Catholic.net International English Espanol Deutsh Italiano Slovensko
 - 28 juin 2022 - Saint Irénée
Date : vendredi 28 février 2014
La m餩tation

 

Les méditations

Les exigences du mariage pour les disciples de Jésus

Evangile selon St Marc, chapitre 10, 1-12

Jésus arrive en Judée et en Transjordanie. De nouveau, la foule s’assemble près de lui, et de nouveau, il les instruisait comme d’habitude.
Des pharisiens l’abordèrent et pour le mettre à l’épreuve, ils lui demandaient : « Est-il permis à un mari de renvoyer sa femme ? »
Jésus dit : « Que vous a prescrit Moïse ? »
Ils lui répondirent : « Moïse a permis de renvoyer sa femme à condition d’établir un acte de répudiation. »
Jésus répliqua : « C’est en raison de votre endurcissement qu’il a formulé cette loi.
Mais, au commencement de la création, il les fit homme et femme.
À cause de cela, l’homme quittera son père et sa mère, il s’attachera à sa femme, et tous deux ne feront plus qu’un. Ainsi, ils ne sont plus deux, mais ils ne font qu’un.
Donc, ce que Dieu a uni, que l’homme ne le sépare pas ! »
De retour à la maison, les disciples l’interrogeaient de nouveau sur cette question.
Il leur répond : « Celui qui renvoie sa femme pour en épouser une autre est coupable d’adultère envers elle. Si une femme a renvoyé son mari et en épouse un autre, elle est coupable d’adultère. »

Prière d'introduction
Psaume 30, 3-6. Sois le rocher qui m’abrite, la maison fortifiée qui me sauve. Ma forteresse et mon roc, c’est toi : pour l’honneur de ton nom, tu me guides et me conduis. Tu m’arraches au filet qu’ils m’ont tendu ; oui, c’est toi mon abri. En tes mains je remets mon esprit ; tu me rachètes, Seigneur, Dieu de vérité.

Demande
Seigneur, donne-moi de transformer mon épreuve en fidélité, ma patience en enthousiasme, toute souffrance en opportunité pour grandir en sainteté et pour porter du fruit.

Points de réflexion

1. Unis pour toujours. La relation matrimoniale, créée à l’image de Dieu, reflète l’amour « intra-divin » ; en tant que force qui unit les êtres et appelle à l’existence de nouvelles réalités, l’amour humain participe à l’œuvre créatrice de Dieu et, dans sa liberté, fait écho à l’harmonie de la création. Le mariage est l’accomplissement du plan d’être fécond et de se multiplier. Les desseins de Dieu son irrévocables : il tient ses promesses et ne change pas d’avis. Fondée sur le roc de sa Parole, notre vie trouvera sa maison fortifiée dans la fidélité matrimoniale, qui nous sauve au jour de malheur. Cependant, le péché originel a introduit une sévère fêlure dans notre capacité d’aimer, et ce à sa source : « Le cœur est faux, pernicieux - qui le pénétrera ? » (Jérémie 17, 9). Notre volonté s’est compromise avec le mal, a pris goût au mensonge et en est piégée. Or, dans sa sagesse, Dieu a tracé un plan de sauvetage, y plaçant une « issue de secours » pour des situations matrimoniales invivables. Cependant, le problème de l’amour est si profond, qu’aucune prescription ou permission de la Loi peut rétablir l’harmonie et sauver l’âme. Laissons-nous pénétrer par le regard de Dieu « qui scrute les cœurs et examine les reins » (Jérémie 17, 10) pour nous laisser guérir, car lui seul en est capable.

2. La croix de la fidélité. Tel que le problème est posé par les pharisiens, il ne peut pas aboutir en une véritable solution. En cause est notre dureté de cœur : qu’est-ce qui inspire mes relations et mes décisions ? Est-ce l’esprit de révolte, de critique, de déception ? Quoi qu’il en soit, l’infidélité matrimoniale suscite un grand chagrin en chaque partie, puisque la nouvelle réalité qu’a créé l’amour est blessée ou avortée. Plus que d’un droit ou d’une procédure légale, il s’agit d’une profonde blessure existentielle que l’on inflige à l’autre et qui remet en cause le sens de son existence - sans parler de la détresse engendrée dans le cœur des enfants, même si elle est enfouie. La fidélité matrimoniale jusqu’à la fin, dans la souffrance, est à placer dans la perspective de Jésus crucifié. Lorsque l’on souffre d’une relation insupportable, c’est le Christ qui nous accompagne. À sa détresse, il n’y a pas d’égal : abandon, trahison, mépris, haine... tout cela, pour nous aimer dans nos souffrances. Est-ce que je le laisse me consoler et m’aimer ? Est-ce que je me laisse guider et conduire, « pour l’honneur de son Nom » ?

3. Indissolubilité matrimoniale et monothéisme. L’histoire de l’Alliance de Dieu avec son peuple a été décrite, dans la révélation, comme l’histoire du mariage humain, alors que celui-ci est justement l’image de celle-là. Dieu s’est toujours montré en quête d’un retour à ses élans d’amour. Il a tenté, de multiples manières, de nous ramener à la voie de salut. Lui, le premier, s’est « indissolublement » engagé avec nous. La charte de l’Alliance est sa Parole, dont l’articulation concrète pour nous est le Décalogue (les dix commandements). Or, notre comportement peccamineux nous écarte de l’Alliance ; nous nous tournons vers d’autres dieux, vers des créatures qui nous fascinent plus que la Parole de Dieu. Soit, nous n’observons plus la Loi, soit, nous la manipulons. Dans le fond, la créature infidèle à son créateur se vend à d’autres créatures. Alors que nous méritons la répudiation pour adultère, Dieu nous supporte avec patience et nous invite à faire de même.

Dialogue avec le Christ
« Prends pitié de moi, Seigneur, je suis en détresse. Le péché m'a fait perdre mes forces, il me ronge les os » (Psaume 30, 10-11). Mais je suis sûr de toi, Seigneur Jésus, car tu m'as racheté du péché par ton sang. Puisse ton sang purifier mon âme de tout ressentiment, de toute rancune et de tout endurcissement.

Résolution
Renouveler avec enthousiasme le oui de mes engagements envers Dieu et envers l'Église.



Cette méditation a été écrite par

Dans ce chapitre d'Evangile nous vous proposons de lire



Accueil | Version Mobile | Faire un don | Contact | Qui sommes nous ? | Plan du site | Information légales