Catholic.net International English Espanol Deutsh Italiano Slovensko
 - 6 décembre 2019 - Saint Nicolas
Date : vendredi 25 avril 2003 | Lire l'Evangile dans son contexte
La m餩tation

 

Les méditations

Jésus, source de nos succès

Saint Jean 21, 1-14

Après cela, Jésus se manifesta encore aux disciples sur le bord du lac de Tibériade, et voici comment. Il y avait là Simon-Pierre, avec Thomas (dont le nom signifie : Jumeau), Nathanaël, de Cana en Galilée, les fils de Zébédée, et deux autres disciples. Simon-Pierre leur dit : « Je m’en vais à la pêche. » Ils lui répondent : « Nous allons avec toi. » Ils partirent et montèrent dans la barque ; or, ils passèrent la nuit sans rien prendre.
Au lever du jour, Jésus était là, sur le rivage, mais les disciples ne savaient pas que c’était lui. Jésus les appelle : « Les enfants, auriez-vous un peu de poisson ? » Ils lui répondent : « Non. » Il leur dit : « Jetez le filet à droite de la barque, et vous trouverez. » Ils jetèrent donc le filet, et cette fois ils n’arrivaient pas à le ramener, tellement il y avait de poisson. Alors, le disciple que Jésus aimait dit à Pierre : « C’est le Seigneur ! » Quand Simon-Pierre l’entendit déclarer que c’était le Seigneur, il passa un vêtement, car il n’avait rien sur lui, et il se jeta à l’eau. Les autres disciples arrivent en barque, tirant le filet plein de poissons ; la terre n’était qu’à une centaine de mètres.
En débarquant sur le rivage, ils voient un feu de braise avec du poisson posé dessus, et du pain. 1Jésus leur dit : « Apportez donc de ce poisson que vous venez de prendre. » Simon-Pierre monta dans la barque et amena jusqu’à terre le filet plein de gros poissons : il y en avait cent cinquante-trois. Et, malgré cette quantité, le filet ne s’était pas déchiré. 1Jésus dit alors : « Venez déjeuner. » Aucun des disciples n’osait lui demander : « Qui es-tu ? » Ils savaient que c’était le Seigneur. Jésus s’approche, prend le pain et le leur donne, ainsi que le poisson.
C’était la troisième fois que Jésus ressuscité d’entre les morts se manifestait à ses disciples.

Réflexion

- 1. Avec Jésus, un échec apparent n’est jamais définitif.
Trop souvent, nous nous décourageons face à un échec. Certains font des reproches à Dieu car ils pensent que Dieu les a abandonné. Pierre et les autres avaient été très heureux. Ils avaient vu Jésus ressuscité. Ils se remettent à la pêche et voilà que de toute la nuit ils ne prennent pas le moindre poisson. A l’aube, ils se sentent découragés. Le découragement peut venir à bout des plus solides fondations, comme des gouttes d’eau glacée peuvent fissurer un mur de béton. Si le découragement n’est pas stoppé par une espérance solide, il nous détruit. Pierre a entendu le conseil « Jetez le filet à droite de la barque ». Pierre est ouvert à cette suggestion. Garder l’esprit ouvert nous aide à combattre le découragement car nous ne savons pas toujours toutes les réponses.

- 2. Jésus les ramène au fondement de leur vies : l’amour.
Ils avaient de la peine à sortir les filets de l’eau quand Jean, celui que Jésus aimait, s’exclame « C’est le Seigneur ! » Jean avait un amour particulier pour Jésus, tout comme chaque apôtre avait une relation personnelle avec le Christ. Jésus a toujours montré son amitié par des gestes, pas seulement par des mots. Ici, en leur rappelant leur premier « oui », il s’approche d’eux avec tendresse pour remplir le vide de leur cœur. C’est par l’amour de Jésus pour chacun de nous que nous arrivons à comprendre qui nous sommes vraiment aux yeux de Dieu.

L’homme ne peut vivre sans amour. Il demeure pour lui-même un être incompréhensible, sa vie est privée de sens s’il ne reçoit pas la révélation de l’amour, s’il ne rencontre pas l’amour, s’il n’en fait pas l’expérience et s’il ne le fait pas sien, s’il n’y participe pas fortement. C’est pourquoi, comme on l’a déjà dit, le Christ Rédempteur révèle pleinement l’homme à lui-même…L’homme qui veut se comprendre lui-même jusqu’au fond ne doit pas se contenter pour son être propre de critères et de mesures qui seraient immédiats, partiaux, souvent superficiels et même seulement apparents ; mais il doit, avec ses inquiétudes, ses incertitudes et même avec sa faiblesse et son péché, avec sa vie et sa mort, s’approcher du Christ. Il doit, pour ainsi dire, entrer dans le Christ avec tout son être, il doit « s’approprier » et assimiler toute la réalité de l’Incarnation et de la Rédemption pour se retrouver soi-même. (Jean Paul II, Redemptoris Hominis, 10)

Prière

Seigneur Jésus, aide-moi à faire l’expérience de Ton amour pour moi, non pas avec mon intelligence mais avec mon cœur. Permets-moi de correspondre généreusement à cet amour.

Résolution

Regarder le côté positif quand un échec apparent survient.



Cette méditation a été écrite par



Accueil | Version Mobile | Faire un don | Contact | Qui sommes nous ? | Plan du site | Information légales