Catholic.net International English Espanol Deutsh Italiano Slovensko
 - 1er juillet 2022 - Saint Thierry
Date : mardi 25 mars 2014
La m餩tation

 

Les méditations

L'Annonciation

Evangile selon St Luc, chapitre 1, 26-38

L’ange Gabriel fut envoyé par Dieu dans une ville de Galilée, appelée Nazareth, à une jeune fille, une vierge, accordée en mariage à un homme de la maison de David, appelé Joseph ; et le nom de la jeune fille était Marie.
L’ange entra chez elle et dit : « Je te salue, Comblée-de-grâce, le Seigneur est avec toi. »
À cette parole, elle fut toute bouleversée, et elle se demandait ce que pouvait signifier cette salutation.
L’ange lui dit alors : « Sois sans crainte, Marie, car tu as trouvé grâce auprès de Dieu.
Voici que tu vas concevoir et enfanter un fils ; tu lui donneras le nom de Jésus. Il sera grand, il sera appelé Fils du Très-Haut ; le Seigneur Dieu lui donnera le trône de David son père ; il régnera pour toujours sur la maison de Jacob, et son règne n’aura pas de fin. »

Prière d'introduction
Avec l’ange, nous saluons Marie : réjouis-toi, comblée de grâce, le Seigneur est avec toi ; tu as trouvé grâce auprès de Dieu.
Loué sois-tu, Dieu notre Père, pour le don de ta Parole qui est lumière sur mes pas et lampe de ma route (Psaume 118, 105). Merci d’être venu habiter parmi nous, par Marie, et d’avoir pris en pitié notre misère.

Demande
Ô Dieu, tu as voulu racheter le genre humain en prenant notre condition de vie, à l’exception du péché, par ton Fils Jésus-Christ ; augmente en nous la foi, l'espérance et la charité pour accueillir ta parole et pour la faire fructifier dans le monde, afin que ton Règne arrive. Nous te le demandons par Jésus, le Christ, notre Seigneur.

Points de réflexion

1. Comblée de grâce. L’admirable plan de Dieu qui veut habiter parmi nous n’est pas évident à réaliser. Certes, Dieu nous dit, par la voix du prophète Isaïe : « Ma parole, qui sort de ma bouche, ne me reviendra pas sans résultat, sans avoir fait ce qui me plaît, sans avoir accompli sa mission » (Isaïe 55, 11). Mais puisqu’il veut faire participer la créature humaine à l’accomplissement de son plan, il doit trouver quelqu’un qui soit prêt à le faire. Prêt, non pas de façon volontaire et superficielle, mais d’une grande profondeur et docilité. Qui trouvera-t-il ? Qui sera prêt à l’accueillir ? Qui aura l’âme assez pure, le cœur assez aimant, l’esprit assez humble, pour y contribuer, sans l’accaparer, sans y mélanger son ambition, sans y faire obstacle ? En Marie, cette question trouve sa réponse : Dieu s’est préparé une demeure « comblée de grâce ». Ce titre qui vient de la bouche de Dieu n’est pas un qualificatif ponctuel ou éphémère, comme une fleur qui se fane en une journée (cf. Psaume 89, 5-6), mais une qualité de son être, un privilège qu’il lui a accordé. Exempte du péché originel, elle est déjà plongée dans la vie divine, une nouvelle pousse de la race humaine. En Marie, Dieu rend accessible la plénitude de la grâce à toute l’humanité et en fait participer celui qui se détourne du mal et met sa foi en la parole de Dieu. Dans ma vie pratique, de quel bord est-ce que je me trouve ? De quoi mon cœur est-il rempli ? Est-ce que je le purifie pour en faire une demeure accueillante à la divine parole ?

