Catholic.net International English Espanol Deutsh Italiano Slovensko
 - 21 juin 2022 - Saint Louis de Gonzague
Date : lundi 19 janvier 2015
La m餩tation

 

Les méditations

Alliance de foi et d’amitié avec Jésus

Evangile selon St Marc, chapitre 2, 18-22

Comme les disciples de Jean le Baptiste et les pharisiens jeûnaient, on vient demander à Jésus : « Pourquoi, alors que les disciples de Jean et les disciples des pharisiens jeûnent, tes disciples ne jeûnent-ils pas ? »
Jésus leur dit : « Les invités de la noce pourraient-ils jeûner, pendant que l’Époux est avec eux ? Tant qu’ils ont l’Époux avec eux, ils ne peuvent pas jeûner.
Mais des jours viendront où l’Époux leur sera enlevé ; alors, ce jour-là, ils jeûneront.
Personne ne raccommode un vieux vêtement avec une pièce d’étoffe neuve ; autrement le morceau neuf ajouté tire sur le vieux tissu et la déchirure s’agrandit.
Ou encore, personne ne met du vin nouveau dans de vieilles outres ; car alors, le vin fera éclater les outres, et l’on perd à la fois le vin et les outres. À vin nouveau, outres neuves. »

Prière d'introduction
Comme un cerf altéré cherche l’eau vive, * ainsi mon âme te cherche toi, mon Dieu. Mon âme a soif de Dieu, le Dieu vivant ; * quand pourrai-je m’avancer, paraître face à Dieu ? Je n’ai d’autre pain que mes larmes, le jour, la nuit, * moi qui chaque jour entends dire : « Où est-il ton Dieu ? » Je me souviens, et mon âme déborde : * en ce temps-là, je franchissais les portails ! Je conduisais vers la maison de mon Dieu la multitude en fête, * parmi les cris de joie et les actions de grâce. R / Pourquoi te désoler, ô mon âme, et gémir sur moi ? * Espère en Dieu ! De nouveau je rendrai grâce : il est mon sauveur et mon Dieu ! (Psaume 41).

Demande
Seigneur, donne-moi une plus grand faim et une plus grande soif pour toi aujourd’hui.

Points de réflexion

1. La question du jeûne posé par les gens à Jésus nous donne l’occasion de redécouvrir le sens profond de cette pratique que nous continuons encore à vivre aujourd’hui dans l’Église en particulier le mercredi des Cendres et le Vendredi Saint mais aussi de façon personnelle à d’autres moment de l’année. A la question « pourquoi tes disciples ne jeûnent-ils pas ? » Jésus en profite pour répondre en même temps à la question, « Pourquoi le jeûne ? ». Le Seigneur nous fait comprendre que le jeûne en tant que renoncement à satisfaire sa faim corporelle pour un temps déterminé n’est pas un but en soi. Je ne le fais pas que pour souffrir un renoncement physique. Le Seigneur met la pratique du jeûne en lien directe avec sa présence ou son absence. « Tant qu’ils ont l’Époux avec eux, ils ne peuvent pas jeûner. Mais des jours viendront où l’Époux leur sera enlevé ; alors, ce jour-là, ils jeûneront ».

2. Avant la venue du Christ le jeûne était pratiqué par les pharisiens et par les disciples de Jean-Baptiste par ce que la faim physique renvoie à la faim spirituelle que le peuple choisi avait pour la venue du Messie et pour le salut de Dieu qu’il devait apporter. C’était une manière d’exprimer corporellement leur désir pour le Seigneur et pour sa grâce. C’était une forme de prière corporelle. Puisque les disciples de Jésus le voyaient, lui le Messie et le Fils de Dieu, de leur propres yeux et l’entendaient de leur propres oreilles et qu’ils avaient la joie d’être en intimité avec lui, cette faim spirituelle était complètement rassasiée et donc la pratique du jeûne n’avait pour eux aucune utilité.

3. Alors pourquoi jeûnons-nous aujourd’hui ? Le Christ ne continue-t-il pas d’être avec nous ? Le Christ n’avait-il pas fait la promesse qu’il serait avec nous jusqu’à la fin du monde ? N’avait-il pas promis de nous envoyer son Esprit Saint pour qu’ils puissent continuer à vivre en nous ? N’a-t-il pas dit qu’il était réellement présent dans l’Eucharistie. Certes, mais cette présence n’est pas encore parfaite et elle reste sous le voile des sacrements. Nous attendons encore le jour où nous le verront tel qu’il est, face à face. Même si le Christ est toujours présent pour nous, nous qui sommes des pauvres pécheurs, nous nous éloignons encore souvent de lui. Nous avons besoin constamment de nous tourner de nouveau vers lui pour l’accueillir plus pleinement dans nos vies. Le jeûne devient donc un moyen utile parmi d’autres pour exprimer notre désir de conversion, de ce retour vers lui.

4. Même si dans le sens strict du terme le jeûne concerne l’expérience de la faim physique, nous pouvons aussi jeûner pour des choses auxquelles notre cœur s’attache excessivement et qui pourraient devenir une forme d’idolâtrie. En les laissant occuper trop de place dans nos cœurs et nos pensées nous donnons moins de place à Dieu et à notre prochain. Je peux donc par exemple « jeûner » de la télévision ou de l’internet ou de mon téléphone portable. Je peux renoncer à m’acheter le nouveau gadget à la mode, etc. Tout cela je le fais non pour le renoncement en soi mais pour laisser plus de place à Dieu et à mon prochain dans mon cœur.

Dialogue avec le Christ
Seigneur Jésus, tu es toujours fidèle. Tu es toujours là pour moi. Merci, Seigneur, pour ta présence auprès de moi dans ce temps de prière. Tu es venu rendre toute chose nouvelle en concluant avec toute l’humanité une nouvelle Alliance au moment de ta venue parmi nous. Viens renouveler mon cœur pour que je puisse accueillir plus pleinement en moi cette Alliance de foi et d’amitié avec toi. Que je puisse apprendre à jeûner de tout ce qui m’éloigne de toi et de tout ce qui te fait concurrence dans ma vie pour que je puisse laisser d’avantage d’espace dans mon cœur pour une vraie faim et un vrai désir de toi.

Résolution
Jeûner de l’internet, de la télévision ou de mon portable une soirée pour prendre un temps pour prier soit personnellement, soit en couple ou en famille.



Cette méditation a été écrite par Père Richard Tardiff, LC

Dans ce chapitre d'Evangile nous vous proposons de lire



Accueil | Version Mobile | Faire un don | Contact | Qui sommes nous ? | Plan du site | Information légales