Catholic.net International English Espanol Deutsh Italiano Slovensko
 - 24 avril 2019 - Sainte Marie-Euphrasie Pelletier
Date : mardi 16 décembre 2003 | Lire l'Evangile dans son contexte
La m餩tation

 

Les méditations

Cohérence de vie

Saint Matthieu 21, 28-32

Jésus disait aux chefs des prêtres et aux anciens : « Que pensez-vous de ceci ? Un homme avait deux fils. Il vint trouver le premier et lui dit : ’Mon enfant, va travailler aujourd’hui à ma vigne.’ Celui-ci répondit : ’Je ne veux pas.’ Mais ensuite, s’étant repenti, il y alla. Abordant le second, le père lui dit la même chose. Celui-ci répondit : ’Oui, Seigneur !’ et il n’y alla pas. Lequel des deux a fait la volonté du père ? » Ils lui répondent : « Le premier ». Jésus leur dit : "Amen, je vous le déclare : les publicains et les prostituées vous précèdent dans le royaume de Dieu. Car Jean Baptiste est venu à vous, vivant selon la justice, et vous n’avez pas cru à sa parole ; tandis que les publicains et les prostituées y ont cru. Mais vous, même après avoir vu cela, vous ne vous êtes pas repentis pour croire à sa parole."

Réflexion

1. Un homme avait deux fils. Les deux fils de la parabole ont des attitudes bien différentes. Celui
qui n’obéit pas à son père, est respectueux et obligeant dans ses manières, mais n’a pas l’intention de faire ce qu’on lui demande.
L’autre se montre impoli, même rebelle, et, , il n’a probablement pas non plus l’intention au moins au début d’obéir à son père.
Toutefois, il se repent finalement va à la vigne. Jésus fait le parallèle avec les gens qui l’écoutent. Il leur dit que Jean a donné un exemple de vie
sainte et pénitente, en prêchant le Royaume du Messie à venir, mais les chefs religieux n’ont pas voulu le reconnaître comme envoyé par
Dieu ni observer ses enseignements. En revanche, les pécheurs ont bien accepté le message de Jean en changeant leur vie.

2. La cohérence. Il est tellement facile de vivre d’apparences. Parfois nous feignons de la piété et de la droiture, alors que dans notre intérieur nous nous
laissons guider par nos intérêts personnels souvent inavouables, ou par des envies, de l’avarice ou d’autres passions encore qui ternissent nos
intentions et notre âme. Nous sommes comme le fils qui a dit « oui » à son père, mais qui ensuite n’a pas fait ce qu’il avait promis.

3. Dieu ne demande jamais l’impossible. Jésus nous enseigne, par l’image de l’autre fils, qu’il est toujours possible de retourner vers
Dieu. Dieu ne ferme jamais la porte aux âmes à cause de leurs mauvaises actions ou leur esprit rebelle. Si une âme veut retourner à Dieu et changer de vie, elle peut le faire et Dieu l’accueillira les bras ouverts. Nous sommes ce que nous faisons. Dieu mesure avec le mètre de l’accomplissement de sa volonté. A chaque moment, c’est cela qui me définit. Si je veux rétablir une bonne relation avec Dieu, il s’agit simplement de me repentir et de
commencer à accomplir sa volonté.

Dialogue avec le Christ

Seigneur, aide-moi, à l’exemple de ton Fils Bien-Aimé, obéissant jusqu’à la mort, à accomplir ta volonté à tout moment.

Résolution

Regarder dans le plus intime recoin de ma conscience afin de trouver et donner aujourd’hui à Dieu
ce qu’Il m’a demandé et que je n’ai pas voulu Lui donner auparavant.



Cette méditation a été écrite par



Accueil | Version Mobile | Faire un don | Contact | Qui sommes nous ? | Plan du site | Information légales