2. L’Esprit Saint viendra sur toi. Le moment charnière de la réalisation du plan divin dépasse encore ce privilège de l’Immaculée. Avoir l’âme pure de toute souillure n’est qu’un passif. Or l’insertion de la parole de Dieu dans l’existence humaine est le fruit d’une intervention directe et immédiate. La conception de Jésus dans le sein virginal de Marie n’est pas « virtuelle » (dans le sens moderne, en vertu de sentiments religieux), mais réelle. Jésus ne naît ni du sang, ni d’une volonté charnelle, ni d’une volonté d’homme, mais de Dieu (cf. Jean 1, 13), sans médiation humaine. Ce qui est impossible à l’homme est possible à Dieu. Si « l’incarnation » virginale avait été possible à l’homme, l’intervention de Dieu n’aurait été qu’accessoire. Le salut aurait pu être atteint, en substance, par l’apport humain seulement, par une vie morale parfaite. De la même manière, notre âme ne peut être transformée et évangélisée que par l’Esprit Saint venant sur nous. Lorsque la puissance du Très-Haut la prend sous son ombre (cf. Luc 1, 35), nous recevons l’Évangile dans notre être, plus que dans notre « raison pure ». Mais pour cela il faut avoir le cœur ouvert et les oreilles attentives, pour écouter, dans le message de l’ange, d’un pasteur, d’un prêtre, d’une personne consacrée..., résonner la parole de Dieu. Il faut renoncer à la voix du scepticisme rationaliste, qui essaie de remettre en cause l’opportunité du message. Quelle est mon attitude à moi ? Est-ce que je me laisse envahir par le Saint Esprit ?

3. Que tout se passe selon ta parole. Rien ne se serait fait sans le consentement de Marie. L’acquiescement parfaitement libre de Marie à la volonté de Dieu est le plus grand miracle de l’histoire humaine. Son oui a racheté le non initial d’Ève. Cette acceptation en connaissance de cause, de la part de Marie, exprime au plus haut degré la liberté humaine. La réponse de Marie ne ferme pas sa coopération dans un schéma de vie servile et irresponsable, mais ouvre au contraire sa vie à la pleine coresponsabilité avec l’œuvre de Dieu. L’accomplissement de la mission dépasse toutes les mesures humaines, ses capacités, ses potentialités. Si déjà une nouvelle vie humaine est un cadeau et miracle de la création, puisqu’on ne peut pas prédire la destinée de cette existence terrestre, le devenir, en Jésus, de l’histoire humaine transcende les siècles. « Autant le ciel est élevé au-dessus de la terre, autant mes chemins sont élevés au-dessus de vos chemins, et mes pensées, au-dessus de vos pensées » (Isaïe 55, 9). Combien de fois, comme les apôtres, à qui le Maître a voulu confier la fondation de l’Église à travers le temps, avons-nous inconsciemment défiguré le plan de Dieu ? Combien de fois Jésus devrait-il me dire, comme il le dit à Pierre, « passe derrière moi, Satan ! » (Matthieu 16, 23). Ne nous est-il pas plus prudent de nous mettre à l’écoute et à la méditation de l’Évangile, pour suivre ses conseils, que d’avancer des théories qui n’ont ni queue ni tête et qui ne nous mènent à rien ? Écouter la voix de Dieu dans sa propre conscience, la distinguant des voix proposées par le monde, le Tentateur ou l’égo, est une épreuve à notre délicatesse de vie chrétienne. Demandons à Dieu, par l’intercession de celle qui a accueilli en plénitude l’accomplissement de la promesse, la grâce de ne suivre que lui.

Dialogue avec le Christ
Avec Marie, Seigneur Jésus, nous voulons t'accueillir en nos vies, en nos âmes, en nos cœurs, en nos esprits. Fais de nous des porteurs de parole, des témoins d'espérance, des foyers brûlant de charité. Que l'Esprit nous couvre de son ombre, afin qu'au milieu des épreuves de cette vie se réalise le plan mystérieux du Père en faveur de notre salut.

Résolution
En ce jour, je bénirai le Seigneur en tout temps, et garderai sa louange sans cesse à mes lèvres.



Cette méditation a été écrite par

Dans ce chapitre d'Evangile nous vous proposons de lire



Accueil | Version Mobile | Faire un don | Contact | Qui sommes nous ? | Plan du site | Information légales