Catholic.net International English Espanol Deutsh Italiano Slovensko
 - 20 avril 2019 - Sainte Agnès de Montepulciano
Date : vendredi 9 avril 2004 | Lire l'Evangile dans son contexte
La m餩tation

 

Les méditations

Vendredi Saint

La Passion du Seigneur

Saint Jean chapitre 18, 1 au chapitre 19, verset 42

Prière d’introduction Nous sommes Vendredi Saint. Seigneur, c’est le jour où tu es mort pour le salut de toute l’humanité. Je viens à toi dans la prière pour m’unir à toi. Aide-moi dans cette méditation à comprendre ce que tu as subi, l’humiliation de l’arrestation et des faux témoignages, les insultes des soldats, la flagellation et le couronnement d’épines, le chemin du Calvaire et la mort sur la croix. Seigneur, aide-moi à méditer et à pénétrer la signification de ce si grand mystère.

Pétition Seigneur, ne me laisse pas insensible à ta souffrance.

Réflexion

Les points de la réflexion sont extraits de la lettre « Vocation à l’Amour » du Père Marcial Maciel, L.C.

1. Combien le Christ nous a aimés !« Nous savons tous ce qui advint cette nuit du Jeudi Saint. Nuit terrible, interminable. Comme nous pouvons le constater au travers des traces laissées sur le Saint Suaire, là ils le fouettèrent dans les prisons à la manière romaine jusqu’à ce que la chair éclate, jusqu’à ce que ses os apparaissent...
Là, ils L’humilièrent, Lui crachèrent au visage et se moquèrent de Lui, ils Lui posèrent une couronne d’épine sur la tête. Et Lui pleurait des larmes d’eau mais aussi des larmes de sang. Et mes frères, ceci n’est pas un conte. Ceci n’est pas une histoire. C’est l’absolue vérité de la mesure de l’amour du Christ Notre Seigneur pour tous et pour chacun d’entre nous. Combien le Christ nous a aimés ! Combien Il m’a aimé moi ! Quelle terrible nuit, angoissante et humiliante ! Une nuit qui aurait suffi à Le faire mourir. Mais le Christ, avec l’aide du Saint-Esprit, ne mourut pas cette nuit. Ce fut le Saint-Esprit qui le porta avec force pour qu’il puisse attendre le jour suivant afin de vivre sa montée au Calvaire, sa crucifixion et sa mort. Mais vous, chers frères, essayez de descendre dans votre cœur, de méditer et de contempler en vérité, sans sentimentalisme, sans vagues émotionnelles, la réalité de Celui qui est l’amour. Ce Christ ensanglanté, dévêtu, couronné d’épines, ils Le présentèrent le jour suivant devant le peuple, ils Le jugèrent et le condamnèrent à mort. Tous les scientifiques, tous les médecins s’accordent à dire que Jésus n’aurait pu résister et vivre s’Il n’avait reçu l’aide particulière du Saint-Esprit. Mais, chers frères, c’est cela l’amour. Ce ne sont pas des paroles. Ce ne sont pas des émotions. Ce n’est pas du sentimentalisme. L’amour est don. L’amour est offrande. C’est ainsi que le Christ m’enseigna réellement le chemin de l’amour par le don et l’offrande et qu’Il m’enseigna le chemin de l’accomplissement de cette vocation à laquelle Il m’avait appelé. »

2. Quelle agonie
« Dans ma méditation, je l’accompagnais aussi dans sa montée au Calvaire, dans ses chutes avant d’atteindre le sommet. Egalement dans ce terrible moment où ses mains et ses pieds furent cloués. Nous tous et peut-être vous en particulier, sommes habitués à voir un Christ suspendu à la croix ; mais peut-être ne vous êtes-vous jamais arrêtés sur ce que furent ces minutes et ces heures pendant lesquelles le Christ agonisait pour accomplir la volonté de Dieu et nous sauver par amour. Quelle agonie ! Quelle agonie ! Quelle terrible agonie ! Essayons de nous l’imaginer. Pas comme vous Le voyez sur ces beaux crucifix comme les artistes savent Le représenter. Imaginez-Le en chair et en os. Imaginez-Le comme un homme aux pieds et aux mains transpercés qui supportent tout le poids de son corps agonisant. Mourant de soif et de douleur ; mais accomplissant par amour la volonté du Père pour nous sauver tous et chacun d’entre nous. Et c’est ainsi qu’Il resta sur la croix jusqu’à ce qu’Il parle à son Père et Lui dise : Père, tout est achevé. En tout J’ai accompli ta volonté. Alors Il expira. Il est mort pour nous. C’est cela l’amour ».

3. Aimez-vous vraiment le Christ ?
« J’aimerais que vous vous demandiez si vous aimez vraiment le Christ, si vous Le connaissez et si vous avez fait quelque chose pour Lui ? »

Dialogue avec le Christ Seigneur, ne me laisse pas faiblir face au puissant attrait du monde. Aide-moi à comprendre que les armes des ennemis de la foi n’ont aucun pouvoir face à la grandeur infinie de ton amour. Aide-moi à comprendre le paradoxe de la croix. Ne me laisse jamais oublier que dans ta faiblesse apparente et ta solitude sur la croix, est contenu un acte puissant d’amour qui surpasse de loin toute les forces du mal. Aide-moi à ne pas avoir peur de porter ma propre croix.

Résolution Aujourd’hui je ferai un sacrifice spécial pour m’unir au Christ sur la croix.



Cette méditation a été écrite par



Accueil | Version Mobile | Faire un don | Contact | Qui sommes nous ? | Plan du site | Information légales