Catholic.net International English Espanol Deutsh Italiano Slovensko
 - 15 mai 2021 - Saint Michel Garicoïts
Date : lundi 18 novembre 2013
La m餩tation

 

Les méditations

Guérison d'un aveugle

Evangile selon St Luc, chapitre 18, 35-43

Comme Jésus approchait de Jéricho, un aveugle qui mendiait était assis au bord de la route. Entendant une foule arriver, il demanda ce qu’il y avait. On lui apprit que c’était Jésus le Nazaréen qui passait.
Il s’écria : « Jésus, fils de David, aie pitié de moi ! »
Ceux qui marchaient en tête l’interpellaient pour le faire taire. Mais lui criait de plus belle : « Fils de David, aie pitié de moi ! »
Jésus s’arrêta et ordonna qu’on le lui amène. Quand il se fut approché, Jésus lui demanda : « Que veux-tu que je fasse pour toi ? ? Seigneur, que je voie ! »
Et Jésus lui dit : « Vois. Ta foi t’a sauvé. »
À l’instant même, l’homme se mit à voir, et il suivait Jésus en rendant gloire à Dieu. Et tout le peuple, voyant cela, adressa ses louanges à Dieu.

Prière d'introduction
Tu descends, Seigneur, dans ma vie, dans mon milieu, dans mon Jéricho, pour y semer l’Evangile du salut. Je veux ouvrir mes oreilles et mon coeur pour entendre ta parole de miséricorde et de pitié. Je te loue pour tes bienfaits, qui nous ouvrent le chemin de vie éternelle, sur lequel tu nous précèdes.

Demande
Donne-moi, Seigneur, la grâce de voir reconnaître mes besoins de ta pitié et ceux de mon prochain, pour te les présenter, plein de foi, et pour te supplier, plein de confiance.

Points de réflexion

1. Jésus, fils de David, aie pitié de moi ! La demande est la forme la plus fondamentale de la prière. Elle exprime la dépendance de créature à l’égard du Créateur. Quand un enfant souffre d’une maladie chronique ou subit un grave accident, il se tourne vers sa mère et vers son père, pour demander "pourquoi". Cette question ne cherche pas une réponse intellectuelle et scientifique, mais elle reflète le questionnement existentiel d’un souffrant - "pourquoi moi ?", "pourquoi le mal ?". L’explication "insuffisance génétique" ou "le hasard est une coïncidence contingente de deux causes indépendantes" ne résout pas le problème du mal.
Jésus est la véritable réponse à ce mystère ; il éclaire les joies et les peines qu’engendre celui-ci, d’une lumière qui vient de l’au-delà et ouvre l’œil à la foi. Cette foi introduit l’homme qui prie dans la perspective de la communion divine en Jésus, à la fois homme priant et Dieu. Le Créateur, fidèle, ne cesse d’avoir pitié. Mais ce n’est qu’en l’âme priante que la pitié peut se réaliser. Ne cessons donc pas de prier.

2. Que veux-tu que je fasse pour toi ? Jésus ne sait-il pas exactement ce que veut l’aveugle de Jéricho ? Ne connaît-il pas nos besoins, avant que nous ne les ayons formulés ? Bien que Dieu connaisse nos nécessités bien avant nous, il emploie une pédagogie bien précise pour nous éveiller à la foi. En effet, Dieu n’est pas un distributeur automatique de grâces ou de miracles. Par notre prière, il veut effectuer une chirurgie spirituelle dans notre âme et dans notre coeur : éclairer l’intelligence afin de discerner et guérir les blessures morales du passé, conscientes ou inconscientes, dompter notre volonté afin qu’elle devienne patiente, humble, remplie d’amour et serviable envers le Créateur, purifier notre conscience pour l’orienter vers les biens éternels.
Mais la demande doit venir de nous. Dieu nous laisse parfois patienter, mais il ne refuse rien à Jésus, ni à Marie, ni aux saints du ciel. Dans la mesure où nous avons d’authentiques amitiés spirituelles et surnaturelles, toute cette opération peut se dérouler plus aisément. Renouvelons donc notre foi et notre confiance filiale, à l’exemple de nos saints.

3. À l’instant même, l’homme se mit à voir, et il suivait Jésus en rendant gloire à Dieu. La foi limpide de ce pauvre homme aveugle l’a sauvé instantanément, par un acte de la volonté divine. Et il n’en reste pas là : il suit Jésus et rend gloire à Dieu. Il avait bien les dispositions pour le faire, et c’est ce qui a rendu "opérationnelle" la grâce de Dieu, puisque la grâce "suppose" la nature. Combien de grâces sont retenues dans le ciel, faute de dispositions de notre part ! Il nous est demandé d’être prêts à suivre Jésus, à renoncer à tout ce qui n’est pas lui, à tout le superflu. La grâce veut transformer notre vie. On ne peut pas rester pareil après la rencontre avec le Christ. Laissons-nous saisir spirituellement par son amour, orientons nos comportements et choix vers une plus grande disponibilité à l’Esprit du Christ, dans la charité, dans la générosité, dans l’humilité. Et sa grâce se manifestera.

Dialogue avec le Christ
Je te remercie, Seigneur Jésus, pour la parole de l'Évangile qui éclaire mon chemin et révèle mon indigence. Je te remercie pour cette rencontre dans la prière. Je veux te suivre sur le chemin de tes préceptes, pour t'aimer davantage et servir mon prochain.

Résolution
Une visite à l'Eglise pour rendre gloire à Dieu pour ses bienfaits dans ma vie.



Cette méditation a été écrite par

Dans ce chapitre d'Evangile nous vous proposons de lire



Accueil | Version Mobile | Faire un don | Contact | Qui sommes nous ? | Plan du site | Information légales