Catholic.net International English Espanol Deutsh Italiano Slovensko
 - 22 octobre 2020 - Ste Salomé
Date : lundi 20 février 2006 | Lire l'Evangile dans son contexte
La m餩tation

 

Les méditations

Au secours ! Je n’y arrive pas !

Saint Marc 9, 14-29

Jésus, Pierre, Jacques et Jean, en rejoignant les autres disciples, virent une grande foule qui les entourait, et des scribes qui discutaient avec eux. Aussitôt qu’elle vit Jésus, toute la foule fut stupéfaite, et les gens accouraient pour le saluer. Il leur demanda : « De quoi discutez-vous avec eux ? » Un homme dans la foule lui répondit : « Maître, je t’ai amené mon fils, il est possédé par un esprit qui le rend muet ; cet esprit s’empare de lui n’importe où, il le jette par terre, l’enfant écume, grince des dents et devient tout raide. J’ai demandé à tes disciples d’expulser cet esprit, mais ils n’ont pas réussi. » Jésus leur dit : « Génération incroyante, combien de temps devrai-je rester auprès de vous ? Combien de temps devrai-je vous supporter ? Amenez-le auprès de moi. » On l’amena auprès de lui. Dès qu’il vit Jésus, l’esprit secoua violemment l’enfant ; celui-ci tomba, il se roulait par terre en écumant. Jésus interrogea le père : « Combien y a-t-il de temps que cela lui arrive ? » Il répondit : « Depuis sa petite enfance. Et souvent il l’a même jeté dans le feu ou dans l’eau pour le faire périr. Mais si tu y peux quelque chose, viens à notre secours, par pitié pour nous ! » Jésus reprit : « Pourquoi dire : ’Si tu peux’... ? Tout est possible en faveur de celui qui croit. » Aussitôt le père de l’enfant s’écria : « Je crois ! Viens au secours de mon incroyance ! » Jésus, voyant que la foule s’attroupait, interpella vivement l’esprit mauvais : « Esprit qui rends muet et sourd, je te l’ordonne, sors de cet enfant et n’y rentre plus jamais ! » L’esprit poussa des cris, secoua violemment l’enfant et sortit. L’enfant devint comme un cadavre, de sorte que tout le monde disait : « Il est mort. » Mais Jésus, lui saisissant la main, le releva, et il se mit debout. Quand Jésus fut rentré à la maison, seul avec ses disciples, ils l’interrogeaient en particulier : « Pourquoi est-ce que nous, nous n’avons pas pu l’expulser ? » Jésus leur répondit : « Rien ne peut faire sortir cette espèce-là, sauf la prière. »

Prière d’introduction Seigneur Jésus, je crois en ta présence dans ma vie, dans ma famille et dans mon travail. Je crois que tu ne me demandes rien sans me donner la force de l’accomplir. Je fais confiance à la puissance de ta grâce et à ton amour pour moi. Je t’aime, Seigneur.

Demande Je crois que tu peux me changer, Seigneur : viens à mon secours !

Points de réflexion

1. De quoi discutiez-vous ? Les disciples ne pouvaient pas aider ce garçon possédé. Au lieu d’aller trouver Jésus afin qu’il apporte une solution à leur problème, ils se sont mis à discuter avec des gens qui ne pouvaient être d’aucune aide. Comment est-ce que je réagis face aux situations difficiles de la vie ? Est-ce que je me tourne vers Jésus dans la prière pour trouver une solution ou est-ce que je fais davantage confiance à mes propres capacités à résoudre les problèmes ? Est-ce que j’en parle à tout le monde, sauf à Celui qui peut vraiment faire quelque chose ? Peut-être mon expérience de la prière est-elle pauvre. Je doute que Dieu entende vraiment mes prières parce que je ne les ai jamais vu exaucées. Le Christ demande au moins un acte de foi implicite pour opérer un miracle. Si je ne crois pas en la puissance de la prière, comment est-ce que je peux attendre et même exiger une réponse ?

2. Combien de temps devrai-je vous supporter ? La patience de Jésus est infinie. Nous mettons sa patience à l’épreuve tous les jours tant de fois et de tant de manières. Parfois nous ne nous en rendons même pas compte. Ce cri de son coeur surgit non pas parce qu’il menace de cesser d’être patient. Ce cri vient parce qu’il veut que nous fassions plus confiance en lui et à son action dans nos vies. Il veut que nous arrêtions de perdre notre temps en restant éloignés de lui. Nous arrive-t-il d’avoir du mal à croire ? Alors, demandons davantage ! Est-ce qu’un certain élément de l’enseignement de l’Eglise nous fait douter ? Confions-le à la prière. Le Christ exige, mais il vient toujours à notre secours. Jamais nous ne serons éprouvés au-delà de la force de sa grâce et cette grâce est toujours à notre disposition.

3. « Je crois ! Viens au secours de mon incroyance ! » Notre vie terrestre est faite de la combinaison d’une quantité immense de grâces reçues de Dieu et d’un peu de collaboration de notre part. ‘Bien que Dieu agisse comme il veut, quand il veut, où il veut et avec les instruments qu’il veut, il se sert ordinairement de la collaboration libre et responsable des hommes pour réaliser ses desseins. Et, de même, bien que l’homme soit un être très limité dans ses possibilités, quand il vit et travaille pour Dieu, et uni à Dieu, il réalise des choses véritablement inimaginables.’ (Temps et Eternité, Père Marcial Maciel, L.C.)

Dialogue avec le Christ
Seigneur, ne me laisse jamais me reposer sur mes lauriers ou me glorifier de mes victoires passées. Tu me demandes de faire beaucoup de bien. Les besoins du monde et de l’Eglise sont immenses. Je n’ai pas de temps à perdre. Je sais que tu m’invites à faire plus. Parfois je t’entends ; parfois je n’écoute pas ta voix. Continue à être patient avec moi, mais ne me laisse jamais devenir indulgent avec moi-même.

Résolution
Aujourd’hui je me consacrerai à une situation difficile ou à un problème qu’il m’a toujours semblé impossible à résoudre. Je m’y dédierai en le présentant au Christ dans la prière, plein de confiance.



Cette méditation a été écrite par



Accueil | Version Mobile | Faire un don | Contact | Qui sommes nous ? | Plan du site | Information légales