Catholic.net International English Espanol Deutsh Italiano Slovensko
 - 4 juillet 2022 - Saint Berthe
Date : dimanche 19 octobre 2014
La m餩tation

 

Les méditations

À César ce qui est à César et à Dieu ce qui est à Dieu

Evangile selon St Matthieu, chapitre 22, 15-21

Les pharisiens se concertèrent pour voir comment prendre en faute Jésus en le faisant parler. Ils lui envoient leurs disciples, accompagnés des partisans d’Hérode : « Maître, lui disent-ils, nous le savons : tu es toujours vrai et tu enseignes le vrai chemin de Dieu ; tu ne te laisses influencer par personne, car tu ne fais pas de différence entre les gens. Donne-nous ton avis : Est-il permis, oui ou non, de payer l’impôt à l’empereur ? »
Mais Jésus, connaissant leur perversité, riposta : « Hypocrites ! pourquoi voulez-vous me mettre à l’épreuve ? Montrez-moi la monnaie de l’impôt. »
Ils lui présentèrent une pièce d’argent. Il leur dit : « Cette effigie et cette légende, de qui sont-elles ? - De l’empereur César », répondirent-ils.
Alors il leur dit : « Rendez donc à César ce qui est à César, et à Dieu ce qui est à Dieu. »

Prière d'introduction
Seigneur Jésus, je suis si heureux de passer ce moment avec toi. Tu es ma joie et mon bonheur.

Demande
Seigneur, aide-moi à te donner la place que tu mérites dans mon cœur et ma vie.

Points de réflexion

1. Les pharisiens cherchaient à prendre Jésus au piège pour le discréditer. Ils espéraient que Jésus allait dire qu’il ne fallait pas payer les impôts à César, pour ensuite le dénoncer comme traître auprès des autorités romaines. D’autre part, si Jésus disait qu’il fallait payer les impôts à César, pour certains juifs, il aurait été coupable de blasphème, puisque payer les impôts à César était équivalent à reconnaître que César est le divin empereur. Les pharisiens avaient à cœur leurs propres intérêts et non ceux de Dieu et de sa volonté, et, quand on ne se laisse emporter que par ses propres intérêts, on finit toujours par tomber dans l’injustice. Jésus, avec la lumière de sa vérité, désamorce leur piège.

2. Le Seigneur profite aussi de l’occasion pour communiquer un message. Le chrétien ne peut pas vivre sa foi en Dieu comme une fuite du monde, en vivant dans une espèce de tour d’ivoire, indifférent aux événements. Il faut rendre à César ce qui est à César, c’est-à-dire, que nous devons nous engager pour créer une société avec une politique et une économie qui soient justes et respectueuses de la dignité de l’homme, tel que Dieu l’a voulu. Cette année l’Église célèbre le 50e anniversaire du document conciliaire Lumen Gentium où les pères du Concile Vatican II souhaitaient rappeler aux chrétiens leur mission dans le monde : « En accomplissant leurs devoirs civils normaux, « guidés par leur conscience chrétienne » (7), selon les valeurs conformes à cette conscience, les fidèles réalisent aussi la tâche qui leur est propre d’animer chrétiennement l’ordre temporel, tout en en respectant la nature et la légitime autonomie (8), et en coopérant avec les autres citoyens, selon leur compétence spécifique et sous leur propre responsabilité (9) » (Lumen Gentium, 1).

3. S’il faut rendre à César ce qui est à César, il ne faut pas non plus négliger la deuxième partie du message de Jésus. Il faut rendre à Dieu ce qui est à Dieu. Si nous voulons que Dieu ait une place dans notre société, c’est à nous, chrétiens, de lui donner une place dans nos cœurs, dans notre vie quotidienne et dans nos familles. Dieu ne cherche rien de plus qu’une amitié réelle et sincère avec moi. L’amitié se forge par des rencontres, par des services rendus, par des projets en commun, par un vrai souci pour le bonheur de l’autre. Quand je prie, j’invite Dieu chez moi. Quand je vais à l’Église pour la messe ou pour recevoir les sacrements, je réponds à l’invitation de Dieu de lui rendre visite chez lui. Quand j’ouvre la parole de Dieu, je dis au Seigneur, « Assez parlé de moi, parle-moi de toi. Qu’est-ce que tu as dans le cœur Seigneur ? » Quand je rends service à mon prochain dans ma famille, dans ma communauté ou dans l’Église, c’est à Dieu aussi que je rends service. Combien de choses le Seigneur n’a-t-il pas faites pour moi dans ma vie ! La vie chrétienne est aussi simple que cela, une amitié tissée avec Dieu dans le quotidien.

Dialogue avec le Christ
Seigneur Jésus, je voudrais tellement que le monde soit plus juste et imprégné de ta paix et de ton amour. Que ma façon d’agir et de m’engager dans ma famille, dans mon travail, dans la vie associative puisse être un témoignage au monde de la beauté d’une vie donnée toute à toi. Seigneur, que mon amitié avec toi devienne chaque jour plus réelle et sincère. Que mon amitié avec toi Seigneur ne reste pas seulement au niveau des bonnes intentions, mais qu’elle puisse s’exprimer en vérité et en acte dans mon quotidien. Viens, Seigneur, dans mon cœur et dans ma vie. Viens transformer le monde autour de moi. Que ma prière puisse être une porte ouverte à ta présence et à ton action dans le monde.

Résolution
Est-ce que je connais quelqu’un au travail ou dans mon entourage qui passe par un moment difficile ? Je pourrais faire une bonne action pour alléger son fardeau aujourd’hui.



Cette méditation a été écrite par

Dans ce chapitre d'Evangile nous vous proposons de lire



Accueil | Version Mobile | Faire un don | Contact | Qui sommes nous ? | Plan du site | Information légales