Catholic.net International English Espanol Deutsh Italiano Slovensko
 - 23 juillet 2019 - Saint Apollinaire
Date : mercredi 28 janvier 2004 | Lire l'Evangile dans son contexte
La m餩tation

 

Les méditations

Le semeur et le grain semé

Saint Marc Chapitre 4, 1-20

Jésus s’est mis une fois de plus à enseigner au bord du lac, et une foule très nombreuse se rassemble auprès de lui, si bien qu’il monte dans une barque où il s’assoit. Il était sur le lac et toute la foule était au bord du lac, sur le rivage. Il leur enseignait beaucoup de choses en paraboles, et il leur disait, dans son enseignement : « Écoutez ! Voici que le semeur est sorti pour semer. Comme il semait, il est arrivé que du grain est tombé au bord du chemin, et les oiseaux sont venus et ils ont tout mangé. Du grain est tombé aussi sur du sol pierreux, où il n’avait pas beaucoup de terre ; il a levé aussitôt, parce que la terre était peu profonde ; et lorsque le soleil s’est levé, ce grain a brûlé et, faute de racines, il a séché. Du grain est tombé aussi dans les ronces, les ronces ont poussé, l’ont étouffé, et il n’a pas donné de fruit. Mais d’autres grains sont tombés sur la bonne terre ; ils ont donné du fruit en poussant et en se développant, et ils ont produit trente, soixante, cent pour un. » Et Jésus disait : « Celui qui a des oreilles pour entendre, qu’il entende ! » Quand il resta seul, ses compagnons, ainsi que les Douze, l’interrogeaient sur les paraboles. Il leur disait : « C’est à vous qu’est donné le mystère du royaume de Dieu ; mais à ceux qui sont dehors, tout se présente sous l’énigme des paraboles, afin que se réalise la prophétie :
Ils pourront bien regarder de tous leurs yeux,
mais ils ne verront pas ;
ils pourront bien écouter de toutes leurs oreilles,
mais ils ne comprendront pas ;
sinon ils se convertiraient
et recevraient le pardon. »
Il leur dit encore : « Vous ne saisissez pas cette parabole ? Alors, comment comprendrez-vous toutes les paraboles ? Le semeur sème la Parole. Ceux qui sont au bord du chemin où la Parole est semée, quand ils l’entendent, Satan survient aussitôt et enlève la Parole semée en eux. Et de même, ceux qui ont reçu la semence dans les endroits pierreux : ceux-là, quand ils entendent la Parole, ils la reçoivent aussitôt avec joie ; mais ils n’ont pas en eux de racine, ce sont les hommes d’un moment ; quand vient la détresse ou la persécution à cause de la Parole, ils tombent aussitôt. Et il y en a d’autres qui ont reçu la semence dans les ronces : ceux-ci entendent la Parole, mais les soucis du monde, les séductions de la richesse et tous les autres désirs les envahissent et étouffent la Parole, qui ne donne pas de fruit. Et il y a ceux qui ont reçu la semence dans la bonne terre : ceux-là entendent la Parole, ils l’accueillent, et ils portent du fruit : trente, soixante, cent pour un. »

Réflexion

1. Le don de Dieu et notre refus. Nous devons être honnêtes avec nous-mêmes et avec Dieu. Dieu m’a envoyé beaucoup de grâces : ont-elles germées, ou ont-elles été étouffées par ce que je vivais au moins une partie du temps dans un état de péché mortel ? Comment l’amitié avec Dieu peut-elle se développer et s’épanouir, si les conditions minimums de respect et d’amour ne sont pas présentes ? Une âme desséchée par le péché ne peut pas porter de fruit. Elle s’ endurcit et elle doit se tourner vers le Christ avec une attitude de douleur et d’humilité profonde, suppliant de recevoir la grâce du rachat et de la conversion. Ou peut-être je ne grandis pas en sainteté par ce que je ne vois dans la vie que le matériel. Quand j’examine ma vie, je ne perçois pas la main de Dieu. Je suis incapable de reconnaître son action constante car fondamentalement, je ne crois pas avec une foi simple en la vérité de la présence du Christ et de l’amour de Dieu dans ma vie.

2. Ils la reçoivent aussitôt avec joie. Comme il facile est de s’engager à travailler pour grandir en sainteté dans un moment d’euphorie ! Comme il est difficile d’être fidèle à cet engagement dans ces petites choses qui sont le quotidien de nos existences ! Nous devons nous rendre compte, comme Job, que la vie de l’homme sur terre est un combat. Chaque moment, chaque jour, exige un attachement renouvelé à l’amour du Christ. Ce manque de persévérance est fréquent dans le travail apostolique. Il est dû à un manque d’humilité et d’amour du sacrifice. Il nous conduit à démissionner quand les choses deviennent trop difficiles. Quand un véritable effort est nécessaire, on se retranche derrière la fumée de nos propres sophismes, cachant ainsi notre manque d’amour pour le Christ et l’Eglise. Est-ce que nous nous y reconnaissons ? Faisons alors des excuses sincères à Dieu. Offrons-Lui un coeur humble et contrit d’avoir trahi son amour. En échange, Il nous offre le coeur affectueux d’un père qui veut nous protéger, nous bénir et nous accueillir dans sa maison pour toujours.

3. Certains ont porté du fruit : trente, soixante, cent pour un. Passons en revue les nombreuses grâces reçues de Dieu cette année : le pardon reçu dans le sacrement de la réconciliation, le Christ lui-même reçu dans l’eucharistie, et beaucoup d’actions de l’Esprit Saint dans notre vie personnelle. Soyons reconnaissants pour elles, et rendons-nous compte qu’elles sont l’oeuvre de Dieu, celui qui nous a tant aimé qu’il a envoyé son fils unique pour nous sauver. A cause de lui, ces grâces ont porté du fruit. Nous avons collaboré avec Dieu et Il a fait des merveilles en nous. Avec le psalmiste, pensons à la grande miséricorde et au grand amour de Dieu, "qui est l’homme que vous devriez vous occuper de lui ?" (Ps 8:4). Puis tournons-nous, avec Marie, vers le Magnificat (Lc 1:46-55) et chantons avec la même joie son chant humble de louange et d’action de grâces. Car vraiment le Seigneur nous a inondés de son amour.

Dialogue avec le Christ

Seigneur, accorde-moi la grâce de voir à quel point j’ai correspondu à votre grâce, et à vous ouvrir mon coeur avec plus de générosité. Mon Dieu, aide-moi à transformer mon coeur en terre fertile pour que ta parole y prenne racine et que je porte les fruits que tu attends de moi.

Résolution

Au cours d’une conversation personnelle et intime avec le Seigneur, méditer ce que je dois changer dans ma vie et dans mon coeur pour être une terre fertile.



Cette méditation a été écrite par



Accueil | Version Mobile | Faire un don | Contact | Qui sommes nous ? | Plan du site | Information légales