Catholic.net International English Espanol Deutsh Italiano Slovensko
Vert - 30e dimanche du Temps Ordinaire 26 octobre 2014 - Saint Démétrius
Date : vendredi 23 juillet 2004 | Lire l'Evangile dans son contexte
La m餩tation

 

Les méditations

Explication de la parabole du semeur.

Matthieu 13,18-23

Jésus disait à ses disciples : « Vous donc, écoutez ce que veut dire la parabole du semeur. Quand l’homme entend la parole du Royaume sans la comprendre, le Mauvais survient et s’empare de ce qui est semé dans son coeur : cet homme, c’est le terrain ensemencé au bord du chemin. Celui qui a reçu la semence sur un sol pierreux, c’est l’homme qui entend la Parole et la reçoit aussitôt avec joie ; mais il n’a pas de racines en lui, il est l’homme d’un moment : quand vient la détresse ou la persécution à cause de la Parole, il tombe aussitôt. Celui qui a reçu la semence dans les ronces, c’est l’homme qui entend la Parole ; mais les soucis du monde et les séductions de la richesse étouffent la Parole, et il ne donne pas de fruit. Celui qui a reçu la semence dans la bonne terre, c’est l’homme qui entend la Parole et la comprend ; il porte du fruit à raison de cent, ou soixante, ou trente pour un. »

Prière d’introduction Seigneur Jésus, tu es venu dans le monde nous enseigner comment atteindre la vie éternelle. Maître inlassable, tu as instruit tes disciples et tu continues encore aujourd’hui à m’enseigner. Tu me donnes tout ce dont j’ai besoin pour que je puisse un jour jouir du bonheur éternel au près du Père. Je te rends grâce, Seigneur, pour ta bonté envers moi.

Pétition Seigneur, accorde-moi la grâce de voir à quel point je corresponds à ta grâce, et d’ouvrir plus généreusement mon coeur à tes enseignements.

Réflexion

1. Le don de Dieu et notre refus. Nous devons être sincères avec nous-mêmes et avec Dieu. Aujourd’hui, Jésus nous donne une occasion de recevoir sa grâce et il doit être pris très au sérieux. Dieu m’a envoyé beaucoup de grâces : ont-elles germées, ou ont-elles été balayées par le vent de mon péché ? Comment l’amitié peut-elle se développer et s’épanouir si la condition minimum de respect et d’amour fait défaut ?

Peut-être la raison pour laquelle je ne grandis pas en sainteté est que je porte un regard naturaliste sur la vie. En considérant les choses, je ne perçois pas la main de Dieu. Je ne saisis pas son action constante dans ma vie, parce que je juge tout avec les yeux du matérialisme. Je ne crois pas avec une foi simple dans la vérité de la présence du Christ et de l’amour de Dieu dans ma vie. Une âme desséchée par le péché ne peut pas porter de fruits. Elle est imperméable et elle doit se tourner vers le Christ dans une attitude de mortification et d’humilité profonde, en Lui suppliant d’accorder la grâce du rachat et de la conversion.

2. L’homme d’un moment. Comme il est facile de s’engager à la poursuite de la sainteté dans un moment d’euphorie ! Comme il est difficile d’être fidèle à cet engagement dans les petites choses de chaque jour ! Nous devons réaliser avec Job, que la vie de l’homme sur terre est un combat. Chaque moment, chaque jour, nous devons renouveler notre attachement à grandir dans l’amour du Christ.

Cette attitude se trouve souvent dans l’apostolat. C’est celle de la personne qui manque d’humilité et d’esprit de sacrifice ; celle qui abandonne quand les choses deviennent trop difficiles. Il se rend présent, mais quand un vrai effort lui est demandé, il se réfugie derrière ses propres sophismes, cachant ainsi son manque d’amour pour le Christ et l’Eglise.

S’occuper d’une famille, de son travail et de ses engagements dans la société est très important. Il est impensable de simplement laisser tomber nos activités bonnes et normales pour Dieu. Aucun père, aucune mère ne peut légitimement abandonner sa famille en raison d’un prétendu appel spirituel. Dieu ne demanderait jamais cela. Toutefois, les responsabilités, les difficultés ou les soucis de la vie conjugale, du travail, de la maladie ou de la vieillesse ne sont pas des excuses pour ne pas vivre intimement avec le Christ. Chaque personne et chaque circonstance doivent nous conduire à connaître et à aimer Dieu davantage.

3. Certains portent du fruit à raison de cent, ou soixante, ou trente pour un. Passe en revue les nombreuses grâces que tu as reçues de Dieu cette année : le pardon reçu et expérimenté pendant les confessions, le Christ lui-même reçu dans l’eucharistie, et les dons de l’Esprit Saint. Sois-en reconnaissant, et rends-toi compte que c’est l’oeuvre de ton Dieu qui t’a tant aimé qu’il a envoyé son Fils unique pour te sauver. A cause de lui, ces grâces ont porté du fruit. Tu as collaboré et Dieu a fait des merveilles. Pensons avec le psalmiste à la pitié et l’amour infini de Dieu pour nous, " qu’est-ce que l’homme pour que tu penses à lui, le fils d’un homme, que tu en prennes souci ?" (Ps 8,4). Puis, tourne-toi vers le Magnificat (Luc 1,46-55) pour rendre grâce avec la même joie que Marie par un humble chant de louange. Car vraiment le Seigneur a déversé son amour sur toi.

Dialogue avec le Christ Seigneur Jésus, je te rends grâce pour toutes les grandes choses que tu as faites pour moi. Je ne voudrais jamais m’habituer à ta bonté mais passer mes jours à m’émerveiller de ton amour pour chacun d’entre nous, aussi petit, aussi pauvre que nous soyons. Je voudrais que tu me prennes comme ton ouvrier, Seigneur, que tu me rendes docile à tes inspirations, que je porte beaucoup de fruit pour ton Royaume.

Résolution Aujourd’hui, pendant un temps libre, entrer dans une conversation intime et personnelle avec Jésus.



Cette méditation a été écrite par



Accueil | Version Mobile | Faire un don | Contact | Qui sommes nous ? | Plan du site | Information légales