Catholic.net International English Espanol Deutsh Italiano Slovensko
 - 14 décembre 2018 - Saint Jean de la Croix
Date : jeudi 27 octobre 2005 | Lire l'Evangile dans son contexte
La m餩tation

 

Les méditations

De la poule et du renard

Saint Luc 13, 31-35

A ce moment-là, quelques pharisiens s’approchèrent de Jésus pour lui dire : « Va-t’en, pars d’ici : Hérode veut te faire mourir. » Il leur répliqua : « Allez dire à ce renard : Aujourd’hui et demain, je chasse les démons et je fais des guérisons ; le troisième jour, je suis au but. Mais il faut que je continue ma route aujourd’hui, demain et le jour suivant, car il n’est pas possible qu’un prophète meure en dehors de Jérusalem. Jérusalem, Jérusalem, toi qui tues les prophètes, toi qui lapides ceux qui te sont envoyés, combien de fois j’ai voulu rassembler tes enfants comme la poule rassemble ses poussins sous ses ailes, et vous n’avez pas voulu ! Maintenant, Dieu abandonne votre Temple entre vos mains. Je vous le déclare : vous ne me verrez plus jusqu’au jour où vous direz : Béni soit celui qui vient au nom du Seigneur ! »

Prière d’introduction Seigneur, je reconnais ta présence à mes côtés pendant cette prière. Je crois que tu as beaucoup de grâces préparées pour moi et je veux en tirer profit afin de te plaire et de te servir. Je reconnais également que je ne peux rien faire sans toi. J’ai une pleine confiance dans la puissance de ta grâce, capable de surmonter ma faiblesse. Je t’aime Seigneur pour ta bonté et ta miséricorde. Aide-moi à t’aimer aujourd’hui comme tu le mérites. Aide-moi à te montrer ma gratitude par ma fidélité à ta volonté.

Demande O Jésus, accorde-moi, une sainte détermination dans l’accomplissement de la mission que tu m’as confiée dans ta bonté.

Points de réflexion

1. Une sainte détermination. Rien n’a pu changer la détermination du Seigneur à accomplir la volonté de son père. Il était maître de sa vie et de sa mort. Jésus obéissait à son Père et il n’aurait pas raccourci son travail d’un seul jour afin de plaire à un roi terrestre ou d’échapper à sa colère. Notre rachat dépendait de son acceptation de la croix et il a décidé de remplir sa mission jusqu’au bout. La seule chose à craindre est notre propre faiblesse. "Pour avoir un cœur comme celui du Christ, il est nécessaire de lutter et de souffrir, mais de lutter et de souffrir sans lâchetés, sans trêves et sans découragement ; lutter et souffrir pour le bien des autres avec persévérance, même si on nous paie mal, même si on ne nous comprend pas, si on ne nous remercie pas, même si le bien que nous faisons ne sert qu’à nous attirer la critique et la persécution de nos ennemis et de ceux qui croient voir en nous de très grands dangers pour la gloire de Dieu. " (Lettre du Père Marcial Maciel, LC, 23 mars, 1947).

2. Connaître nos ennemis. Nous avons tous des combats spirituels. Comme Jésus, nous devons connaître nos ennemis et relever les défis en conséquence. "Que le Christ ne puisse nous reprocher d’être moins habiles et astucieux pour faire le bien que les fils de Satan pour faire le mal. Les ennemis de l’Eglise et du Christ disposent maintenant de systèmes et de moyens techniques étudiés, avec des organisations si bien conçues qu’elles sont capables de mettre en échec le catholicisme à un moment donné. Nous sommes malheureusement très en retard dans nos moyens de défense ; jusqu’à présent peu nombreux sont ceux qui ont osé abandonner leurs petits avantages pour se décider sérieusement à barrer la route à un ennemi, qui s’appuie sur des moyens puissants. " (Lettre du Père Marcial Maciel, LC, 1er déc. 1948). Nous portons en nous-mêmes certains de nos ennemis les plus dangereux : notre paresse, notre crainte de l’incommodité, la fierté, et le respect humain, etc.... Une fois ces ennemis identifiés, nous pouvons travailler à les contrecarrer.

3. J’ai voulu vous rassembler comme la poule rassemble ses poussins et vous n’avez pas voulu ! Rien ne blesse autant que de s’offrir par amour et de se voir repoussé. C’est ce qui est arrivé à Jésus à Jérusalem. Aimer Dieu, répondre à l’amour d’un autre, n’est pas une affaire de sentiments. C’est d’abord un choix que nous faisons, un acte de volonté. Les émotions, les bons sentiments, viennent ensuite. Nous aimons Dieu car il nous a aimé le premier. Nous aimons notre prochain car Dieu nous l’a ainsi commandé. Jésus continue à s’offrir à moi tous les jours. Est-ce que souvent je rejette l’amour de Jésus ? Par mon indifférence, mon indécision, ma paresse ? Est-ce que je m’efforce d’aimer les autres - tous les autres- comme moi-même ?

Dialogue avec le Christ Seigneur Jésus, accorde-moi la force de ne pas hésiter face à l’opposition et aux difficultés dans mon effort pour accomplir ta volonté. En particulier, éclaire-moi afin de discerner clairement mes faiblesses intérieures qui m’empêchent de réaliser ton plan divin dans ma vie. Ton amour sacrificatoire et ton profond souci pour mon salut me touchent. Accorde-moi un souci semblable pour le salut de tous ceux qui m’entourent.

Résolution J’identifierai l’obstacle principal qui m’empêche d’accomplir la volonté de Dieu et je me résoudrai à l’attaquer de front en demandant l’aide du Seigneur et en faisant une proposition concrète pour le surmonter.



Cette méditation a été écrite par



Accueil | Version Mobile | Faire un don | Contact | Qui sommes nous ? | Plan du site | Information légales