Catholic.net International English Espanol Deutsh Italiano Slovensko
 - 29 juin 2022 - Saint Pierre et Saint Paul
Date : dimanche 10 juillet 2005 | Lire l'Evangile dans son contexte
La m餩tation

 

Les méditations

Jésus et la liberté

Saint Matthieu 13, 1-23

Ce jour-là, Jésus était sorti de la maison, et il était assis au bord du lac. Une foule immense se rassembla auprès de lui, si bien qu’il monta dans une barque où il s’assit ; toute la foule se tenait sur le rivage. Il leur dit beaucoup de choses en paraboles :
« Voici que le semeur est sorti pour semer. Comme il semait, des grains sont tombés au bord du chemin, et les oiseaux sont venus tout manger. D’autres sont tombés sur le sol pierreux, où ils n’avaient pas beaucoup de terre ; ils ont levé aussitôt parce que la terre était peu profonde. Le soleil s’étant levé, ils ont brûlé et, faute de racines, ils ont séché. D’autres grains sont tombés dans les ronces ; les ronces ont poussé et les ont étouffés. D’autres sont tombés sur la bonne terre, et ils ont donné du fruit à raison de cent, ou soixante, ou trente pour un. Celui qui a des oreilles, qu’il entende ! » Les disciples s’approchèrent de Jésus et lui dirent : « Pourquoi leur parles-tu en paraboles ? » Il leur répondit : « A vous il est donné de connaître les mystères du Royaume des cieux, mais à eux ce n’est pas donné. Celui qui a recevra encore, et il sera dans l’abondance ; mais celui qui n’a rien se fera enlever même ce qu’il a. Si je leur parle en paraboles, c’est parce qu’ils regardent sans regarder, qu’ils écoutent sans écouter et sans comprendre. Ainsi s’accomplit pour eux la prophétie d’Isaïe :
Vous aurez beau écouter, vous ne comprendrez pas.
Vous aurez beau regarder, vous ne verrez pas. Le coeur de ce peuple s’est alourdi :
ils sont devenus durs d’oreille,
ils se sont bouché les yeux,
pour que leurs yeux ne voient pas,
que leurs oreilles n’entendent pas,
que leur coeur ne comprenne pas,
et qu’ils ne se convertissent pas.
Sinon, je les aurais guéris !
Mais vous, heureux vos yeux parce qu’ils voient, et vos oreilles parce qu’elles entendent ! Amen, je vous le dis : beaucoup de prophètes et de justes ont désiré voir ce que vous voyez, et ne l’ont pas vu, entendre ce que vous entendez, et ne l’ont pas entendu. Vous donc, écoutez ce que veut dire la parabole du semeur. Quand l’homme entend la parole du Royaume sans la comprendre, le Mauvais survient et s’empare de ce qui est semé dans son coeur : cet homme, c’est le terrain ensemencé au bord du chemin. Celui qui a reçu la semence sur un sol pierreux, c’est l’homme qui entend la Parole et la reçoit aussitôt avec joie ; mais il n’a pas de racines en lui, il est l’homme d’un moment : quand vient la détresse ou la persécution à cause de la Parole, il tombe aussitôt. Celui qui a reçu la semence dans les ronces, c’est l’homme qui entend la Parole ; mais les soucis du monde et les séductions de la richesse étouffent la Parole, et il ne donne pas de fruit. Celui qui a reçu la semence dans la bonne terre, c’est l’homme qui entend la Parole et la comprend ; il porte du fruit à raison de cent, ou soixante, ou trente pour un. »

Prière d’introduction Seigneur, permets-moi de faire l’expérience de la splendeur de la liberté, de la vraie liberté. Accorde-moi la grâce de vivre ton message dans toute sa plénitude dans ma vie quotidienne.

Demande Seigneur, accorde-moi la grâce d’être un vrai chrétien !

Points de réflexion

1. Jésus aime la liberté. Jésus se repose sur le rivage. Imaginons-le regarder au-dessus de l’eau bleue pendant que le vent passe dans ses cheveux. Il aime la nature parce que l’on y ressent la liberté : le vent peut venir et revenir à volonté, l’océan s’étire aussi loin qu’on peut le voir et le ciel est d’un bleu éternel. La liberté est essentielle pour que l’amour existe. L’amour vrai exige la liberté, la liberté exige l’ouverture à la vérité, et s’ouvrir à la vérité signifie écouter. "Souvent nous pensons que nous sommes à l’écoute de la parole de Dieu alors qu’en fait nous entendons seulement nos propres bruits intérieurs et nos pensées vaines ou bien celles du monde. Notre faculté d’audition, nos ’oreilles’, doit d’abord être purifiée de trois manières : en quittant la foule et en allant vers Jésus ; en se laissant prendre dans l’intimité de Jésus dans la solitude ; et en recevant de lui la commande qui infuse le silence dans tout notre for intérieur et toutes nos facultés. Pour vraiment entendre la Parole de Dieu, notre coeur doit devenir affamé de vérité, ce qui est impossible tant que notre coeur est assouvi de satisfactions terrestres "(Erasmo Leiva-Merikakis, Méditations sur l’évangile de Matthieu, vol. II).

2. Le semeur de l’espoir. La main pleine d’espoir, le semeur jette généreusement la graine sur la terre affamée. Cette parabole représente le Père qui sème sa parole dans les coeurs des hommes, mais considérons-la d’un angle différent. Imaginons être ces graines, des graines qui ont leur propre volonté, capables de s’insérer dans le sol de leur choix ! Le semeur espère que chaque graine trouvera la bonne terre, mais il doit s’arrêter au seuil de la liberté. Nous devons choisir notre terre. Dieu ne peut pas vivre notre vie à notre place, et il ne peut pas non plus nous forcer à l’aimer ! Pourquoi n’aimons-nous pas Dieu comme nous le devons ? Pourquoi vivons-nous comme si Dieu n’existait pas ? Son amour éclate, réclamant d’être reconnu, mais il tombe souvent sur un coeur endurci par des attaches terrestres.

3. Désirer le bonheur ne suffit pas. Sûrement, chacun de nous désire le bonheur, mais le fait de le souhaiter ne le produit pas. Les désirs deviennent réalité quand ils sont transformés en vouloir. Le vouloir se forme dans les profondeurs du coeur humain, là où sont nos décisions qui deviendront éternelles. Nous pouvons nous insérer dans le sol fertile si nous prenons la décision de quitter le chemin sec et terreux et de nous retirer de la partie du chemin couverte d’épines. Jésus nous dit de veiller et de prier pour ne pas tomber en tentation. Est-ce que je veille en priant ? Regardons notre cœur pour voir simplement si l’attachement aux biens terrestres l’entrave. Si oui, chassons-les en les coupant net avec une vie intérieure vibrante. Enlevons ce bout de matérialisme en embrassant la pauvreté du coeur. Supprimons ces tronçons de paresse, en faisant une meilleure utilisation de notre temps. Brûlons notre comportement blessant avec le feu de l’amour.

Dialoguer avec le Christ Seigneur, je veux être libre. Donne-moi la volonté de le vouloir. Donne-moi la force de mettre ma main à la charrue de la sainteté personnelle et le courage de ne pas regarder en arrière.

Résolution Je prendrai cinq minutes pour examiner ma conscience, en recherchant de manière précise mes attaches et en choisissant de supprimer l’un d’entre eux.



Cette méditation a été écrite par



Accueil | Version Mobile | Faire un don | Contact | Qui sommes nous ? | Plan du site | Information légales