Catholic.net International English Espanol Deutsh Italiano Slovensko
 - 14 décembre 2018 - Saint Jean de la Croix
Date : dimanche 17 juillet 2005 | Lire l'Evangile dans son contexte
La m餩tation

 

Les méditations

D’où viennent les mauvaises herbes ?

Saint Matthieu 13, 24-43

Jésus leur proposa une autre parabole : « Le Royaume des cieux est comparable à un homme qui a semé du bon grain dans son champ. Or, pendant que les gens dormaient, son ennemi survint ; il sema de l’ivraie au milieu du blé et s’en alla. Quand la tige poussa et produisit l’épi, alors l’ivraie apparut aussi. Les serviteurs du maître vinrent lui dire : ’Seigneur, n’est-ce pas du bon grain que tu as semé dans ton champ ? D’où vient donc qu’il y a de l’ivraie ?’ Il leur dit : ’C’est un ennemi qui a fait cela.’ Les serviteurs lui disent :’Alors, veux-tu que nous allions l’enlever ?’ Il répond : ’Non, de peur qu’en enlevant l’ivraie, vous n’arrachiez le blé en même temps. Laissez-les pousser ensemble jusqu’à la moisson ; et, au temps de la moisson, je dirai aux moissonneurs : Enlevez d’abord l’ivraie, liez-la en bottes pour la brûler ; quant au blé, rentrez-le dans mon grenier.’ » Il leur proposa une autre parabole : « Le Royaume des cieux est comparable à une graine de moutarde qu’un homme a semée dans son champ. C’est la plus petite de toutes les semences, mais, quand elle a poussé, elle dépasse les autres plantes potagères et devient un arbre, si bien que les oiseaux du ciel font leurs nids dans ses branches. » Il leur dit une autre parabole : « Le Royaume des cieux est comparable à du levain qu’une femme enfouit dans trois grandes mesures de farine, jusqu’à ce que toute la pâte ait levé. » Tout cela, Jésus le dit à la foule en paraboles, et il ne leur disait rien sans employer de paraboles, accomplissant ainsi la parole du prophète : C’est en paraboles que je parlerai, je proclamerai des choses cachées depuis les origines. Alors, laissant la foule, il vint à la maison. Ses disciples s’approchèrent et lui dirent : « Explique-nous clairement la parabole de l’ivraie dans le champ. » Il leur répondit : « Celui qui sème le bon grain, c’est le Fils de l’homme ; le champ, c’est le monde ; le bon grain, ce sont les fils du Royaume ; l’ivraie, ce sont les fils du Mauvais. L’ennemi qui l’a semée, c’est le démon ; la moisson, c’est la fin du monde ; les moissonneurs, ce sont les anges. De même que l’on enlève l’ivraie pour la jeter au feu, ainsi en sera-t-il à la fin du monde. Le Fils de l’homme enverra ses anges, et ils enlèveront de son Royaume tous ceux qui font tomber les autres et ceux qui commettent le mal, et ils les jetteront dans la fournaise : là il y aura des pleurs et des grincements de dents. Alors les justes resplendiront comme le soleil dans le royaume de leur Père. Celui qui a des oreilles, qu’il entende !

Prière d’introduction Seigneur, souvent je suis troublé par mes épreuves et mes échecs, mais je sais que ta grâce est plus forte que mon plus grand défaut. En toi je mets ma confiance !

Demande Seigneur Jésus, accorde-moi une confiance en toi sans limites.

Points de réflexion

1. Le Royaume et l’ennemi. Les rois du passé éliminaient leurs ennemis et étouffaient toutes rébellions dans leurs royaumes. Nous croyons que Jésus a vaincu l’ennemi, alors pourquoi le mystère du péché, le mysterium iniquitatis, a-t-il toujours prise sur l’humanité ? Pourquoi Dieu permet-il à l’ennemi d’attaquer son peuple ? Puisque le mal persiste, Dieu a-t-il été finalement vaincu par l’ennemi ? Notre Dieu est un Dieu d’amour et pour entrer en relation avec lui nous devons nous mettre dans une logique d’amour. Aimer implique choisir l’aimé au-dessus de toute autre option. Dieu n’a pas peur de Satan ni de ce qu’il peut faire. Dieu sait que si nous n’aimons que lui, nous serons capables de surmonter n’importe quelle difficulté, même le péché, en nous jetant dans l’océan de son amour miséricordieux. Dieu n’a pas peur de notre péché, parce qu’il a conquis le péché par son amour.

2. Le Seigneur est patient. Combien de fois nous tournons le dos à Dieu, pourtant il continue à nous aimer en retour ! Tant qu’il y a de l’air dans nos poumons, il y a de l’espoir. Notre Dieu est le Dieu de l’espoir ; il sait que sa grâce, si on la laisse faire, peut transformer le cœur le plus endurci. Donnons-lui la possibilité de transformer notre vie. Cessons de déplorer les comportements imparfaits et branchons-nous à sa grâce. Comme nous le rappelle saint Pierre, "la charité couvre la multitude des péchés " (1 Pierre 4,8).

3. Les mauvaises herbes seront brûlées. Il est important de réfléchir sur l’existence de l’enfer. C’est une vraie possibilité pour nous tous. Supposer le contraire revient à nier la nécessité de la venue du Christ et de la rédemption. La possibilité bien réelle pour chacun de nous d’aller en enfer devrait nous inspirer à veiller et à prier, à vivre de manière vertueuse et de ne pas négliger la miséricorde et l’amour de Dieu. Ne pas prêter l’attention qui lui est due à une personne, notre conjoint par exemple, est source de conflits et de malheur. Combien plus nous devons faire attention à ne pas prendre comme allant de soi le fait que Jésus-Christ est mort pour nous. Se retrouver en enfer relève plus d’un choix que d’une conséquence. L’enfer est le fruit des décisions égocentriques que nous avons prises et qui nous ont éloignés de Dieu. Dieu a un total respect pour nos choix : et cela a une portée éternelle. Le ciel est un choix. Nous choisissons de marcher dans l’amour de Dieu par sa grâce et de nous reposer éternellement en lui ou non. C’est très simple, mais ce n’est pas facile.

Dialogue avec le Christ Seigneur, je veux vivre pour toi et en toi tous les jours de ma vie et pour toute l’éternité. Aide-moi à persévérer dans la vie de la grâce. Quand, par faiblesse, je te tourne le dos, permets-moi de rechercher immédiatement ton pardon.

Résolution Chaque soir avant de m’endormir, je réciterai humblement un acte de contrition.



Cette méditation a été écrite par



Accueil | Version Mobile | Faire un don | Contact | Qui sommes nous ? | Plan du site | Information légales