Catholic.net International English Espanol Deutsh Italiano Slovensko
 - 23 juillet 2019 - Saint Apollinaire
Date : lundi 25 octobre 2004 | Lire l'Evangile dans son contexte
La m餩tation

 

Les méditations

Nous voilà délivrés !

Saint Luc 13, 10-17

Jésus était en train d’enseigner dans une synagogue, le jour du sabbat. Il y avait là une femme, possédée par un esprit mauvais qui la rendait infirme depuis dix-huit ans ; elle était toute courbée et absolument incapable de se redresser. Quand Jésus la vit, il l’interpella : « Femme, te voilà délivrée de ton infirmité. » Puis, il lui imposa les mains ; à l’instant même elle se trouva toute droite, et elle rendait gloire à Dieu. Le chef de la synagogue fut indigné de voir Jésus faire une guérison le jour du sabbat. Il prit la parole pour dire à la foule : « Il y a six jours pour travailler ; venez donc vous faire guérir ces jours-là, et non pas le jour du sabbat. » Le Seigneur lui répliqua : « Esprits faux que vous êtes ! N’est-il pas vrai que le jour du sabbat chacun de vous détache de la mangeoire son boeuf ou son âne pour le mener boire ? Et cette femme, une fille d’Abraham, que Satan avait liée il y a dix-huit ans, n’est-il pas vrai que le jour du sabbat il fallait la délivrer de ce lien ? » Ces paroles de Jésus couvraient de honte tous ses adversaires, et toute la foule était dans la joie à cause de toutes les actions éclatantes qu’il faisait.

Prière d’introduction Seigneur, je crois en toi. Je crois que tu veux me guérir de mon péché. J’espère en toi, et je sais que si je vis selon ta volonté, la victoire est sûre. Je t’aime parce que tu as payé le prix de mes péchés sur la croix. Merci, Seigneur. Je te remercie par chaque acte de ma journée.

Pétition Enseigne-moi cette semaine la vraie foi. Seigneur, guéris moi de toute rancoeur et garde moi de juger négativement ceux qui sont proches de moi. Guéris-moi ; fais de moi un saint.

Points de réflexion

1. En présence du Seigneur. Cette femme était dans le Temple, et donc elle a pu entrer en contact avec Jésus-Christ. Elle ne s’est pas nécessairement rendue au Temple dans l’espoir d’être guérie. Jésus l’a vue, il s’est rendu compte de son mal et il a voulu la guérir. Le Seigneur se préoccupe de chacun de nous d’une manière personnelle. Il nous est peut être déjà arrivé de souhaiter rencontrer le Christ. En fait, nous le pouvons, mais nous avons besoin de la foi dans sa présence réelle dans l’Eucharistie. Il sait ce qui m’afflige. Il désire me guérir spirituellement par le sacrement de la réconciliation. En le rencontrant dans l’Eucharistie, je reçois les forces pour faire face aux épreuves.

2. Elle a glorifié Dieu. Quand elle a été guérie, la femme na pas considéré que c’était son dû. Elle n’a pas grommelé qu’il était bien temps que Dieu la libère. Au lieu de cela, elle se met en prière. Comme le Catéchisme l’énonce : " Adorer Dieu, c’est, dans le respect et la soumission absolue reconnaître le " néant de la créature " qui n’est que par Dieu. Adorer Dieu, c’est comme Marie, dans le Magnificat, le louer, l’exalter et s’humilier soi-même, en confessant avec gratitude qu’Il a fait de grandes choses et que saint est son nom. " (no. 2097). Ouvrons les yeux à tout ce que Jésus-Christ fait pour nous ! Remercions-Le et glorifions-Le.

3. Une hypocrisie répugnante. Nous avons tendance à attendre plus des autres que nous n’exigeons de nous-mêmes. Nous avons une grande capacité à excuser et à justifier nos actions pourtant nous ne le faisons pas pour nos proches. Cherchons à être toujours ouverts au travail de Dieu dans les âmes. Il est impossible aux pharisiens de nier la guérison de l’aveugle-né mais, au lieu de croire humblement en Jésus et en sa mission surnaturelle, leur " ardeur religieuse " fait qu’ils sont scandalisés parce que Jésus n’appartient pas à leur secte et qu’il accomplit un miracle le jour du Sabbat. Ils ne peuvent pas nier qu’il a ressuscité Lazare des morts mais au lieu d’admettre la puissance du Christ ils cherchent à le tuer afin d’empêcher d’autres personnes de croire en lui. C’est une perversion de la conscience, un aveuglement volontaire, une résistance à l’Esprit Saint.

Dialogue avec le Christ Seigneur, aide-moi à rectifier ma conscience de sorte que je reconnaisse tout ce qui est contraire à ta volonté afin de me corriger. Ouvre mes yeux au travail que tu effectues dans mon âme. Je veux te louer pour ta bonté envers moi et pour ton infinie miséricorde. Garde-moi particulièrement contre toute hypocrisie dans ma manière de vivre ma foi.

Résolution Je m’efforcerai de ne pas juger les autres. Si je ne m’occupe que de ma propre conduite, j’éviterai de faire des jugements impétueux contre mon voisin.



Cette méditation a été écrite par



Accueil | Version Mobile | Faire un don | Contact | Qui sommes nous ? | Plan du site | Information légales