Catholic.net International English Espanol Deutsh Italiano Slovensko
 - 23 juillet 2019 - Saint Apollinaire
Date : jeudi 20 novembre 2003 | Lire l'Evangile dans son contexte
La m餩tation

 

Les méditations

Fais de moi un instrument de ta paix

Saint Luc 19, 41-44

Quand Jésus fut près de Jérusalem, en voyant la ville, il pleura sur elle ; il disait : « Si toi aussi, tu avais reconnu en ce jour ce qui peut te donner la paix ! Mais hélas, cela est resté caché à tes yeux. Oui, il arrivera pour toi des jours où tes ennemis viendront mettre le siège devant toi, t’encercleront et te presseront de tous côtés ; ils te jetteront à terre, toi et tes enfants qui sont chez toi, et ils ne laisseront pas chez toi pierre sur pierre, parce que tu n’as pas reconnu le moment où Dieu te visitait. »

Réflexion

1. Jésus pleure sur Jérusalem. Jésus-Christ prédit une réalité que nous contemplons encore aujourd’hui. Il existe dans le monde des divisions, des confrontations, des désaccords, des guerres. Tout au long de l’Ancien Testament, la terre promise a été un point de référence et un grand espoir pour tout un peuple. Toutefois, cela n’a pas suffit pour les sauver car une terre n’est qu’un lieu et les hommes ne peuvent pas se racheter par eux-mêmes.

2. Jésus aime sa terre et il aime tous les hommes. Jésus pleure car les hommes ne comprennent pas ce qui conduit à la paix. Ils s’obstinent à croire que la paix globale n’est pas le résultat de la paix entre chacun. Peut-être, quand Jésus pleura, il avait à l’esprit toutes les guerres qui allaient se succéder dans le temps, toute la douleur que l’homme s’inflige à lui-même. C’est que l’homme, cette créature que Dieu aime avec tendresse, peut se détruire lui-même. Nous pouvons considérer la guerre comme quelque chose d’éloigné dans l’espace et dans le temps, quelque chose d’étranger à notre réalité quotidienne, contre laquelle nous ne pouvons pas grande chose. Toutefois nous pouvons tous être des anges de paix ou des démons de guerre. Parce que la guerre en définitive est la haine, la rancoeur, vouloir se faire justice soi-même. Quand nous ne pardonnons pas un manque de charité de quelqu’un envers nous, quand nous nous rappelons le mal que l’on nous a fait, nous ne comprenons pas ce qui conduit à la paix. Parce que l’homme a un sens limité et trop humain de la justice. Parce que nous sommes des êtres limités, nous allons commettre des fautes à nouveau. Nous allons blesser, sans le vouloir, et nous allons être blessés. Nous ne devons pas penser pour autant que la paix est irréalisable. La paix est le fruit de l’amour et du pardon, de la compréhension et de la lutte pour s’améliorer et pour aimer sans mesure. Jésus pleure parce que nous nous obstinons à ne pas accepter l’amour.

Dialogue avec le Christ

Seigneur Jésus, accorde-moi le courage de tendre la main quand j’en ai pas envie, l’amour nécessaire pour donner du réconfort quand je suis rejeté, la grâce de voir même dans les ténèbres, et la foi pour croire au milieu du doute et de l’injustice.

Résolution

Demander pardon et faire la paix avec quelqu’un dans mon entourage.



Cette méditation a été écrite par



Accueil | Version Mobile | Faire un don | Contact | Qui sommes nous ? | Plan du site | Information légales