Catholic.net International English Espanol Deutsh Italiano Slovensko
 - 21 juin 2022 - Saint Louis de Gonzague
Date : jeudi 12 juin 2014
La m餩tation

 

Les méditations

Surpasser la justice de « l’œil pour l’œil »

Evangile selon St Matthieu, chapitre 5, 20-26

Comme les disciples s"étaient rassemblés autour de Jésus, sur la montagne, il leur disait : « Je vous le déclare : Si votre justice ne surpasse pas celle des scribes et des pharisiens, vous n’entrerez pas dans le Royaume des cieux.

Prière d'introduction
Seigneur, rends-moi juste comme tu es juste.

Demande
Laisser de côté les injustices que je nourris dans mon cœur.

Points de réflexion

1. Jésus nous demande une justice à la taille de Dieu son Père. Qu’est-ce que la justice et quelle est la justice du Père ? Pour saint Thomas d’Aquin, la justice a deux formes : l’une de donner et de recevoir en retour ; l’autre de distribuer à chacun selon son mérite. Le mot « mérite » blesse nos oreilles, et pourtant c’est le mot juste. Mérite, étymologiquement, veut dire « recevoir en partage sa part et son destin » (du grec meiromai).
La justice de Dieu n’est certainement pas une justice de donner et de recevoir en échange, car nous n’avons rien à donner à un Dieu infini. La justice de Dieu est distributive. Il nous donne à chacun sa part d’héritage, sa dignité. Saint Thomas cite Denys : « On doit reconnaître la vraie justice de Dieu en ce qu’il attribue à tous les êtres ce qui leur convient selon la dignité de chacun, conservant la nature de chaque être à sa place et dans sa propre valeur » (S Th. 1r pars, q.21, 4).

2. Jésus nous demande de dépasser la justice des scribes et pharisiens. C’est la justice « œil pour œil, dent pour dent », une justice qui donne pour recevoir autant. Combien de fois, sans le vouloir, gardons-nous cette stricte justice pour protéger nos biens. « Ils n’ont rien fait pour... ».

3. Jésus nous appelle à un don plus grand, car il nous appelle à une justice à sa taille : « Si quelqu’un te gifle sur la joue droite, tends-lui encore l’autre. Et si quelqu’un veut te poursuivre en justice et prendre ta tunique, laisse-lui encore ton manteau. Et si quelqu’un te réquisitionne pour faire mille pas, fais-en deux mille avec lui » (Mt 5,40 ? 41). C’est Jésus lui-même, dans son chemin vers le Calvaire, qui va tendre sa joue à ceux qui le battent, qui va laisser ses vêtements à ceux qui le crucifient et qui fait avec nous non pas la belle partie du chemin que tous suivent, mais les deux mille pas de souffrance et de joie qui tissent la vie humaine. Il ne le fait pas parce que nous l’avons gagné par nos bonnes actions. Il le fait parce que nous l’avons « mérité » grâce à sa bonté. Notre existence lui est un bien, une valeur inestimable. Sommes-nous capables de vivre de même avec tous les hommes, nos frères et sœurs ?

Dialogue avec le Christ
Ps 32, 1 ?5 : Criez de joie pour le Seigneur, hommes justes ! Hommes droits, à vous la louange ! Rendez grâce au Seigneur sur la cithare, jouez pour lui sur la harpe à dix cordes. Chantez-lui le cantique nouveau, de tout votre art, soutenez l'ovation. Oui, elle est droite, la parole du Seigneur ; il est fidèle en tout ce qu'il fait. Il aime le bon droit et la justice ; la terre est remplie de son amour. Seigneur, je te remercie pour ta justice, je n’ai pas gagné ton amour, tu as choisi de me le donner. Élargis mon cœur, que je sache aimer aussi gratuitement que toi.

Résolution
Quand quelqu’un me demande une aumône, je lui donne un sourire, une parole ou un geste qui montre qu’il mérite mon attention.



Cette méditation a été écrite par

Dans ce chapitre d'Evangile nous vous proposons de lire



Accueil | Version Mobile | Faire un don | Contact | Qui sommes nous ? | Plan du site | Information légales