Catholic.net International English Espanol Deutsh Italiano Slovensko
 - 28 juin 2022 - Saint Irénée
Date : samedi 24 mai 2014
La m餩tation

 

Les méditations

Discours de la Cène : les disciples seront persécutés comme leur maître

Evangile selon St Jean, chapitre 15, 18-21

À l’heure où Jésus passait de ce monde à son Père, il disait à ses disciples : « Si le monde a de la haine contre vous, sachez qu’il en a eu d’abord contre moi.
Si vous apparteniez au monde, le monde vous aimerait, car vous seriez à lui. Mais vous n’appartenez pas au monde, puisque je vous ai choisis en vous prenant dans le monde ; voilà pourquoi le monde a de la haine contre vous.
Rappelez-vous la parole que je vous ai dite : Le serviteur n’est pas plus grand que son maître. Si l’on m’a persécuté, on vous persécutera, vous aussi. Si l’on a observé ma parole, on observera aussi la vôtre.
Les gens vous traiteront ainsi à cause de moi, parce qu’ils ne connaissent pas celui qui m’a envoyé. »

Prière d'introduction
Aujourd’hui le monde relativise tout et semble totalement désorienté, comme s’il avait perdu le sens de la vie. Mais toi, Seigneur, tu es là et tu me dis et me redis comme à Moïse « Ne crains pas, je suis avec toi ». Tu veux que nous dépassions notre inquiétude pour les choses de demain et tu m’assures que le Père connaît tous nos besoins. Tu m’invites à « chercher d’abord le royaume et sa justice ».

Demande
« Seigneur, mets en moi cette confiance de l’enfant et apprends-moi à renoncer à ce qui préoccupe trop mon âme et la prive de sa liberté de se donner à toi ».

Points de réflexion

1. Mon choix vous a tirés du monde. Jésus, tu sais ce qui attend tes apôtres, tes disciples et tous ceux qui marcheront à ta suite. Tu sais que leur chemin sera étroit et resserré, difficile et même, souvent rebutant. Tu veux affermir leur foi pour qu’elle soit assise sur le roc. Il ne faut pas qu’ils renoncent, qu’ils perdent espoir et se découragent. Le monde, dont tu parles, n’est pas l’univers physique, le cosmos, mais celui de la mentalité des gens, l’esprit du temps au cours duquel, de génération en génération, les forces du mal combattent contre les forces du bien. Tu sais que ceux que tu envoies en mission, « ceux que tu as tirés du monde », seront persécutés, torturés, emprisonnés et même livrés à la mort, parce que le monde ne les comprendra pas et les rejettera. Tu sais que ce combat ne cessera qu’au dernier jour, à ton retour.

2. Ils le feront à cause de mon nom. La lumière et l’harmonie de la création ont été anéanties par la haine envers le Créateur, haine qui, par la méchanceté du démon, a pénétré le cœur humain depuis le premier homme. Dieu est devenu un obstacle sur notre route. Les hommes ne se reconnaissent plus comme frères et chacun est habité par une jalousie mortelle en face de l’autre. Nous sommes ivres de la liberté que tu nous as donnée et ne cessons d’en abuser, malgré toutes les preuves que tu nous donnes de ta présence et de ton amour au milieu de nous et en nous.
Depuis le début, l’obscurité est entrée dans nos cœurs et nous avons perdu le sens de ta présence. Nous avons perdu ta lumière et nous nous sommes éloignés de toi. Tu es venu pour rendre Dieu visible et les apôtres nous ont transmis ce qu’ils ont vu, ce qu’ils ont entendu, et même ce qu’ils ont touché. Tu es remonté vers ton Père et, alors même que tu as envoyé ton Esprit à ton Église, nos cœurs et notre entendement restent fermés. Aujourd’hui, le monde dans lequel nous vivons se veut autonome et ne veut pas avoir besoin de toi.
Et tu le savais, alors tu as réconforté les apôtres en leur disant et leur promettant que celui qui croirait en toi se sauverait et recevrait la couronne de gloire. Et, de génération en génération, cette promesse nous a été transmise. Tu ne nous décevras pas si nous te sommes fidèles.

3. Le serviteur n’est pas plus grand que son Maître. Tu es le Maître mais tu es aussi le Serviteur de ton Père, « celui qui a toute sa faveur ». Tu es le Serviteur souffrant décrit par Isaïe. Tu as été persécuté et crucifié, et ceux qui te voyaient passer, portant ta croix, sur le chemin du Calvaire ne voyaient qu’un condamné à mort par la justice des hommes. Ceux qui t’ont condamné voulaient t’éliminer. Leur cœur endurci ne comprenait ni tes enseignements, ni tes actes : ils ne voulaient pas de ce royaume de Vérité que tu annonçais.
Aujourd’hui aussi tes disciples, serviteurs de Dieu, sont souvent réduits au silence. Le Pape François dit et redit qu’il y a, aujourd’hui, plus de martyrs qu’aux premiers temps de l’Église. « Nombreux sont les baptisés qui rendent témoignage à Jésus et qui sont condamnés parce qu’ils possèdent une Bible ou font le signe de la croix ».

Dialogue avec le Christ
Tu sais bien, Seigneur, que toutes les persécutions ne sont pas sanglantes. Il y a des cas où la liberté d’expression est anéantie et réduite au silence, où l’intelligence de l’homme est anesthésiée par les slogans à la mode. Alors, Seigneur, que pouvons-nous faire ? C’est vrai, Seigneur, que réduits à nos propres forces, nous ne pouvons rien faire ; mais c’est alors que la prière prend toute sa force et abolit toutes les distances entre nous et le Cœur de notre Dieu et Père, qui ne cessera jamais de nous aimer, de nous protéger et qui nous attend les bras ouverts.

Résolution
Prier l’Esprit Saint de me donner la force qu’il me demande.



Cette méditation a été écrite par

Dans ce chapitre d'Evangile nous vous proposons de lire



Accueil | Version Mobile | Faire un don | Contact | Qui sommes nous ? | Plan du site | Information légales