qu’il exige de l’âme du chrétien : la façon chrétienne de diriger ou de gouverner est le service. Plus on a de responsabilité et d’autorité, plus on est serviteur (cf. Mt 20,25-27). "Tu n’aurais pas de pouvoir sur moi, dit Jésus à Pilate, si cela ne t’avait pas été donné par mon Père" (cf. Jn 19,11).
Douceur et humilité sont aussi les principes pédagogiques du Maître envers ses disciples : le maître se rend accessible et sa doctrine devient aimable au disciple ; le disciple en échange devient plus docile et apte à assimiler l’enseignement. C’est une attitude de cœur qui le rend plus tendre, plus humain, plus proche de sa véritable condition, celle d’être créature, et l’ouvre à la vie surnaturelle. Plongeons-nous dans le Cœur très saint de notre divin Maître, pour laisser modeler, par l’action de l’Esprit, notre cœur afin qu’il devienne semblable au sien.

3. Le joug du Christ. Le joug du Christ est la croix qu’il a portée et sur laquelle il est mort. Belle perspective ! Comment le joug du Christ peut-il alors être doux à porter ? sa charge légère ? Et pourtant ?
Si le Christ nous invite à porter notre croix et à le suivre, c’est parce que sans son invitation nous aurons notre croix à porter nous-mêmes, sans le Maître, ce qui serait insupportable. Combien d’hommes et de femmes aujourd’hui peinent et souffrent sans connaître cette divine consolation.
Le joug que nous oserions choisir par opposition au Christ est un joug impitoyable, car dès le début pèse un certain mensonge, de ne pas avoir besoin de Dieu. Alors on se soumet aux lois du monde, on s’assujettit à des angoisses à propos de l’écologie, de la société ou de la santé. C’est en fin de compte le plus fort qui impose la loi au monde. Au lieu de trouver refuge auprès de Dieu qui comble de biens les affamés et renverse les puissants de leur trône, l’impie domine les autres ou est dominé par eux.

Dialogue avec le Christ
Seigneur, je veux revenir à Toi comme seul Maître dans ma vie, remettre entre Tes mains mes décisions, afin que Tu les bénisses et les fasses fructifier.

Résolution
Je ferai un examen de conscience pour préparer ma confession.



Cette méditation a été écrite par

Dans ce chapitre d'Evangile nous vous proposons de lire



Accueil | Version Mobile | Faire un don | Contact | Qui sommes nous ? | Plan du site | Information légales