Catholic.net International English Espanol Deutsh Italiano Slovensko
 - 2 décembre 2020 - Sainte Bibiane
Date : vendredi 4 avril 2003 | Lire l'Evangile dans son contexte
La m餩tation

 

Les méditations

La voie de l’humilité

Saint Jean 7, 2…30

Or, la fête des Juifs, la fête des Tabernacles, était proche.
Et ses frères lui dirent : Pars d’ici, et va en Judée, afin que tes disciples voient aussi les oeuvres que tu fais.
Personne n’agit en secret, lorsqu’il désire paraître : si tu fais ces choses, montre-toi toi-même au monde.
Car ses frères non plus ne croyaient pas en lui.
Jésus leur dit : Mon temps n’est pas encore venu, mais votre temps est toujours prêt.
Le monde ne peut vous haïr ; moi, il me hait, parce que je rends de lui le témoignage que ses oeuvres sont mauvaises.
Montez, vous, à cette fête ; pour moi, je n’y monte point, parce que mon temps n’est pas encore accompli.
Après leur avoir dit cela, il resta en Galilée.
Lorsque ses frères furent montés à la fête, il y monta aussi lui-même, non publiquement, mais comme en secret.
Les Juifs le cherchaient pendant la fête, et disaient : Où est-il ?
Il y avait dans la foule grande rumeur à son sujet. Les uns disaient : C’est un homme de bien. D’autres disaient : Non, il égare la multitude.
Personne, toutefois, ne parlait librement de lui, par crainte des Juifs.
Vers le milieu de la fête, Jésus monta au temple. Et il enseignait.
Les Juifs s’étonnaient, disant : Comment connaît-il les Écritures, lui qui n’a point étudié ?
Jésus leur répondit : Ma doctrine n’est pas de moi, mais de celui qui m’a envoyé.
Si quelqu’un veut faire sa volonté, il connaîtra si ma doctrine est de Dieu, ou si je parle de mon chef.
Celui qui parle de son chef cherche sa propre gloire ; mais celui qui cherche la gloire de celui qui l’a envoyé, celui-là est vrai, et il n’y a point d’injustice en lui.
Moïse ne vous a-t-il pas donné la loi ? Et nul de vous n’observe la loi. Pourquoi cherchez-vous à me faire mourir ?
La foule répondit : Tu as un démon. Qui est-ce qui cherche à te faire mourir ?
Jésus leur répondit : J’ai fait une oeuvre, et vous en êtes tous étonnés.
Moïse vous a donné la circoncision, -non qu’elle vienne de Moïse, car elle vient des patriarches, -et vous circoncisez un homme le jour du sabbat.
Si un homme reçoit la circoncision le jour du sabbat, afin que la loi de Moïse ne soit pas violée, pourquoi vous irritez-vous contre moi de ce que j’ai guéri un homme tout entier le jour du sabbat ?
Ne jugez pas selon l’apparence, mais jugez selon la justice.
Quelques habitants de Jérusalem disaient : N’est-ce pas là celui qu’ils cherchent à faire mourir ?
Et voici, il parle librement, et ils ne lui disent rien ! Est-ce que vraiment les chefs auraient reconnu qu’il est le Christ ?
Cependant celui-ci, nous savons d’où il est ; mais le Christ, quand il viendra, personne ne saura d’où il est.
Et Jésus, enseignant dans le temple, s’écria : Vous me connaissez, et vous savez d’où je suis ! Je ne suis pas venu de moi-même : mais celui qui m’a envoyé est vrai, et vous ne le connaissez pas.
Moi, je le connais ; car je viens de lui, et c’est lui qui m’a envoyé.
Ils cherchaient donc à se saisir de lui, et personne ne mit la main sur lui, parce que son heure n’était pas encore venue.

Réflexion

- 1) « Celui-ci, nous savons d’où il est ; mais le Christ, quand il viendra, personne ne saura d’où il est. » Les chemins de Dieu ne sont pas les nôtres. Souvent, nous avons nos propres idées sur Dieu. Nous savons à quoi Il doit ressembler et ce qu’Il doit faire. Pour comprendre Dieu, nous devons être humbles afin de voir les œuvres de ses mains. Ses œuvres sont marquées de simplicité et d’humilité.

- 2) « Vous me connaissez, et vous savez d’où je suis ! » Jésus se rend bien compte que certains sont offusqués par son humilité. Néanmoins, son humilité ne diminue pas sa véritable identité : le Fils du Dieu vivant. Les chefs religieux de l’époque de jésus pensaient Le connaître, mais ils ne Le connaissaient pas. Il était bien plus grand qu’eux. Aujourd’hui, faisons la connaissance de Jésus, doux et humble de cœur.

- 3) « Ils cherchaient donc à se saisir de lui, et personne ne mit la main sur lui, parce que son heure n’était pas encore venue. » L’exemple de Jésus nous apprend à confier nos vies à la divine providence. « Toutes choses concourent au bien de ceux qui aiment Dieu » (Rom 8, 28) Dieu pourvoira toujours au bien de ses enfants. Tout ce que nous avons à faire consiste à avoir confiance en Lui.

Prière

Jésus, doux et humble de cœur, rendez mon cœur semblable au votre.

Résolution

Demander à Dieu la grâce d’une humilité parfaite afin de servir Dieu dans les autres.



Cette méditation a été écrite par



Accueil | Version Mobile | Faire un don | Contact | Qui sommes nous ? | Plan du site | Information légales