Catholic.net International English Espanol Deutsh Italiano Slovensko
 - 21 juin 2022 - Saint Louis de Gonzague
Date : mardi 22 avril 2014
La m餩tation

 

Les méditations

Il est vivant !

Evangile selon St Jean, chapitre 20, 11-18

Marie Madeleine restait là dehors, à pleurer devant le tombeau. Elle se penche vers l’intérieur, tout en larmes, et, à l’endroit où le corps de Jésus avait été déposé, elle aperçoit deux anges vêtus de blanc, assis l’un à la tête et l’autre aux pieds.
Ils lui demandent : « Femme, pourquoi pleures-tu ? » Elle leur répond : « On a enlevé le Seigneur mon Maître, et je ne sais pas où on l’a mis. »
Tout en disant cela, elle se retourne et aperçoit Jésus qui était là, mais elle ne savait pas que c’était Jésus.
Jésus lui demande : « Femme, pourquoi pleures-tu ? Qui cherches-tu ? » Le prenant pour le gardien, elle lui répond : « Si c’est toi qui l’as emporté, dis-moi où tu l’as mis, et moi, j’irai le reprendre. »
Jésus lui dit alors : « Marie ! » Elle se tourne vers lui et lui dit : « Rabbouni ! » ce qui veut dire : « Maître » dans la langue des Juifs.
Jésus reprend : « Cesse de me tenir, je ne suis pas encore monté vers le Père. Va plutôt trouver mes frères pour leur dire que je monte vers mon Père et votre Père, vers mon Dieu et votre Dieu. »
Marie Madeleine s’en va donc annoncer aux disciples : « J’ai vu le Seigneur, et voilà ce qu’il m’a dit. »

Prière d'introduction
Sainte Marie, mère de Jésus et notre mère, et sainte Marie Madeleine, obtenez-nous la grâce d’augmenter notre foi et notre désir de voir, d’entendre, d’être avec Jésus. Le Christ est ressuscité ! Il est vivant !

Demande
Joie de la Résurrection dans ma vie et confiance de plus en plus profonde dans les promesses de Dieu.

Points de réflexion

1. Le tombeau vide. Elle cherchait Jésus, cet homme, le Messie, qu’elle avait rencontré et qui l’avait sauvée, libérée. Elle le cherchait mort dans son tombeau. Mais le sépulcre est vide, il n’y a plus de corps. Le mort n’est plus là, parce qu’il a vaincu la mort. Il est vivant ! Notre Dieu vit ! C’est la première annonce des disciples. Avant même de parler de sa naissance, de son enseignement ou de ses miracles, ils annoncent : « Nous avons vu le Seigneur » (cf. Jn 20,18.25), « Le Seigneur est ressuscité » (cf. Lc, 24,34, Mc 16,10.13, Ac 1,22. 2,24.32.3,15). Sa résurrection n’est pas comme celle de Lazare ou de la fille de Jaïre. Dans ces cas, il s’agissait d’un retour à la vie humaine et d’un prolongement de leurs jours sur terre. Mais ici Jésus entre dans la Gloire et l’éternité de Dieu ! C’est d’un autre ordre et, en même temps, notre vie est touchée par cette résurrection, puisque c’est le premier pas pour que nous entrions dans la vie du ciel.

2. « Marie ! » Le double retournement de cette femme est touchant : « Elle se retourne et aperçoit Jésus », « mais elle ne savait pas que c’était Jésus », et « Jésus lui dit alors : ?Marie !’ Elle se tourne vers lui et lui dit : ?Rabbouni !’ ». Ce que les yeux de Marie de Magdala n’ont pas perçu, ses oreilles l’ont saisi : c’est lui, celui qu’elle cherchait, celui qu’elle aime. Il n’était pas en train de se cacher, mais les yeux de Marie ne suffisaient pas à reconnaître le divin. Le Christ ressuscité échappe à nos perceptions, et quand il apparaît, quand nous le reconnaissons, c’est par grâce. Dieu se révèle avec discrétion, sans jamais forcer la porte, le cœur. Il veut que nous puissions croire librement en la résurrection, en lui. Ainsi tous les témoignages et indices de la résurrection ne pourront jamais donner la foi à quelqu’un.

3. Une vie nouvelle. Jésus est ressuscité. Qu’est-ce que cela veut dire pour moi, aujourd’hui ? Qu’est-ce que ça change dans ma vie ? Il vit ! De la même manière qu’il s’est incarné pour moi, qu’il a souffert pour moi, il est ressuscité et il vit pour moi. Et je peux vivre pour lui. Plus qu’avec aucune autre personne, c’est avec lui que je peux avoir la relation la plus forte, profonde, vraie. Derrière la parole quelque peu mystérieuse « Cesse de me tenir » (traduit aussi par « cesse de me toucher » ou « ne me retiens pas ») le Christ invite à une communion encore plus intime avec lui, que celle qu’avait Marie Madeleine avant la mort de Jésus. En effet, les gens pouvaient le toucher avec foi et obtenaient des guérisons (cf. la femme hémorroïsse). Mais à partir de son Ascension, il ne sera plus en tant qu’homme incarné sur la terre. Et cependant il reste avec nous. La relation est dorénavant plus intérieure que sensible. Cette présence intériorisée, Jésus l’avait annoncée à ses disciples lors de la dernière Cène : « D’ici peu de temps, le monde ne me verra plus, mais vous, vous me verrez vivant, et vous vivrez aussi. En ce jour-là, vous reconnaîtrez que je suis en mon Père, que vous êtes en moi, et moi en vous » (Jn 14,19-20). Marie Madeleine est ainsi libérée, elle peut vivre ancrée sur cette promesse du Seigneur, et, guidée par lui, elle va vers les autres, envoyée du ressuscité.

Dialogue avec le Christ
Seigneur, que notre espoir soit en toi comme ton amour est sur nous ! Oui, ton amour a toujours été sur moi et il ne se détournera jamais de moi ! Loué sois-tu ! Je crois, Seigneur, que toi, le Christ ressuscité, tu vis en moi. Et je m’unis à toi en ce moment de prière. Car tu me donnes cette grâce et tu désires vivre avec moi. C’est pourquoi je m’abandonne à toi. Je veux vivre cette journée avec toi, et que toutes mes pensées, mes paroles et mes actions soit faites avec toi et pour toi.

Résolution
Témoigner de la joie de la Résurrection en me donnant simplement et joyeusement à ceux qui sont à côté de moi aujourd’hui.



Cette méditation a été écrite par

Dans ce chapitre d'Evangile nous vous proposons de lire



Accueil | Version Mobile | Faire un don | Contact | Qui sommes nous ? | Plan du site | Information légales