Catholic.net International English Espanol Deutsh Italiano Slovensko
 - 21 juin 2022 - Saint Louis de Gonzague
Date : vendredi 17 janvier 2014
La m餩tation

 

Les méditations

Guérison d'un paralysé, signe du pardon des péchés

Evangile selon St Marc, chapitre 2, 1-12

Jésus était de retour à Capharnaüm, et la nouvelle se répandit qu’il était à la maison.
Tant de monde s’y rassembla qu’il n’y avait plus de place, même devant la porte.
Jésus leur annonçait la Parole. Arrivent des gens qui lui amènent un paralysé, porté par quatre hommes. Comme ils ne peuvent l’approcher à cause de la foule, ils découvrent le toit au-dessus de Jésus, font une ouverture et descendent le brancard sur lequel était couché le paralysé.
Voyant leur foi, Jésus dit au paralysé : « Mon fils, tes péchés sont pardonnés. »

Prière d'introduction
« Garde-moi, mon Dieu, j’ai fait de toi mon refuge. J’ai dit au Seigneur tu es mon Dieu ! Je n’ai d’autre bonheur que toi. » Ps 15.

Demande
Dieu qui a donné à saint Antoine de mener dans la solitude une vie héroïque, accorde-nous, par son intercession, de nous renoncer à nous-mêmes pour t’aimer sans cesse et plus que tout ! (liturgie du jour).

Points de réflexion

1. « Des gens vinrent à lui, amenant un paralytique porté par quatre hommes. Comme ils ne pouvaient l’aborder, à cause de la foule, ils découvrirent le toit de la maison où il était, et ils descendirent par cette ouverture le lit sur lequel le paralytique était couché  ». La guérison de ce paralytique apparaît dans l’Evangile à la suite du miracle du démoniaque, du lépreux, de la belle-mère de Simon ainsi que celles de « beaucoup de malades atteints de divers maux ». Ce miracle supplémentaire pourrait presque passer inaperçu. Et pourtant, il nous éclaire sur une dimension essentielle de notre vie chrétienne : celle de la prière d’intercession. En effet, ici ce n’est pas le paralytique qui fait la démarche de venir à Jésus. Ce n’est pas non plus Jésus qui le remarque et lui propose son aide. Cette fois-ci, ce sont ses proches qui présentent le paralytique à Jésus. Afin de pourvoir le lui présenter, ils ne se laissent pas décourager par les obstacles qui s’opposent à eux : la foule, le passage obstrué, le handicap de leur ami. Rien ne les arrête. Ils affrontent les difficultés car ils savent que Jésus est la solution : il est la Vérité, le Chemin et la Vie. Le jour de notre baptême nous recevons toutes les vertus théologales de la foi, de l’espérance et de la charité qui nous donnent la même capacité que ces quatre hommes de présenter nos demandes aux Seigneur. Ces quatre hommes nous donnent un témoignage d’intercession auprès de Dieu pour les personnes qui sont dans l’incapacité de prier, de s’offrir, de croire. « L’intercession est une prière de demande qui nous conforme de près à la prière de Jésus. C’est lui l’unique intercesseur auprès du Père en faveur de tous les hommes, des pécheurs en particulier (cf. Rm 8,34 ; 1 Jn 2,1 ; 1 Tm 2, 5-8). Il est " capable de sauver de façon définitive ceux qui par lui s’avancent vers Dieu, étant toujours vivant pour intercéder en leur faveur " » Catéchisme de l’Eglise Catholique 2634.

2. « Pourquoi avez-vous de telles pensées dans vos cœurs ? » Laissons cette parole du Verbe Incarné nous interpeller. Quelles sont les pensées qui habitent mon cœur aujourd’hui ? Quels sont les motifs de mes préoccupations ? De quelle manière est-ce que je regarde les personnes qui veulent faire le bien autour de moi ? Les personnes qui me sont différentes ? Les personnes malades autant dans leur cœur que dans leur corps ? Celles qui me blessent consciemment ou inconsciemment ? Et si cet Evangile devenait pour moi une invitation à purifier mes jugements rapides et parfois sévères ; à me mettre à l’école du Christ et lui présenter dans la prière ceux qui me sont proches et qui souffrent ? « Il n’y a pas un cri humain qui ne soit écouté par Dieu (...) la prière ne nous épargne pas les épreuves et la souffrance, mais elle nous permet de la vivre et de l’affronter avec une force nouvelle, avec la même confiance que Jésus » (Benoît XVI, 16 mai 2012).

Dialogue avec le Christ
Accepte, Seigneur Jésus, l’offrande de ma vie. Permets qu’en me détachant des biens superflus, je découvre que ma seule richesse est en toi (liturgie du jour).

Résolution
Chaque fois que j’aurai envie de me plaindre, j’élèverai au Seigneur une prière d’intercession pour l’un de mes proches qui en a le plus besoin.



Cette méditation a été écrite par

Dans ce chapitre d'Evangile nous vous proposons de lire



Accueil | Version Mobile | Faire un don | Contact | Qui sommes nous ? | Plan du site | Information légales