Catholic.net International English Espanol Deutsh Italiano Slovensko
 - 1er juillet 2022 - Saint Thierry
Date : mercredi 12 février 2014
La m餩tation

 

Les méditations

La véritable pureté

Evangile selon St Marc, chapitre 7, 14-15

Jésus appela de nouveau la foule et lui dit :
« Écoutez-moi tous, et comprenez bien. Rien de ce qui est extérieur à l’homme et qui pénètre en lui ne peut le rendre impur. Mais ce qui sort de l’homme, voilà ce qui rend l’homme impur. »
Quand il eut quitté la foule pour rentrer à la maison, ses disciples l’interrogeaient sur cette parole énigmatique.
Alors il leur dit :
« Ainsi, vous aussi, vous êtes incapables de comprendre ? Ne voyez-vous pas
que tout ce qui entre dans l’homme, en venant du dehors, ne peut pas le rendre impur, parce que cela n’entre pas dans son cœur, mais dans son ventre, pour être éliminé ? »
C’est ainsi que Jésus déclarait purs tous les aliments.

Prière d'introduction
Nous prions selon le psaume 50, 12-14 : « Crée en moi un cœur pur, ô mon Dieu, renouvelle et raffermis au fond de moi mon esprit. Ne me chasse pas loin de ta face, ne me reprends pas ton esprit saint. Rends-moi la joie d’être sauvé ; que l’esprit généreux me soutienne ».

Demande
Un cœur purifié.

Points de réflexion

1. Crée en moi un cœur pur, ô mon Dieu. Jésus nous dit que rien, qui entre de l’extérieur, ne peut nous rendre impurs. Ce sont nos désirs et nos convoitises qui nous salissent. Cette affirmation est à la fois une source de confiance et un défi. Elle nous donne la confiance en le fait que, dans un monde plein de pourriture dans ses images et ses propos, nous ne serons pas pollués tant que nous ne le voulons pas. Tel est le défi. N’est-ce pas qu’à l’intérieur de nous-mêmes résident des désirs tordus, des blessures qui nous créent des besoins ? Comme demande le prophète Jérémie : « Le cœur de l’homme est compliqué et malade ! Qui peut le connaître ? » Le Seigneur lui répond : « Moi, le Seigneur, qui pénètre les cœurs et qui scrute les reins  » (Jérémie 17,9-10). Dans ce premier temps de la prière, nous pouvons demander au Seigneur de nous donner la lumière, pour voir les complications et les maladies de notre cœur.

2. Ne me chasse pas loin de ta face, ne me reprends pas ton Esprit Saint. Reconnaître les désirs malades de notre cœur nous met devant la réalité de notre péché. Nous sommes tout simplement pécheurs, comme le répète le pape François. Puisque nous sommes habitués à notre péché, nous ne voyons pas ses résultats chez nous, chez les autres, et surtout dans notre relation avec le Seigneur. Comme les disciples dans ce passage d’évangile, nous ne comprenons pas la Parole du Seigneur, nous le questionnons. Il nous dit : « Ainsi, vous aussi, vous êtes incapables de comprendre ? » Si nous savions la profondeur de notre péché, nous aussi reprendrions cette prière de David : « Ne me cache pas ton visage, Seigneur ! Ne me reprends pas ton Esprit Saint ».

3. Rends-moi la joie d’être sauvé ; que l’esprit généreux me soutienne. Comment avoir un cœur pur ? Comment retrouver la joie que nous perdons par nos désirs désordonnés ? Tout d’abord en reconnaissant que « tout ça vient de l’intérieur », comme dit Jésus, et encore plus « tout ça vient de mon intérieur... ». Ce n’est pas la faute d’un tel ou d’une telle ; la jalousie, l’envie, les frustrations naissent dans nos cœurs. Nous sommes responsables pour nos péchés. Mais si nous restons sur notre responsabilité sans nous tourner vers Dieu, nous sommes perdus. Se reconnaître pécheur est se faire tout petit pour accueillir le grand amour de Dieu. Le sacrement de la réconciliation est justement ce retour vers Dieu dans l’humilité et la paix. Là, nous demandons à l’Unique qui connaît nos cœurs compliqués et malades de nous rendre la joie d’être sauvés.

Dialogue avec le Christ
Prendre ce texte de Saint Bernard, et demander au Seigneur comment se faire petit devant lui : « Que veut dire le Seigneur, quand il nous ordonne de nous convertir à lui ? Ces paroles cachent une pensée, un secret qui n'est dévoilé qu'aux amis. C'est un mystère du royaume de Dieu. « Si vous ne vous convertissez, dit-il, et si vous ne devenez semblables à ce petit enfant, vous n'entrerez point, dans le royaume des cieux » (Mt 18,3). Je comprends parfaitement maintenant en quel sens il veut que nous nous tournions vers lui. C'est vers lui, enfant, qu'il veut que nous nous tournions, afin que nous apprenions de lui qu'il est doux et humble de cœur ; il ne nous a été donné enfant que pour cela.

Résolution
Assumer ma responsabilité pour un sentiment négatif que je porte envers un autre, et le porter au sacrement de la réconciliation.



Cette méditation a été écrite par

Dans ce chapitre d'Evangile nous vous proposons de lire



Accueil | Version Mobile | Faire un don | Contact | Qui sommes nous ? | Plan du site | Information légales