Catholic.net International English Espanol Deutsh Italiano Slovensko
 - 28 juin 2022 - Saint Irénée
Date : samedi 19 juillet 2014
La m餩tation

 

Les méditations

Jésus est le serviteur du Seigneur annoncé par Isaïe

Evangile selon St Matthieu, chapitre 12, 14-21

Les pharisiens se réunirent contre Jésus pour voir comment le faire périr.
Jésus, l’ayant appris, quitta cet endroit ; beaucoup de gens le suivirent, et il les guérit tous.
Mais Jésus leur défendit vivement de le faire connaître.
Ainsi devait s’accomplir la parole prononcée par le prophète Isaïe :
« Voici mon serviteur que j’ai choisi, mon bien-aimé en qui j’ai mis toute ma joie. Je ferai reposer sur lui mon Esprit, aux nations il fera connaître le jugement.
Il ne protestera pas, il ne criera pas, on n’entendra pas sa voix sur les places publiques.
Il n’écrasera pas le roseau froissé, il n’éteindra pas la mèche qui faiblit, jusqu’à ce qu’il ait fait triompher le jugement.
Les nations païennes mettent leur espoir en son nom. »

Prière d'introduction
Seigneur Jésus, me voici humble et petit devant toi. J’ai besoin de toi, Seigneur. J’ai besoin de ta grâce et de ton salut. Sans toi, je ne peux pas bien vivre cette journée. Viens Seigneur Jésus, envoie ton Esprit !

Demande
Seigneur Jésus, viens me sauver, donne-moi ton salut.

Points de réflexion

1. Dans ce passage, il y a un fort contraste entre la haine et la violence des pharisiens qui veulent mettre fin à la vie de Jésus et l’attitude de Jésus qui ne cherche qu’à sauver l’homme, à le guérir et à lui donner la vie. L’évangéliste Matthieu identifie Jésus avec le personnage du serviteur souffrant du livre du prophète Isaïe qui préfigure le Messie. Isaïe dira de lui : « Mais lui, il a été transpercé à cause de nos crimes, écrasé à cause de nos fautes. Le châtiment qui nous rend la paix est sur lui, et dans ses blessures nous trouvons la guérison » (Is 53, 5). Jésus qui, comme les serviteurs souffrants, est l’innocence même, prendra sur lui nos péchés et nos violences pour nous apporter la guérison et le salut. Comme les gens de l’Évangile, suivons Jésus le Serviteur souffrant avec la foi et la certitude qu’il nous aime et qu’il est capable de nous guérir du mal qui nous habite et nous rendre heureux.

2. La citation du prophète Isaïe que Matthieu reprend dans son Évangile nous dit que le Messie est venu pour faire connaître le jugement. La parole jugement dans notre société aujourd’hui a un sens fortement péjoratif. Une personne qui juge son prochain est une personne qui a des a priori et qui condamne. Souvent la justice humaine se limite à chercher la punition du coupable. Dans ce texte de l’Évangile, il n’est pas question de la justice humaine mais de la justice de Dieu qui ne juge pas pour entraîner la mort de l’homme mais pour le redresser et le sauver. Saint Irénée nous dit : « La gloire de Dieu c’est l’homme vivant et la vie de l’homme c’est la vision de Dieu ». Son jugement est un jugement plein d’amour et de miséricorde et c’est précisément l’expérience de la douceur de son amour qui aidera chacun à se convertir, à choisir le bien dans notre vie et à rejeter le mal. La douceur de son amour est bien exprimée dans la phrase : « Il ne protestera pas, il ne criera pas, on n’entendra pas sa voix sur les places publiques ». Si Jésus ne se fait pas toujours entendre sur la place publique c’est qu’il préfère parfois parler dans nos cœurs. Prenons-nous le temps dans le silence et la prière d’entendre sa voix et faire l’expérience de son amour ?

3. « Il n’écrasera pas le roseau froissé, il n’éteindra pas la mèche qui faiblit... ». L’image du roseau froissé évoque notre fragilité humaine. Nous sommes des roseaux froissés par les épreuves de la vie, par nos échecs, par les blessures que nous infligent les autres ou que nous nous infligeons à nous-mêmes. Le Seigneur n’est pas là pour nous écraser mais pour nous guérir et nous relever. L’image de la mèche qui brûle peut évoquer la petite flamme de notre foi, de notre espérance et de notre amour. C’est la petite flamme que Dieu a allumée dans nos cœurs le jour de notre baptême et qu’il a confiée à nos parents, à notre parrain et notre marraine et à nous-mêmes pour que nous la protégions, pour que nous la nourrissions, et pour que nous la fassions grandir. Le Seigneur n’est pas là pour éteindre cette flamme mais pour nous aider à la maintenir forte et brillante et la preuve c’est qu’il nous a donné à tous la capacité de le prier, d’entrer en dialogue avec lui et qu’il nous a aussi donné l’Église et ses sacrements.

Dialogue avec le Christ
Seigneur Jésus, je suis ce roseau froissé, cette mèche qui faiblit. J’ai besoin de ton salut et de ta grâce pour me soutenir au cours de cette journée. Fortifie ma foi, mon espérance et mon amour pour toi et pour mon prochain. Tu es venu non pas pour me juger mais pour me sauver, me relever, me guérir. Seigneur, je te présente toute mes faiblesses et mes blessures. Sois aujourd’hui ma joie, ma force, mon courage.

Résolution
Si je rencontre quelqu’un qui semble froissé par la vie, une mèche qui faiblit dans sa joie, son courage ou son espérance, je prierai un Notre Père pour elle et je lui offrirai un geste de charité.



Cette méditation a été écrite par

Dans ce chapitre d'Evangile nous vous proposons de lire



Accueil | Version Mobile | Faire un don | Contact | Qui sommes nous ? | Plan du site | Information légales