Catholic.net International English Espanol Deutsh Italiano Slovensko
 - 28 juin 2022 - Saint Irénée
Date : mardi 29 juillet 2014
La m餩tation

 

Les méditations

La profession de foi de Marthe

Evangile selon St Jean, chapitre 11, 19-27

Beaucoup de Juifs étaient venus réconforter Marthe et Marie au sujet de leur frère. Lorsque Marthe apprit l’arrivée de Jésus, elle partit à sa rencontre, tandis que Marie restait assise à la maison.
Marthe dit à Jésus : « Seigneur, si tu avais été ici, mon frère ne serait pas mort. Mais maintenant encore, je le sais, tout ce que tu demanderas à Dieu, Dieu te l’accordera. »
Jésus lui dit : « Ton frère ressuscitera. »
Marthe reprit : « Je sais qu’il ressuscitera à la résurrection, au dernier jour. »
Jésus lui dit : « Moi, je suis la résurrection et la vie. Celui qui croit en moi, même s’il meurt, vivra ; quiconque vit et croit en moi ne mourra jamais. Crois-tu cela ? »
Elle répondit : « Oui, Seigneur, je le crois : tu es le Christ, le Fils de Dieu, tu es celui qui vient dans le monde. »

Prière d'introduction
Seigneur, tu as dit « je suis le Chemin, la Vérité et la Vie ». Fais-moi découvrir aujourd’hui plus en profondeur ce qu’est la vraie vie. La vie que tu nous donnes, c’est la vie éternelle. La vraie vie, tu l’as dit, c’est de croire en toi et de te suivre.

Demande
Jésus, comme Marthe, amène-moi à professer ma foi en la Résurrection. Affermis-moi dans mon espérance en la vraie vie.

Points de réflexion

1. Marthe fait partie des trois femmes que l’évangéliste Jean nomme par leur prénom : Marie de Magdala, Marie de Béthanie qui est la sœur de Marthe et Marthe elle-même. Appelées par leur nom, elles sont comme investies d’une mission personnelle et particulière. Quelle est donc la mission confiée à Marthe ? C’est ce que nous voulons découvrir dans cette méditation. Marthe devient l’interlocutrice de Jésus dans un magnifique dialogue, qui va révéler toute l’identité de Jésus sauveur. « Il sent déjà, c’est le quatrième jour », disait-elle à Jésus quelques versets plus haut. Si Lazare a connu la pourriture de la tombe, cela montre bien qu’humainement, il n’y avait plus rien à faire ! Pourtant, Jésus vient restaurer l’humanité dans sa communion avec Dieu, lui permettant d’accéder à la vie éternelle. En tant que juive, Marthe ne croyait-elle pas déjà à la Résurrection ? Bien sûr, elle croit en la Résurrection dans le sens de l’eschatologie juive, héritée du prophète Daniel. Pour les Juifs, à sa mort, l’homme descend au shéol comme une ombre privée de vie, mais il ressuscite au dernier jour. Jésus rectifie cette idée en affirmant que ce dernier jour est arrivé et qu’il est accompli par lui-même. « Moi je suis la Résurrection et la Vie. Celui qui croit en moi, même s’il meurt, vivra » (11,25). Jésus a l’audace d’utiliser la formule « Je suis », qui nous rappelle immédiatement, au livre de l’Exode, le « Je suis celui qui est » (Ex 3,14), une formule exclusivement divine ! Jésus est manifestement le Fils de Dieu et Dieu lui-même ! Son identité divine est confirmée par le signe par excellence : la résurrection de Lazare, qui va être opérée quelques instants plus tard. Ici, comme pour l’œuvre de la création, sa Parole est agissante, car il fait ce qu’il dit : « Que la lumière soit, et la lumière fut » (Gn 1,3). Il est bien le Fils de Dieu !

2. « Quiconque vit et croit en moi ne mourra jamais. Le crois-tu ? » (Jn 11,26). Jésus invite Marthe à faire cet acte de foi. « Oui Seigneur, je crois que tu es le Fils de Dieu, celui qui vient dans le monde » : timidement Marthe reconnaît la divinité de Jésus. Celui-ci devra l’exhorter à nouveau : « Ne t’ai-je pas dit que si tu crois tu verras la gloire de Dieu ? » Mais en quoi consiste la gloire de Dieu ? Nous nous rappelons ici Saint Irénée qui disait que « la gloire de Dieu, c’est l’homme vivant ». Dieu seul est maître de la vie. Et voilà que Jésus rend la vie à Lazare, la vraie vie, la vie éternelle. On pourrait objecter que Lazare n’est que le signe avant-coureur de la Résurrection puisque, dans son cas, il s’agit plus d’une réanimation que d’une résurrection définitive. Il préfigure pourtant la Résurrection définitive de Jésus-Christ.

3. Marthe a été choisie par Jésus pour nous laisser l’héritage d’une profession de foi unique dans les évangiles, celle de la Résurrection. Serait-ce un hasard que deux chapitres plus tard, Marie de Magdala, une autre femme, soit investie de la mission d’aller annoncer la Résurrection du Christ aux apôtres ? Peut-on laisser entendre qu’une mission particulière a été confiée à Marthe et, à travers elle, à toute femme, de transmettre le message de la vie ? Les femmes ne sont-elles pas les gardiennes de la vie d’une façon toute spéciale ? Par leur corps de femme fait pour donner la vie, elles sont des signes de l’autre Vie, la vraie Vie. Elles sont véritablement des prophètes de la réalité de cette autre Vie. Merci, Seigneur, pour la profession de foi de Marthe !

Dialogue avec le Christ
Seigneur, je crois en toi. Je crois que tu es la Vie éternelle. Vivre avec la certitude de ta promesse donne un sens tout particulier à mon existence. La Résurrection est source d’une joie profonde. La mort ne me fait pas peur, parce que tu m’attends, et parce que j’ai le très grand désir de te rencontrer bientôt.

Résolution
Que je sache donner à ma journée une dimension d’éternité, en travaillant « les pieds sur terre » et le cœur bien ancré dans le ciel.



Cette méditation a été écrite par

Dans ce chapitre d'Evangile nous vous proposons de lire



Accueil | Version Mobile | Faire un don | Contact | Qui sommes nous ? | Plan du site | Information légales