Catholic.net International English Espanol Deutsh Italiano Slovensko
 - 28 juin 2022 - Saint Irénée
Date : samedi 24 novembre 2012
La m餩tation

 

Les méditations

Face aux sadducéens, Jésus affirme la résurrection des morts

Evangile selon St Luc, chapitre 20, 27-40

Des sadducéens ? ceux qui prétendent qu’il n’y a pas de résurrection ? vinrent trouver Jésus, et ils l’interrogèrent :
« Maître, Moïse nous a donné cette loi : Si un homme a un frère marié mais qui meurt sans enfant, qu’il épouse la veuve pour donner une descendance à son frère.
Or, il y avait sept frères : le premier se maria et mourut sans enfant ; le deuxième, puis le troisième épousèrent la veuve, et ainsi tous les sept : ils moururent sans laisser d’enfants. Finalement la femme mourut aussi. Eh bien, à la résurrection, cette femme, de qui sera-t-elle l’épouse, puisque les sept l’ont eue pour femme ? »
Jésus répond : « Les enfants de ce monde se marient.
Mais ceux qui ont été jugés dignes d’avoir part au monde à venir et à la résurrection d’entre les morts ne se marient pas, car ils ne peuvent plus mourir : ils sont semblables aux anges, ils sont fils de Dieu, en étant héritiers de la résurrection.
Quant à dire que les morts doivent ressusciter, Moïse lui-même le fait comprendre dans le récit du buisson ardent, quand il appelle le Seigneur : le Dieu d’Abraham, le Dieu d’Isaac, le Dieu de Jacob. Il n’est pas le Dieu des morts, mais des vivants ; tous vivent en effet pour lui. »
Alors certains scribes prirent la parole pour dire : « Maître, tu as bien parlé. »
Et ils n’osaient plus l’interroger sur quoi que ce soit.

Prière d'introduction
Mon Dieu, ouvre mes oreilles, mon intelligence et mon cœur à Ta parole. Je m’approche de Toi avec confiance. Sûrement que la méfiance et l’hypocrisie de ces Saducéens T’ont blessé, et, pour rien au monde, je ne voudrais que mon manque de confiance et mon esprit calculateur Te fassent du mal. Donne-moi cette humilité et cette confiance, qui me permettent de me nourrir de Ta parole et d’être transformé par elle.

Demande
Jésus, que je crois en la vie éternelle et que je la désire de tout mon cœur, comme étant l’accomplissement de mon désir de Toi.

Points de réflexion

1. En posant leur question à Jésus, les Saducéens partent d’une vision partielle du mariage. En effet, leur vision du mariage vient de la loi que Moise leur a laissée et ils ne savent pas encore en quoi consiste le sacrement du mariage. Comme tout sacrement, le mariage est un signe sensible, qui exprime une réalité invisible et qui arrivera à sa plénitude dans la vie éternelle. Le sacrement du mariage est le signe de l ?amour entre Dieu et l’humanité, qui se manifestera totalement au ciel. Tant qu’on est sur cette terre, ce sacrement sera présent et sera l’image de cette union éternelle et totale entre Dieu et chacun d’entre nous. Mais une fois au ciel, ce sacrement n’existera plus, car nous vivrons cette union avec Dieu et avec notre prochain dans sa plénitude. Il n’y aura plus besoin de signe.
C’est pourquoi Jésus dit : « Les fils de ce monde-ci prennent femme ou mari ; mais ceux qui auront été jugés dignes d’avoir part à ce monde-là et à la résurrection d’entre les morts ne prennent ni femme ni mari ». Jésus nous montre donc que le ciel n’est pas autre chose que l’union totale de notre être à Dieu : « ils sont pareils aux anges ». Que sont les anges, sinon ceux qui sont en présence de Dieu, voient sa face, le contemplent et l’adorent ? Dieu se donne à nous, Il nous comble et nous nous donnons aussi totalement à lui. C’est la même chose avec les autres bienheureux : il y a une profonde communion qui n’est autre chose qu’une charité parfaite entre eux. Le mariage, sur cette terre, n’est-ce pas apprendre à aimer d’un amour chaque fois plus vrai et plus pur une personne en particulier, en se donnant totalement à elle et en la recevant dans sa totalité ? C’est pour ça qu’on peut dire que le mariage est l’antichambre du ciel, en tant que signe d’une totale et véritable communion, qui ne sera parfaite qu’au ciel.

2. Par ces paroles « ils sont fils de Dieu, étant fils de la résurrection. » « Or il n’est pas un Dieu de morts, mais de vivants ; tous en effet vivent pour lui. » Jésus nous parle de cette vie éternelle qui est la plénitude de la vie. C’est de Dieu que dérive la vie et, grâce à l’incarnation et à la résurrection, une nouvelle vie peut entrer dans l’homme et c’est une vie divine. Nous ne serons jamais aussi vivants qu’une fois morts, si nous sommes « jugés dignes d’avoir part à ce monde-là ». Dieu a un magnifique projet pour nous, mais il est parfois difficile à voir car nous sommes trop attachés aux schémas de cette vie terrestre, de sorte que nous avons du mal à nous imaginer une autre sorte de vie.

Dialogue avec le Christ
Mon doux Jésus, aide moi à voir ma vie d’aujourd’hui à la lumière de Ton amour. Je suis bien ancré dans les réalités de ce monde, trop souvent j’en oublie le plus important et je me perds dans des choses secondaires. Ne cesse pas de me rappeler que je suis fait pour recevoir et vivre l’amour dans sa plénitude et aide-moi à le vivre dès ici-bas avec toi et avec mes proches.

Résolution
Voir dans ma vie ce qui me mène à une plus grande union avec Dieu et favoriser ces moments ou ces activités qui me rapprochent du ciel.



Cette méditation a été écrite par

Dans ce chapitre d'Evangile nous vous proposons de lire



Accueil | Version Mobile | Faire un don | Contact | Qui sommes nous ? | Plan du site | Information légales