Catholic.net International English Espanol Deutsh Italiano Slovensko
 - 1er juillet 2022 - Saint Thierry
Date : jeudi 29 décembre 2005 | Lire l'Evangile dans son contexte
La m餩tation

 

Les méditations

Mes yeux ont vu ton salut

Saint Luc 2, 22-35

Quand arriva le jour fixé par la loi de Moïse pour la purification, les parents de Jésus le portèrent à Jérusalem pour le présenter au Seigneur, selon ce qui est écrit dans la Loi : Tout premier-né de sexe masculin sera consacré au Seigneur. Ils venaient aussi présenter en offrande le sacrifice prescrit par la loi du Seigneur : un couple de tourterelles ou deux petites colombes. Or, il y avait à Jérusalem un homme appelé Siméon. C’était un homme juste et religieux, qui attendait la Consolation d’Israël, et l’Esprit Saint était sur lui. L’Esprit lui avait révélé qu’il ne verrait pas la mort avant d’avoir vu le Messie du Seigneur. Poussé par l’Esprit, Siméon vint au Temple. Les parents y entraient avec l’enfant Jésus pour accomplir les rites de la Loi qui le concernaient. Siméon prit l’enfant dans ses bras, et il bénit Dieu en disant : « Maintenant, ô Maître, tu peux laisser ton serviteur s’en aller dans la paix, selon ta parole. Car mes yeux ont vu ton salut, que tu as préparé à la face de tous les peuples : lumière pour éclairer les nations païennes, et gloire d’Israël ton peuple. » Le père et la mère de l’enfant s’étonnaient de ce qu’on disait de lui. Siméon les bénit, puis il dit à Marie sa mère : « Vois, ton fils qui est là provoquera la chute et le relèvement de beaucoup en Israël. Il sera un signe de division. - Et toi-même, ton coeur sera transpercé par une épée. - Ainsi seront dévoilées les pensées secrètes d’un grand nombre. »

Prière d’introduction Seigneur, je crois que tu es descendu du ciel et que tu t’es fait enfant par amour pour moi. Je crois que tu es ma force et mon espoir. Augmente ma foi et mon espérance pour que les craintes, les épreuves et les croix ne m’écrasent pas mais que je sache m’en servir avec le secours de ta grâce.

Demande Seigneur, fais-moi la grâce de voir ma vie par les yeux de la foi, de l’espérance et de la charité et d’accepter ma croix généreusement.

Points de réflexion

1. Dieu accomplit sa promesse. Siméon, comme tous les Juifs pieux de son temps, croyait au triomphe du peuple d’Israël même si cette foi était faible. Les conquérants Romains régnaient sur tout le monde civilisé d’alors. Les Gentils adoraient des dieux étrangers. Les pratiques et les croyances païennes étaient florissantes et les Juifs en grand nombre succombaient à leurs coutumes. Beaucoup de scribes et de Pharisiens manquaient même à la justice, à la clémence et quittaient la vraie foi. Seule la promesse de Dieu soutenait la foi de Siméon. Il eut la foi de voir l’accomplissement de la promesse de Dieu dans ce petit enfant qu’on lui apportait.
" Maintenant, ô Maître, tu peux laisser ton serviteur s’en aller dans la paix car mes yeux ont vu ton salut..."

2. Un signe de contradiction. Siméon les bénit et dit à Marie, sa Mère : " ton fils qui est là provoquera la chute et le relèvement de beaucoup en Israël. Il sera un signe de division." Imaginez la tristesse que ces paroles causèrent au coeur de Marie - de savoir son fils vivrait une vie de rejet et de souffrance. Bien que cela fût vrai, sa foi et son amour ne furent jamais ébranlés.

3. Un glaive de douleur. " Et toi-même, ton coeur sera transpercé par une épée. - Ainsi seront dévoilées les pensées secrètes d’un grand nombre." Un glaive a transpercé le coeur de Marie plusieurs fois et plus spécialement pendant la passion et la mort de Jésus. L’Evangile nous dit qu’elle se tenait là, au pied de la croix, regardant son Fils souffrir les douleurs cruelles de la crucifixion. Considérez ceci et n’importe quel autre passage de la passion par les yeux de Marie. Voyez avec quel amour elle embrasse la volonté du Père, consciente que son rôle est uni à celui du Christ dans la rédemption du monde. Elle a cru aux paroles de Siméon, que par ses souffrances seraient dévoilées les pensées de bien des coeurs. Pensons au soldat romain, au moment où le Christ eut expiré, qui a dit, « Vraiment, celui-ci était Fils de Dieu. »

Dialogue avec le Christ Seigneur Jésus, saint Paul nous invite à compléter dans notre corps ce qui manque à la passion du Christ. Je sais qu’il m’est demandé d’unir mes souffrances aux siennes pour la rédemption du monde. Notre sainte Mère nous en donne l’exemple en demeurant auprès de son Fils au pied de la croix. Aide-moi à accepter mes souffrances quotidiennes avec amour et foi.

Résolution Aujourd’hui j’agirai avec foi, espérance et charité dans les moments d’épreuves ou d’impuissance pour partager les souffrances salvatrices du Christ.



Cette méditation a été écrite par



Accueil | Version Mobile | Faire un don | Contact | Qui sommes nous ? | Plan du site | Information légales