Catholic.net International English Espanol Deutsh Italiano Slovensko
 - 22 octobre 2020 - Ste Salomé
Date : samedi 31 décembre 2005 | Lire l'Evangile dans son contexte
La m餩tation

 

Les méditations

Le monde a soif du Christ

Saint Jean 1, 1-18

Au commencement était le Verbe, la Parole de Dieu, et le Verbe était auprès de Dieu, et le Verbe était Dieu. Il était au commencement auprès de Dieu. Par lui, tout s’est fait, et rien de ce qui s’est fait ne s’est fait sans lui. En lui était la vie, et la vie était la lumière des hommes ; la lumière brille dans les ténèbres, et les ténèbres ne l’ont pas arrêtée. Il y eut un homme envoyé par Dieu. Son nom était Jean. Il était venu comme témoin, pour rendre témoignage à la Lumière, afin que tous croient par lui. Cet homme n’était pas la Lumière, mais il était là pour lui rendre témoignage. Le Verbe était la vraie Lumière, qui éclaire tout homme en venant dans le monde. Il était dans le monde, lui par qui le monde s’était fait, mais le monde ne l’a pas reconnu. Il est venu chez les siens, et les siens ne l’ont pas reçu. Mais tous ceux qui l’ont reçu, ceux qui croient en son nom, il leur a donné de pouvoir devenir enfants de Dieu. Ils ne sont pas nés de la chair et du sang, ni d’une volonté charnelle, ni d’une volonté d’homme : ils sont nés de Dieu. Et le Verbe s’est fait chair, il a habité parmi nous, et nous avons vu sa gloire, la gloire qu’il tient de son Père comme Fils unique, plein de grâce et de vérité. Jean Baptiste lui rend témoignage en proclamant : « Voici celui dont j’ai dit : Lui qui vient derrière moi, il a pris place devant moi, car avant moi il était. » Tous nous avons eu part à sa plénitude, nous avons reçu grâce après grâce : après la Loi communiquée par Moïse, la grâce et la vérité sont venues par Jésus Christ. Dieu, personne ne l’a jamais vu ; le Fils unique, qui est dans le sein du Père, c’est lui qui a conduit à le connaître.

Prière d’introduction Seigneur, je me mets devant toi en ce nouveau jour pour renouveler ma foi en ton amitié. Je sais que tu es avec moi. J’espère en ton don de la vie éternelle. Aide-moi à percevoir plus profondément ton amour pendant cette prière.

Demande Seigneur Jésus, que d’autres puissent voir ta vie à travers moi.

Points de réflexion

1. Ils ne l’ont pas connu. Saint Jean nous indique ici : "Il était dans le monde, lui par qui le monde s’était fait, mais le monde ne l’a pas reconnu." A l’époque de la naissance de Jésus, il y avait peu de chances que le monde connaisse le Christ. Quelques anges l’ont annoncé, une étoile a attiré l’attention des mages, des prophètes ont annoncé sa venue, mais son peuple a ignoré sa naissance. Il n’a pas été reconnu ! Comment l’aimer s’il n’est pas connu ? Comme le dit le Père Martial Maciel, L.C. : "Je suis fortement convaincu que si le Christ est peu aimé, c’est parce qu’il est peu connu." Le temps dont nous disposons dans cette vie est limité, ne nous appartient-il pas de profiter de tout notre temps disponible pour faire connaître le Christ ? Le Christ est dans le monde et le monde a été fait par lui, mais le monde d’aujourd’hui ne le connaît pas ! Comme il est peu connu. Oui, peut-être le connaît-on de nom. Peut-être beaucoup de personnes portent-elles une belle croix autour de leur cou et se disent chrétiens, mais est-ce qu’elles connaissent le Christ ?

2. Ils ne l’ont pas accepté. Jean décrit une autre attitude du monde : celle du rejet. Il explique " il est venu chez les siens, et les siens ne l’ont pas reçu. " Beaucoup de personnes de nos jours pratiquent la même politique que l’aubergiste de Bethléem il y a vingt siècles : ils n’ont pas de place pour lui, ils lui refusent l’hospitalité. Prenons un moment pour considérer toutes les âmes que Jésus a approchées en notre monde aujourd’hui et qui l’ont rejeté, ne l’ont pas accueilli, ou qui ont choisi d’autres amours que le sien. Prions qu’ils aient la grâce de L’accepter, lui et tout son amour, en leurs vies. « Ce que l’homme d’aujourd’hui et de toujours recherche, c’est de rencontrer personnellement Jésus-Christ. » (Ma Vie, c’est le Christ » no. 48)

3. Nous avons vu sa gloire. Réfléchissons maintenant sur le don que nous avons reçu. Certainement nous avons vu sa gloire briller au cours des siècles de la vie de l’Eglise, son corps mystique. Nous avons tant reçu : les enseignements dogmatiques de l’Eglise, les sacrements, les prêtres, l’exemple de tant de saints, le pontificat de Jean Paul II et ainsi de suite. Nous avons vraiment vu sa gloire. Quelle excuse pourrions-nous avoir pour ne pas aider d’autres à connaître et à accepter Jésus-Christ ? Peut-être nos efforts pour le faire connaître et aimer ne nous paraissent pas avoir été fructueux. S’ils rejetaient les efforts du Christ nous ne devrions pas être étonnés qu’ils rejettent les nôtres également.

Dialogue avec le Christ Seigneur, comment puis-je rester indifférent à ton amour ? Aide-moi à répondre dignement à ton appel. Face à l’éternité, comment puis-je me tenir à côté des âmes que tu m’as confiées sans les aider à te connaître ? Peut-être beaucoup d’entre elles te cherchent sans savoir où se tourner. Est-ce que j’estime que je ne peux rien faire pour ceux que tu as mis sur ma route ? Ai-je essayé ? Montre-moi la meilleure manière de faire voir ta gloire, de te faire connaître et aimer, afin que les âmes acceptent tout ce que tu veux leur offrir.

Résolution Penser à quelqu’un qui pourrait grandir dans sa foi et dans son amour pour Jésus-Christ en utilisant ces méditations, et faire en sorte qu’il les reçoive.



Cette méditation a été écrite par



Accueil | Version Mobile | Faire un don | Contact | Qui sommes nous ? | Plan du site | Information légales