Catholic.net International English Espanol Deutsh Italiano Slovensko
 - 21 février 2019 - Saint Pierre-Damien
Date : dimanche 28 mars 2004 | Lire l'Evangile dans son contexte
La m餩tation

 

Les méditations

La puissance de l’Amour

Saint Jean 8, 1-11

Jésus s’était rendu au mont des Oliviers ; de bon matin, il retourna au Temple. Comme tout le peuple venait à lui, il s’assit et se mit à enseigner. Les scribes et les pharisiens lui amènent une femme qu’on avait surprise en train de commettre l’adultère. Ils la font avancer, et disent à Jésus : « Maître, cette femme a été prise en flagrant délit d’adultère. Or, dans la Loi, Moïse nous a ordonné de lapider ces femmes-là. Et toi, qu’en dis-tu ? » Ils parlaient ainsi pour le mettre à l’épreuve, afin de pouvoir l’accuser. Mais Jésus s’était baissé et, du doigt, il traçait des traits sur le sol. Comme on persistait à l’interroger, il se redressa et leur dit : « Celui d’entre vous qui est sans péché, qu’il soit le premier à lui jeter la pierre. » Et il se baissa de nouveau pour tracer des traits sur le sol. Quant à eux, sur cette réponse, ils s’en allaient l’un après l’autre, en commençant par les plus âgés. Jésus resta seul avec la femme en face de lui. Il se redressa et lui demanda : « Femme, où sont-il donc ? Alors, personne ne t’a condamnée ? » Elle répondit : « Personne, Seigneur. » Et Jésus lui dit : « Moi non plus, je ne te condamne pas. Va, et désormais ne pèche plus. »

Réflexion

Prière d’introduction Dieu notre Père, tu nous révèles ta miséricorde infinie par le pardon constant de nos péchés. Que la puissance de ton amour soit dans nos coeurs et qu’elle touche tous ceux que nous rencontrons. Par le Christ notre Seigneur. Amen.

Pétition Seigneur, aide-moi à toujours apprécier le don de ton amour.

1. Cette femme a commis l’adultère. Personne ne doute de sa culpabilité ; elle n’essaye pas non plus de la nier. Peut-être cherchait-elle simplement à être heureuse. Cependant, son désir contredisait la loi et sa conscience. Elle s’est certainement amusée, mais la paix de l’âme lui échappe. Elle est inquiète au plus profond de son âme. Son péché est découvert et un événement change sa vie pour toujours non pas tant le fait d’avoir échappé de justesse à la mort mais plutôt d’avoir rencontré Jésus-Christ. Ce n’est pas la crainte d’être mise à mort qui l’incite à changer de vie, c’est Jésus. Son amour authentique envers elle pénètre profondément son coeur et lui donne la raison et la force de quitter une vie indigne de Dieu et d’un enfant de Dieu. Elle se rend compte que ses péchés n’étaient pas seulement en opposition avec sa conscience et avec la loi ; ils étaient une offense contre une personne - une personne dont elle ne voudrait plus jamais perdre l’amitié.

2. Moïse a ordonné la lapidation. Jésus l’a sauvée d’un tel destin. La gratitude la laisse abasourdie, presque paralysée. Après ce qu’il vient de faire pour elle, comment ne pas désirer le suivre ? Elle apprendra que la vie de la grâce qu’il a obtenue pour elle surpasse de loin la vie physique qui lui a été accordée quand il l’a sauvée de ses bourreaux. Jésus a non seulement racheté sa vie de la tombe mais il est la source même de sa nouvelle vie.

3. « Moi non plus, je ne te condamne pas. » La preuve que Dieu nous aime, c’est que le Christ, alors que nous étions encore pécheurs, est mort pour nous (Romains 5, 8). Le péché de cette femme était évident, sa dignité était compromise, mais l’amour de Dieu prévaut sur tout. Les accusateurs de la femme ne partent pas parce qu’ils lui pardonnent mais parce que le Christ leur a fait découvrir leur manque de sincérité. Jésus fait ce que lui seul peut faire : il pardonne les péchés. Dans le sacrement de la Réconciliation, Jésus continue à pardonner nos péchés par l’intermédiaire de ses prêtres. Comme la femme adultère, nous avons besoin d’entendre que nous sommes pardonnés. Nous avons besoin de la grâce fortifiante de ce sacrement pour travailler avec précision sur ces points que nous avons confessés. Nous avons besoin aussi de la réprimande paternelle du Christ : « Va, et désormais ne pèche plus. » Nous pouvons vraiment aller en paix parce que la grâce qui découle de la prière, des sacrements, et d’un effort véritable de choisir le bien, nous permettra de faire ce que le Christ nous demande.

Dialogue avec le Christ Seigneur, à chaque péché je te rejette et j’offense ton immense amour pour moi. Je mérite la mort à cause de mon péché, pourtant tu es prêt à me sauver. Par le sacrement de la réconciliation, tu effaces mes péchés et tu rétablis ma dignité en tant qu’enfant de Dieu. Pour ceci je te suis éternellement reconnaissant. Je te prie de m’accorder la grâce de connaître ta volonté pour moi aujourd’hui et chaque jour. Puis, donne-moi la grâce de faire ta volonté par gratitude et par amour pour toi. Marie, Mère très pure, aide-moi à garder mon coeur seulement pour Jésus.

Résolution Par amour pour le Christ, je ne critiquerai personne aujourd’hui et je ne me plaindrai de rien. Je ne parlerai que du bien qui m’entoure et je programmerai un moment pour recevoir le sacrement de la réconciliation cette semaine.



Cette méditation a été écrite par



Accueil | Version Mobile | Faire un don | Contact | Qui sommes nous ? | Plan du site | Information légales