Catholic.net International English Espanol Deutsh Italiano Slovensko
 - 29 juin 2022 - Saint Pierre et Saint Paul
Date : dimanche 5 janvier 2014
La m餩tation

 

Les méditations

Les mages païens viennent se prosterner devant Jésus

Evangile selon St Matthieu, chapitre 2, 1-12

Jésus était né à Bethléem en Judée, au temps du roi Hérode le Grand. Or, voici que des mages venus d’Orient arrivèrent à Jérusalem et demandèrent : « Où est le roi des Juifs qui vient de naître ? Nous avons vu se lever son étoile et nous sommes venus nous prosterner devant lui. »
En apprenant cela, le roi Hérode fut pris d’inquiétude, et tout Jérusalem avec lui. Il réunit tous les chefs des prêtres et tous les scribes d’Israël, pour leur demander en quel lieu devait naître le Messie. Ils lui répondirent :
« À Bethléem en Judée, car voici ce qui est écrit par le prophète :
Et toi, Bethléem en Judée, tu n’es certes pas le dernier parmi les chefs-lieux de Judée ; car de toi sortira un chef, qui sera le berger d’Israël mon peuple. »
Alors Hérode convoqua les mages en secret pour leur faire préciser à quelle date l’étoile était apparue ; puis il les envoya à Bethléem, en leur disant : « Allez vous renseigner avec précision sur l’enfant. Et quand vous l’aurez trouvé, avertissez-moi pour que j’aille, moi aussi, me prosterner devant lui. » Sur ces paroles du roi, ils partirent.

Prière d'introduction
« Debout, Jérusalem ! Resplendis : elle est venue, ta lumière, et la gloire du Seigneur s’est levée sur toi » (Isaïe 60, 1).

Demande
Mon Dieu, que je sache reconnaître ton étoile dans ma vie, qui me guide et me mène jusqu’à toi, que je sache demander de l’aide quand je ne te vois pas et que je garde confiance en toi dans les moments d’obscurité, en gardant mon cœur ouvert à ta volonté.

Points de réflexion

1. L’Épiphanie nous montre à quel point les chemins du Seigneur sont impénétrables et mystérieux. Quoi de plus surprenant que ce soient des mages, venus de loin, qui viennent adorer l’Enfant-Dieu, quand le peuple juif qui attendait la venue du Messie depuis des siècles ne le fait pas. Comme Dieu l’a fait avec le peuple juif, il mène ses brebis à lui. De la même façon qu’il a guidé son peuple dans le désert en les menant à la Terre promise, « et Yahvé allait au devant d’eux, le jour en colonne de nuée pour leur montrer la voie, la nuit en colonne de feu pour les éclairer, afin qu’ils marchent jour et nuit » (Ex 13, 21), il guide aussi les païens en leur envoyant son étoile. « Et voilà que l’étoile qu’ils avaient vue se lever les précédait ; elle vint s’arrêter au-dessus du lieu où se trouvait l’enfant ». Cela peut se faire seulement parce que, comme nous le dit Saint Paul, « les païens sont associés au même héritage, au même corps, au partage de la même promesse, dans le Christ Jésus, par l’annonce de l’Évangile ». Ce jour de l’Épiphanie est un jour de joie, car il manifeste la grandeur du Seigneur qui se révèle à chacun, qui surpasse tous les obstacles, toutes les distances et les limites humaines pour se faire connaître, et qui rassemble les hommes dans une même reconnaissance de sa divinité. Déjà Isaïe l’annonçait : « Lève les yeux, regarde autour de toi : tous, ils se rassemblent, ils arrivent ; tes fils reviennent de loin, et tes filles sont portées sur les bras. Alors tu verras, tu seras radieuse, ton cœur frémira et se dilatera » (Isaïe 60, 4). Cette grande fête de la manifestation du Seigneur nous remplit de confiance en l’action de Dieu dans notre vie. S’il s’est chargé de guider des mages depuis des terres si lointaines jusqu’à lui, comment ne va-t-il pas le faire avec nous et avec ceux que nous voudrions rapprocher de la foi ? Comme nous le dit le livre de la sagesse : Dieu sait que nous avons besoin d’aide et il nous promet son assistance dans notre pèlerinage terrestre pour arriver à le trouver : « Tu donnas aux tiens une colonne de feu comme guide pour un voyage inconnu, comme un soleil pour leur glorieuse migration » (Sg 18, 3).

2. Dieu a préparé son peuple à l’accueillir, cependant Matthieu nous parle de l’inquiétude d’Hérode et « de tout Jérusalem avec lui » (v 3) ainsi que de l’inaction des scribes et des chefs des prêtres, alors que ce sont eux qui renseignent les mages. Cette épiphanie du Seigneur est aussi une manifestation de la grande cécité dont est atteint le peuple juif. Ce passage annonce déjà les paroles du vieillard Siméon « Voici, cet enfant est destiné à amener la chute et le relèvement de plusieurs en Israël, et à devenir un signe qui provoquera la contradiction (...), afin que les pensées de beaucoup de cœurs soient dévoilées » (Luc 2, 34). En effet, l’attitude d’Hérode, des scribes, des chefs des prêtres et de nombreux contemporains de Jésus montre qu’ils n’ont pas su être attentifs à la parole de Dieu dans le Tanakh (la Bible hébraïque) et dans leur cœur. Leur préoccupation et le désir de leur cœur est autre que celle de l’attente du Messie, dont il est question dans les écritures. Dieu n’a pu les guider jusqu’à Lui et les amener à le reconnaître. Le jour de la naissance de Jésus annonce déjà sa mort, qui se prépare dans le cœur des hommes. Face à ce rejet de Dieu, voyons l’attitude des trois mages qui nous montrent les richesses que peut donner l’homme à Dieu en lui offrant un cœur ouvert par la foi. C’est ce dont nous parle Léon le Grand dans un de ses sermons. « Mais si d’un esprit attentif, nous voulons scruter comment ces trois genres de dons sont offerts par tous ceux qui, du pas assuré de la foi, viennent au Christ, ne pensez vous pas que cette offrande est célébrée dans les cœurs de ceux qui croient d’une âme droite ? Car du trésor de son esprit, il tire l’or, celui qui reconnait le Christ comme roi de toute créature ; et il offre la myrrhe, celui qui croit que le Fils Unique de Dieu s’est uni une vrai nature d’homme ; et il exprime sa révérence en offrant l’encens ; celui qui le confesse égal au Père, en tout absolument ».

Dialogue avec le Christ
Jésus, comme ces trois mages, je me prosterne devant toi. Je te remercie car je sais que, si je suis en ce moment en train de t’adorer, c’est grâce à l’action incessante et efficace de ta grâce dans mon cœur et dans ma vie. Tu ne cesses de me guider et de me conduire pour que ma vie soit de plus en plus une louange à ta gloire. Comme ces trois mages, je viens à toi pour t’adorer et m’offrir à toi, sûr que l’offrande de ma vie est à tes yeux un véritable trésor.

Résolution
Aller dans une église pour y adorer Jésus, en priant de façon spéciale pour que tous les hommes le reconnaissent comme le Fils de Dieu et le Sauveur du monde.



Cette méditation a été écrite par

Dans ce chapitre d'Evangile nous vous proposons de lire



Accueil | Version Mobile | Faire un don | Contact | Qui sommes nous ? | Plan du site | Information légales