Catholic.net International English Espanol Deutsh Italiano Slovensko
 - 30 juin 2022 - Saint Paul
Date : dimanche 20 novembre 2005 | Lire l'Evangile dans son contexte
La m餩tation

 

Les méditations

Des brebis et des boucs

Saint Matthieu 25, 31-46

Jésus parlait à ses disciples de sa venue : « Quand le Fils de l’homme viendra dans sa gloire, et tous les anges avec lui, alors il siégera sur son trône de gloire. Toutes les nations seront rassemblées devant lui ; il séparera les hommes les uns des autres, comme le berger sépare les brebis des chèvres : il placera les brebis à sa droite, et les chèvres à sa gauche. Alors le Roi dira à ceux qui seront à sa droite : ’Venez, les bénis de mon Père, recevez en héritage le Royaume préparé pour vous depuis la création du monde. Car j’avais faim, et vous m’avez donné à manger ; j’avais soif, et vous m’avez donné à boire ; j’étais un étranger, et vous m’avez accueilli ; j’étais nu, et vous m’avez habillé ; j’étais malade, et vous m’avez visité ; j’étais en prison, et vous êtes venus jusqu’à moi !’ Alors les justes lui répondront : ’Seigneur, quand est-ce que nous t’avons vu... ? tu avais donc faim, et nous t’avons nourri ? tu avais soif, et nous t’avons donné à boire ? tu étais un étranger, et nous t’avons accueilli ? tu étais nu, et nous t’avons habillé ? tu étais malade ou en prison... Quand sommes-nous venus jusqu’à toi ?’ Et le Roi leur répondra : ’Amen, je vous le dis : chaque fois que vous l’avez fait à l’un de ces petits qui sont mes frères, c’est à moi que vous l’avez fait.’ Alors il dira à ceux qui seront à sa gauche : ’Allez-vous-en loin de moi, maudits, dans le feu éternel préparé pour le démon et ses anges. Car j’avais faim, et vous ne m’avez pas donné à manger ; j’avais soif, et vous ne m’avez pas donné à boire ; j’étais un étranger, et vous ne m’avez pas accueilli ; j’étais nu, et vous ne m’avez pas habillé ; j’étais malade et en prison, et vous ne m’avez pas visité.’ Alors ils répondront, eux aussi : ’Seigneur, quand est-ce que nous t’avons vu avoir faim et soif, être nu, étranger, malade ou en prison, sans nous mettre à ton service ?’ Il leur répondra : ’Amen, je vous le dis : chaque fois que vous ne l’avez pas fait à l’un de ces petits, à moi non plus vous ne l’avez pas fait.’ Et ils s’en iront, ceux-ci au châtiment éternel, et les justes, à la vie éternelle. »

Prière d’introduction Merci, Seigneur Jésus de ce moment de prière avec toi. Aide-moi à comprendre que tu es le Roi de l’univers et le centre de ma vie.

Demande Seigneur, aide-moi à réaliser que ma foi en toi doit se concrétiser en bonnes actions envers les autres.

Points de réflexion

1. Le Jugement dernier. Toute notre vie est, dans un sens, préparation au jugement auquel nous serons soumis au dernier jour. C’est-à-dire le moment où nous serons en face du Seigneur pour présenter tout ce que nous avons fait ou omis de faire. Il n’acceptera pas les excuses, il n’y aura pas de « deuxième chance ». La miséricorde de Jésus ne signifie pas qu’il ignore la justice. « La miséricorde est différente de la justice mais ne s’y oppose pas » a écrit le Pape Jean-Paul II dans son encyclique de 1980 « Dives in misericordia ». Suis-je prêt à rencontrer Dieu, aujourd’hui même ? Si non, pourquoi pas ? Quel aspect de ma vie dois-je changer ?

2. Les Brebis. Les brebis qui seront sauvées sont ceux qui auront aidé les autres, qui auront été miséricordieux, qui ne se seront pas détournés de ceux qui étaient dans le besoin. Le Seigneur ne nous félicitera pas tant pour nos belles prières que pour nos bonnes actions. La prière est importante, bien sûr. Mais elle ne suffit pas. Le Christ veut que notre amour pour lui se reflète dans notre amour pour les autres. Parfois nous avons du mal à nous souvenir qu’en aidant nos proches, c’est le Christ que nous aidons réellement. Est-ce que je vois le Christ dans ceux qui ont besoin d’aide ? Est-ce que je vois le Christ dans les membres de ma famille ? mes collègues ? mon patron ? le camarade de classe si peu attrayant ? le mendiant au coin de ma rue ?

3. Les Boucs. C’est terrible de penser que ceux qui seront perdus ne sont pas forcément de « mauvaises personnes ». Dans ce passage le Seigneur ne les reprend pas pour de mauvaises actions. Il ne les accuse pas d’avoir déclenché des guerres ou distribué de la drogue ou commis des actes de terrorisme. Il leur reproche leurs actes d’omission, des choses qu’ils n’ont pas faites. « Vous ne m’avez pas donné de nourriture, ni de vêtements ». Il est facile de se bercer d’illusions en nous croyons de bons chrétiens parce que nous ne trichons pas contre le fisc, nous ne regardons pas de pornographie et nous allons à la messe tous les dimanches. Mais les actes de charité sont la clef du salut. « Au jugement dernier je pense que beaucoup d’entre nous seront choqués de découvrir comme l’amour que nous avions pour Jésus était creux » écrit le Père Marcial Maciel, L.C. à ses jeunes religieux en 1950.

Dialogue avec le Christ Seigneur, je ne veux pas finir avec les boucs au jugement dernier. C’est pourquoi je veux prendre ma foi sérieusement, dès aujourd’hui. Je désire avoir un cœur généreux. Aide-moi à m’oublier moi-même afin de te voir dans ceux que je rencontre. Donne-moi un cœur compatissant et des mains prêtes à servir. Fais moi comprendre, Seigneur, que la générosité et le service ne sont pas réservés à ceux qui peuvent rejoindre un organisme humanitaire à des milliers de kilomètres ou donner des milliers d’euros à une cause. Montre-moi comment te servir, toi, dans mes proches, aujourd’hui.

Résolution Avant midi aujourd’hui je ferai un petit acte de charité envers quelqu’un proche de moi.



Cette méditation a été écrite par



Accueil | Version Mobile | Faire un don | Contact | Qui sommes nous ? | Plan du site | Information légales