Catholic.net International English Espanol Deutsh Italiano Slovensko
 - 1er juillet 2022 - Saint Thierry
Date : lundi 8 décembre 2014
La m餩tation

 

Les méditations

« Celui qui va naître sera saint »

Evangile selon St Luc, chapitre 1, 26-38

Le sixième mois, l’ange Gabriel fut envoyé par Dieu dans une ville de Galilée, appelée Nazareth, à une jeune fille vierge, accordée en mariage à un homme de la maison de David, appelé Joseph ; et le nom de la jeune fille était Marie.
L’ange entra chez elle et dit : « Je te salue, Comblée-de-grâce, le Seigneur est avec toi. »
À cette parole, elle fut toute bouleversée, et elle se demandait ce que pouvait signifier cette salutation.
L’ange lui dit alors : « Sois sans crainte, Marie, car tu as trouvé grâce auprès de Dieu.
Voici que tu vas concevoir et enfanter un fils ; tu lui donneras le nom de Jésus.
Il sera grand, il sera appelé Fils du Très-Haut ; le Seigneur Dieu lui donnera le trône de David son père ; il régnera pour toujours sur la maison de Jacob, et son règne n’aura pas de fin. »
Marie dit à l’ange : « Comment cela va-t-il se faire puisque je ne connais pas d’homme ? »
L’ange lui répondit : « L’Esprit Saint viendra sur toi, et la puissance du Très-Haut te prendra sous son ombre ; c’est pourquoi celui qui va naître sera saint, il sera appelé Fils de Dieu.
Or voici que, dans sa vieillesse, Élisabeth, ta parente, a conçu, elle aussi, un fils et en est à son sixième mois, alors qu’on l’appelait la femme stérile.
Car rien n’est impossible à Dieu. »
Marie dit alors : « Voici la servante du Seigneur ; que tout m’advienne selon ta parole. » Alors l’ange la quitta.

Prière d'introduction
« Réjouis-toi, Vierge Marie, le Seigneur est avec toi ! » (Lc 1,28). Aujourd’hui chacun d’entre nous et l’Église entière regarde Marie et exulte de joie avec elle. Si tu le peux, prends le magnificat, et cherche à faire tienne cette joie et cette exultation que Marie porte en elle. Réjouir son cœur avec celui qui est dans la joie, voilà qui est parfois plus difficile que de rejoindre le cœur triste ; mais comme c’est important que nous, chrétiens, soyons aussi capables de nous réjouir avec les autres !

Demande
Marie, je te confie ce temps de prière. Que je puisse avec toi aller encore plus loin dans mon ouverture à l’amour de Dieu et à sa présence dans ma vie. Comme pour toi le jour de l’Annonciation, Dieu vient nous rejoindre aujourd’hui, pas pour nous retirer de ce monde mais pour y rester avec nous, pour vivre en nous et par nous, et se faire ainsi présent aux autres.

Points de réflexion

1. Dans la première lecture de la liturgie d’aujourd’hui, nous avons le passage de la Genèse, lorsqu’après le péché d’Adam et Ève, Dieu veut rencontrer l’homme et la femme. « Où es-tu donc ? », dit Dieu à l’homme. Dieu parle, il veut rentrer en dialogue, il pose une question. Quelle douceur de la part de Dieu ! Il n’accuse pas, il ne lui dit pas ce qu’il a fait, seulement il s’approche et demande.
Dans le passage de l’Annonciation, Dieu, dans le culmen de l’histoire du Salut, vient encore une fois délicatement à la rencontre d’une de ses créatures, Marie. Il dit par l’ange : « Réjouis-toi, Vierge Marie... ». Dieu, encore une fois, donne sa Parole à sa créature, et il veut attendre sa réponse, il veut agir avec elle, par elle.
Le passage de la Genèse finit par une promesse ; la femme et sa descendance qui meurtrira la tête du serpent. Le passage de l’Évangile finit par un accomplissement, la conception de Jésus en Marie. Aujourd’hui, dans l’Église entière nous lisons cette Parole. Quel écho trouvera notre Dieu dans son Église, dans chacun de nous ? Demandons-nous : suis-je prêt et ouvert à accueillir sa Parole qui veut vivre en moi, se faire chair par moi, en moi et avec moi ?

2. Marie et son accueil de la Parole venue de Dieu. Quand ils écoutent Dieu qui vient les chercher, Adam et Ève ont peur ; leur faute est, entre Dieu et eux, comme un blocage, un empêchement dans la rencontre vraie, dans le face à face avec le Seigneur. Quelle est en revanche l’attitude de Marie, face à la Parole qui lui est adressée ? Certes elle n’a pas de péché, mais nous aussi aujourd’hui, par la mort et la Résurrection du Seigneur, par le don du baptême et la confession de nos péchés, nous faisons partie, comme elle, de cette nouvelle descendance dans laquelle le lien à Dieu est restitué. Marie agit en enfant de Dieu. Il y a entre elle et Dieu un lien, qui se traduit ici dans l’écoute attentive, simple, et confiante de sa parole. Et non seulement à ses premières paroles ; Marie s’ouvre au message complet que Dieu a à lui annoncer, à sa volonté tout entière. Voilà donc le fruit de cet accueil de la Parole, la communion de cœur et de volonté. Marie sans tout comprendre, avec un grand amour, fait sienne la volonté de son Dieu, qui veut bien, avec elle, accomplir le salut en elle et pour l’humanité tout entière ! Ah, Si nous pouvions nous rendre compte combien il est fou que Dieu nous demande à chacun de nous, à moi, comme à Marie, cette ouverture pour nous aimer, pour se révéler, pour nous faire vivre cette expérience inouïe de communion, d’union avec notre Dieu !

Dialogue avec le Christ
Seigneur Jésus, augmente en moi la foi. Je veux grandir en communion avec toi. C’est pour cela que je suis là, que je prends ces temps de prière, de rencontre avec toi. Tu veux dépendre de chacune de nos libertés pour sauver, pour « être avec nous », et en nous. Seigneur je désire t’accueillir, mais, Marie, viens à mon aide parce que je ne sais pas comment le faire.

Résolution
En invitant Marie à t’apprendre à te mettre à l’écoute de Dieu, tu peux relire l’Évangile d’aujourd’hui, et que la Parole prenne chair en toi !



Cette méditation a été écrite par Sabine Laxague, consacrée de Regnum Christi

Dans ce chapitre d'Evangile nous vous proposons de lire



Accueil | Version Mobile | Faire un don | Contact | Qui sommes nous ? | Plan du site | Information légales