Catholic.net International English Espanol Deutsh Italiano Slovensko
 - 14 mai 2021 - Saint Matthias
Date : lundi 22 juillet 2013
La m餩tation

 

Les méditations

"On a enlevé le Seigneur et je ne sais pas où on l'a mis"

Evangile selon St Jean, chapitre 20, 11-18

Après la mort de Jésus, le premier jour de la semaine, Marie Madeleine se rend au tombeau de grand matin, alors qu’il fait encore sombre. Elle voit que la pierre a été enlevée du tombeau.
Elle restait là dehors, à pleurer devant le tombeau. Elle se penche vers l’intérieur, tout en larmes, et, à l’endroit où le corps de Jésus avait été déposé, elle aperçoit deux anges vêtus de blanc, assis l’un à la tête et l’autre aux pieds.
Ils lui demandent : « Femme, pourquoi pleures-tu ? » Elle leur répond : « On a enlevé le Seigneur mon Maître, et je ne sais pas où on l’a mis. »
Tout en disant cela, elle se retourne et aperçoit Jésus qui était là, mais elle ne savait pas que c’était Jésus.
Jésus lui demande : « Femme, pourquoi pleures-tu ? Qui cherches-tu ? » Le prenant pour le gardien, elle lui répond : « Si c’est toi qui l’as emporté, dis-moi où tu l’as mis, et moi, j’irai le reprendre. »
Jésus lui dit alors : « Marie ! » Elle se tourne vers lui et lui dit : « Rabbouni ! » ce qui veut dire : « Maître » dans la langue des Juifs.
Jésus reprend : « Cesse de me tenir, je ne suis pas encore monté vers le Père. Va plutôt trouver mes frères pour leur dire que je monte vers mon Père et votre Père, vers mon Dieu et votre Dieu. »
Marie Madeleine s’en va donc annoncer aux disciples : « J’ai vu le Seigneur, et voilà ce qu’il m’a dit. »

Prière d'introduction
Jésus, je crois en toi ; je crois que tu es mort et que tu es ressuscité. Je crois que tu es vivant. Que tu es avec moi aujourd’hui, réellement. Tu marches avec moi, tu te réjouis avec moi, tu souffres avec moi...

Demande
Un plus grand désir de connaitre le Christ ressuscité de telle manière qu’il nous remplisse de force et de joie pour être ses témoins.

Points de réflexion

1. Jésus ressuscité surprend. Marie Madeleine ne le reconnait pas : « elle ne savait pas que c’était Jésus », elle s’attendait à trouver Jésus mort, et donc elle voulait voir le cadavre de Jésus. Et elle ne l’a pas vu ! Parce qu’il n’y avait pas de cadavre, mais un tombeau vide ! Les disciples d’Emmaüs, eux aussi, mettent du temps à reconnaître celui qui les a rejoints. Parce qu’ils pensaient que les choses se passeraient autrement, et que Jésus serait différent. Qui est ce Jésus ? Cette question peut paraître un peu bête ou simplette. Mais est-ce que je sais réellement qui il est ? Est-ce que je connais Dieu ? Acceptons de ne pas embrasser complètement le mystère de Dieu, nous ne pouvons pas le mettre dans nos petites cases et encore moins le contrôler. Heureusement, parce que, sinon, ce ne serait plus Dieu ! Alors nous pouvons nous demander : est-ce que l’image que je me fais de Dieu est vraiment l’image de Dieu ? Demandons-lui de purifier cette image, de le connaitre non totalement, parce que nous sommes trop limités pour cela, mais en vérité.

2. Jésus lui dit alors : « Marie ! ». C’est en entendant son nom, de la bouche de Jésus, que Marie le reconnaît, et au fond qu’elle se retrouve et se connaît elle-même davantage. Nous, quand nous disons le nom de Dieu, Jésus ou Seigneur, nous parlons vraiment de ou à lui. Cependant nous ne le connaissons qu’en partie. lui, quand il prononce notre nom, nous sommes complètement, exactement et totalement compris dans le mot prononcé. En effet, il nous connaît complètement. Écoutons-le prononcer notre nom. Il est le berger qui connaît ses brebis et que les brebis connaissent, elles reconnaissent sa voix et le suivent. Écoutons sa parole. Il nous la donne pour le connaître et ainsi nous guider. Aujourd’hui, Seigneur, je te le redis : je veux te suivre.

3. « Cesse de me tenir ». Dieu nous a choisis et appelés. Il nous a fait le don de le connaître. Il nous a fait le don de lui-même. Certes, nous aurons toujours à grandir dans la connaissance que nous avons du Seigneur. Mais le don qu’il fait de lui-même n’est jamais à garder pour soi. D’ailleurs, c’est un cadeau qui a la particularité de s’émietter, de s’affadir, si on le garde pour soi, caché ; mais au contraire il grandit et s’affermit, dans la mesure où on le communique. Jésus a ouvert les yeux et le cœur de Marie Madeleine, mais il ne la laisse pas rester là à le contempler. Il lui dit : « Va plutôt trouver mes frères pour leur dire... » Le cadeau de connaître le Christ est une responsabilité, pour chacun de nous, d’annoncer à nos frères : « J’ai vu le Seigneur, et voilà ce qu’il m’a dit. » Il y a bien de façons d’être témoin ; en commençant par les aimer avec l’amour dont Jésus les a aimés. Avec quelle joie, quelle force, quel enthousiasme et quelle conviction Marie Madeleine a annoncé que Jésus est vivant, qu’il est ressuscité ! Elle ne le faisait pas par devoir mais par amour, tellement la connaissance et l’amour qu’elle avait de Jésus la brûlaient ! Elle est transfigurée, transformée par cette rencontre.

Dialogue avec le Christ
Jésus, merci parce que tu te donnes à moi. Fais que chaque jour je t’écoute prononcer mon nom et que je l’annonce à mes frères.

Résolution
Etre témoin auprès de quelqu’un aujourd’hui que le Christ est vivant.



Cette méditation a été écrite par

Dans ce chapitre d'Evangile nous vous proposons de lire



Accueil | Version Mobile | Faire un don | Contact | Qui sommes nous ? | Plan du site | Information légales