Catholic.net International English Espanol Deutsh Italiano Slovensko
 - 28 novembre 2022 - Saint Jacques de la Marche
Date : jeudi 21 mars 2013
La m餩tation

 

Les méditations

La vie véritable

Evangile selon St Jean, chapitre 8, 51-59

Jésus disait aux Juifs : « Amen, amen, je vous le dis : si quelqu’un reste fidèle à ma parole, il ne verra jamais la mort. »
Les Juifs lui dirent : « Nous voyons bien maintenant que tu es un possédé. Abraham est mort, les prophètes aussi, et toi, tu dis : ’Si quelqu’un reste fidèle à ma parole, jamais il ne connaîtra la mort.’ Es-tu donc plus grand que notre père Abraham ? Il est mort, et les prophètes aussi. Qui donc prétends-tu être ? »
Jésus répondit : « Si je me glorifie moi-même, ma gloire n’est rien ; c’est mon Père qui me glorifie, lui que vous appelez votre Dieu, alors que vous ne le connaissez pas. Mais moi, je le connais, et, si je dis que je ne le connais pas, je serai un menteur, comme vous. Mais je le connais, et je reste fidèle à sa parole. Abraham votre père a tressailli d’allégresse dans l’espoir de voir mon Jour. Il l’a vu, et il a été dans la joie. »
Les Juifs lui dirent alors : « Toi qui n’as pas cinquante ans, tu as vu Abraham ! »
Jésus leur répondit : « Amen, amen, je vous le dis : avant qu’Abraham ait existé, moi, JE SUIS. »
Alors ils ramassèrent des pierres pour les lui jeter. Mais Jésus, en se cachant, sortit du Temple.

Prière d'introduction
Tu marches vers la croix, Jésus. C’est pour moi que Tu le fais. Fais-moi découvrir cette vie que Tu veux me donner.

Demande
Fais la lumière en moi pour éclairer mon cœur jusque dans les coins que je préférerais laisser dans l’obscurité.

Points de réflexion

1. Entre Jésus et les pharisiens il y a une forte tension. Les pharisiens font partie du peuple de Dieu. C’est à eux qu’il s’est révélé, qu’il s’est fait connaître. Mais Jésus les met en lumière : « lui que vous appelez votre Dieu, alors que vous ne le connaissez pas ». Or, ne pas connaître Dieu est justement ce que les prophètes ont dévoilé au peuple et qui, bien souvent, leur a valu la persécution. Ils ne veulent pas reconnaître qu’ils cherchent à se donner eux-mêmes la vie. Ils croient que, par leurs efforts, ils atteignent un état où ils n’ont plus rien à se reprocher, qu’ils sont justes. Ceci équivaut à dire qu’ils n’ont alors plus besoin de Dieu dans leur vie. Ils ne cherchent plus à connaître Dieu, puisqu’ils « n’en ont plus besoin ». Or les pharisiens devraient enseigner le peuple, eux qui ont le savoir des Ecritures, de la science de Dieu. Ils ont accès au Temple et à la Torah, mais ils empêchent les autres de connaître le Seigneur à cause de leur endurcissement de tête et de cœur. Eux prétendent être sains (et même saints !) mais le sont-ils ? Leur vie est-elle la vie véritable ? La mort d’Abraham est-elle la véritable mort ?

2. Les pharisiens se disent fièrement fils d’Abraham, le père des croyants. Il l’est depuis que le Seigneur lui a promis : « tu deviendras père d’un grand nombre de peuples ». Ce n’est pas par lui-même, car Dieu dit bien « je fais de toi le père ». Il a reçu la vie de Dieu, c’est un fait évident dans le miracle d’Isaac, quand lui et Sara, sa femme, étaient dans l’incapacité physique d’avoir un enfant. La vie vient de Dieu. De même qu’Abraham n’a pas cherché à se la donner lui-même, on ne peut se faire fils d’Abraham. Et ceux qui le sont ne peuvent s’abriter sous ce nom ou réclamer un droit ou un honneur. Car ce serait agir à l’inverse de celui qu’ils appellent leur père. Lui, il a reçu la vie de Dieu. Il en était conscient. Et, pour cela, il cherchait à vivre selon ce que le Seigneur lui demandait, pour être capable d’accueillir, de recevoir ce que le Père voulait lui donner. Il est père parce que Dieu est Père. Ainsi cette vie, qui est sortie de lui alors qu’il avait perdu l’espoir d’avoir un fils, n’est-elle pas une manifestation d’une vie plus intérieure, mais bien supérieure ? De la vie divine qui dépasse la vie humaine et l’élève ? Cette vie faisait vivre Abraham, mais elle se trouve en plénitude en Jésus.

3. Il est la Vie. Or cette Vie nous ne l’avons jamais vue de nos yeux. Dieu, nous ne le voyons pas. Mais nous avons sa parole. C’est ce que dit Jésus : « si quelqu’un reste fidèle à ma parole, il ne verra jamais la mort. » Si nous pouvions voir Dieu ou voir le Christ dans sa gloire, nous pouvons imaginer que nous aurions du mal à détacher de Lui notre regard. Et nous nous en rappellerions sans cesse. Mais nous ne Le voyons pas. Malgré cela, puisqu’il nous donne sa parole, mobilisons notre raison, notre cœur et notre volonté pour la lire, la connaître, la scruter. Car, en elle, Dieu se donne à nous, Dieu veut que nous le connaissions. Car il est la vie. Est-il ma vie vraiment ? Il est venu pour que nous ayons la vie, et que nous l’ayons en abondance. Comme pour Abraham. Il veut que nous soyons fils d’Abraham, puisqu’il est le père des croyants, de ceux qui attendent la vie de Dieu. Et ainsi, en vivant comme Abraham, il veut faire de nous des fils. Oui, il veut faire de nous des fils dans le Fils. Ce Fils, il marche maintenant vers la mort, vers une mort selon les pharisiens. Dans une semaine. Sa mort pour ma vie, condamné, pour que je sois libéré.

Dialogue avec le Christ
Viens, sois ma lumière oh Jésus ! Eclaire mes ténèbres. Alors Tu pourras me donner la vie et je vivrai. Tu connais ma faiblesse, Tu sais que je ne suis pas capable de me convertir, de me donner la vraie vie. Alors Seigneur, convertis-moi, et je serai converti.

Résolution
Me retrouver un moment Cœur à cœur avec le Seigneur, pour préparer ma confession.



Cette méditation a été écrite par

Dans ce chapitre d'Evangile nous vous proposons de lire



Accueil | Version Mobile | Faire un don | Contact | Qui sommes nous ? | Plan du site | Information légales