Catholic.net International English Espanol Deutsh Italiano Slovensko
 - 4 juillet 2022 - Saint Berthe
Date : samedi 1er janvier 2005 | Lire l'Evangile dans son contexte
La m餩tation

 

Les méditations

Jésus, Fils de Marie

Luc 2, 16-21

Quand les bergers arrivèrent à Bethléem, ils découvrirent Marie et Joseph, avec le nouveau-né couché dans la mangeoire. Après l’avoir vu, ils racontèrent ce qui leur avait été annoncé au sujet de cet enfant. Et tout le monde s’étonnait de ce que racontaient les bergers. Marie, cependant, retenait tous ces événements et les méditait dans son coeur. Les bergers repartirent ; ils glorifiaient et louaient Dieu pour tout ce qu’ils avaient entendu et vu selon ce qui leur avait été annoncé. Quand fut arrivé le huitième jour, celui de la circoncision, l’enfant reçut le nom de Jésus, le nom que l’ange lui avait donné avant sa conception.

Prière d’introduction
Père, dans ta grande bonté, tu as voulu donner une Mère au monde. Tu as donné la Mère de ton Fils, la très Sainte Vierge Marie, Mère de Dieu et Mère des hommes. Je te loue pour ce grand don fait à l’humanité. Apprends-moi à m’approcher de ta mère avec la confiance d’un petit enfant.

Pétition Seigneur, augmente ma confiance en la protection de ta Sainte Mère.

Points de réflexion

1. Dans un cœur un peu éloigné de Dieu, et encore plus chez les cœurs simples, on trouve plus facilement une dévotion à Marie qu’une dévotion à Jésus Christ. Marie est aimée de manière universelle. Et en voici la raison : Marie est Mère. Les mères, en général, ne sont pas « comprises » mais « aimées », surtout par leurs tout petits enfants. Il n’est pas rare que même un homme de quatre vingt ans meure en prononçant, comme dernière parole, le mot « mère ». La mère est davantage un objet d’intuition du cœur qu’un effort de l’intelligence ; elle est davantage poésie que philosophie, parce qu’elle est une réalité profonde, tout près du cœur humain. Il en est de même avec Marie, la Mère des mères, celle dont l’affection, la bonté, et la miséricorde surpassent celle de toutes les mères du monde.

2. Marie est paisible comme la nature, pure, sereine, resplendissante, douce, belle. En même temps, elle est forte, vigoureuse, ordonnée, cohérente, inflexible, riche d’espérance. Modèle d’humilité, Marie est assez simple et assez proche de nous pour être contemplée. Ecoutons le Père Marcial Maciel : ‘Avançant avec elle, je me sens
rassuré, elle est au pied de ma croix comme elle fut au pied de
celle de son Fils. Elle ne me laisse pas seul aux moments de souffrance, même si les autres m’abandonnent.’
(Ma Vie, c’est le Christ, no.127). Est-ce que j’ai l’habitude de contempler les vertus de Marie. D’essayer de les imiter ? De me réfugier sous sa protection ?

3. Marie nous apporte le Royaume de Dieu sur la terre, doucement, tel un ruisseau qui descend de la hauteur immense du Ciel, jusqu’à l’infinie petitesse des créatures. Elle est la Mère de tous et de chacun, la seule qui sait balbutier et sourire à son enfant, de telle manière que n’importe qui, aussi petit soit-il, peut jouir de ses caresses et répondre à cet amour avec son amour. On ne sait pas « comprendre » Marie : elle est trop proche de nous. Destinée depuis toute éternité à obtenir des grâces pour les hommes, elle est avec nous et elle attend, toujours patiente, que nous tournions notre regard vers le sien et que nous acceptions ses dons.

Prière
Marie, Mère de Dieu, je me place aujourd’hui entre tes mains. Purifie mon cœur, rends-moi humble et apprends-moi à aimer le Christ comme toi tu l’aimes.

Résolution
En cette journée mondiale de la Paix, prions Marie, reine de la Paix, pour la paix dans le monde.



Cette méditation a été écrite par



Accueil | Version Mobile | Faire un don | Contact | Qui sommes nous ? | Plan du site | Information légales