Catholic.net International English Espanol Deutsh Italiano Slovensko
 - 4 juillet 2022 - Saint Berthe
Date : vendredi 5 septembre 2014
La m餩tation

 

Les méditations

Jésus est l'époux qui apporte la joie et la nouveauté

Evangile selon St Luc, chapitre 5, 33-39

On disait un jour à Jésus : « Les disciples de Jean jeûnent souvent et font des prières ; de même ceux des pharisiens. Au contraire, tes disciples mangent et boivent ! »
Jésus leur dit : « Est-ce que vous pouvez faire jeûner les invités de la noce, pendant que l’Époux est avec eux ? Mais un temps viendra où l’Époux leur sera enlevé : ces jours-là, ils jeûneront. »
Et il dit pour eux une parabole : « Personne ne déchire un morceau à un vêtement neuf pour le coudre sur un vieux vêtement. Autrement, on aura déchiré le neuf, et le morceau ajouté, qui vient du neuf, ne s’accordera pas avec le vieux. Et personne ne met du vin nouveau dans de vieilles outres ; autrement, le vin nouveau fera éclater les outres, il se répandra et les outres seront perdues. Mais il faut mettre le vin nouveau dans des outres neuves. Jamais celui qui a bu du vieux ne désire du nouveau. Car il dit : ’C’est le vieux qui est bon.’ »

Prière d'introduction
Seigneur, je sais que tu touches mon âme lorsque je lis ta Parole.

Demande
Ouvre mon cœur pour t’accueillir. Sois ma joie !

Points de réflexion

1. En répondant à la question des disciples de Jean, Jésus leur dévoile le vrai sens du jeûne. Qu’est-ce que le jeûne ? Jésus le justifie comme étant la manifestation de son absence. Le véritable jeûne c’est notre faim de Dieu car celui-ci s’est comme éclipsé et le désir de notre âme reste insatisfait. Lui, l’Époux est le délice de notre âme. Mais pour le savoir, il faut y goûter, comme le dit le psaume d’aujourd’hui : « Mets ta joie dans le Seigneur : il comblera les désirs de ton cœur ». Jésus se révèle à ses disciples, aux disciples de Jean et aux pharisiens comme étant le pain de vie qui rassasie, la source d’eau jaillissante, le pré d’herbe fraîche. C’est le premier temps des noces où nous découvrons dans la joie que Dieu est l’Époux. D’où le verset de l’alléluia : « Heureux les invités aux noces de l’Agneau ». Cette invitation à participer aux noces de l’Époux nous remplit de joie car c’est au cours de ces noces que notre faim se rassasie. Cette joie est comme ce vin nouveau qui a besoin d’une outre nouvelle pour l’accueillir sinon elle éclate ; ou comme ce nouveau vêtement qui doit entièrement remplacer l’ancien sinon il se déchire. Notre nature humaine a besoin d’être « revêtue » du vêtement du baptême et abreuvée du sang de Jésus dans l’Eucharistie pour pouvoir goûter et contenir cette joie débordante des noces éternelles.

2. Puis vient le temps de la séparation, où la faim perdure. C’est le temps du jeûne car l’Époux est absent et tarde à venir. Le jeûne physique n’a de sens que s’il cherche à nous rappeler notre désir insatiable de Dieu, que s’il renouvelle notre attente de sa venue, que s’il décuple notre prière. Bernard de Clairvaux le décrit très bien dans son commentaire des Cantiques : « Quand l’âme sent la grâce, elle reconnaît la présence de l’époux ; dans le cas contraire, elle se plaint de son éloignement et recherche sa présence, disant avec le prophète : « je te cherche, je cherche ta face Seigneur ! » Pourquoi ne le chercherait-elle pas ? Car quand cet époux si digne d’amour lui est enlevé, elle est incapable, je ne dirais pas de désirer autre chose, mais de penser même à autre chose. Elle n’a plus qu’à chercher de tout son pouvoir l’absent, de rappeler celui qui s’éloigne C’est ainsi qu’elle rappelle le Verbe : Le Verbe est rappelé par le désir de l’âme, mais de cette âme à qui une fois il a fait goûter sa douceur. Le désir n’a-t-il pas une voix ? Certes, et une voix puissante ! Le Seigneur entend le désir des pauvres, dit le psaume. Quand le Verbe s’éloigne, l’appel de l’âme est continuel, et continuel son désir. C’est comme un continuel : « Reviens ! » jusqu’à ce qu’il vienne. Et peut-être l’époux s’est-il un instant dérobé pour être rappelé plus ardemment, retenu plus fortement ». Nous pouvons penser à l’attitude de Jésus qui a fait semblant de continuer son chemin pour que les pèlerins d’Emmaüs le prient de rester avec eux. Par le jeûne, nous manifestons à Jésus notre désir de le voir rester avec nous et nous hâterons sa venue.

Dialogue avec le Christ
Jésus, merci pour ce chemin parcouru avec toi, pour toutes les joies que tu m’as données. Merci aussi pour les épreuves et les moments de sécheresse qui me rapprochent de toi car ils ravivent mon désir de toi. J’ai tant besoin de toi ! Je t’offre tout ce que je suis, tout ce que je fais pour que tu réalises en moi et par moi ton œuvre, comme le dit le psaume : « Je dirige mon chemin vers le Seigneur, je lui fais confiance, et lui, il agira ».

Résolution
Manifester mon désir pour Dieu en me privant aujourd’hui de quelque chose qui me tient à cœur.



Cette méditation a été écrite par

Dans ce chapitre d'Evangile nous vous proposons de lire



Accueil | Version Mobile | Faire un don | Contact | Qui sommes nous ? | Plan du site | Information légales