Catholic.net International English Espanol Deutsh Italiano Slovensko
 - 16 janvier 2019 - Saint Honorat
Date : mardi 16 mars 2004 | Lire l'Evangile dans son contexte
La m餩tation

 

Les méditations

Heureux les miséricordieux

Saint Matthieu 18, 21-35

Pierre s’approcha de Jésus pour lui demander : « Seigneur, quand mon frère commettra des fautes contre moi, combien de fois dois-je lui pardonner ? Jusqu’à sept fois ? » Jésus lui répondit : « Je ne te dis pas jusqu’à sept fois, mais jusqu’à soixante-dix fois sept fois. En effet, le Royaume des cieux est comparable à un roi qui voulut régler ses comptes avec ses serviteurs. Il commençait, quand on lui amena quelqu’un qui lui devait dix mille talents (c’est-à-dire soixante millions de pièces d’argent). Comme cet homme n’avait pas de quoi rembourser, le maître ordonna de le vendre, avec sa femme, ses enfants et tous ses biens, en remboursement de sa dette. Alors, tombant à ses pieds, le serviteur demeurait prosterné et disait : ’Prends patience envers moi, et je te rembourserai tout.’ Saisi de pitié, le maître de ce serviteur le laissa partir et lui remit sa dette. Mais, en sortant, le serviteur trouva un de ses compagnons qui lui devait cent pièces d’argent. Il se jeta sur lui pour l’étrangler, en disant : ’Rembourse ta dette !’ Alors, tombant à ses pieds, son compagnon le suppliait : ’Prends patience envers moi, et je te rembourserai.’ Mais l’autre refusa et le fit jeter en prison jusqu’à ce qu’il ait remboursé. Ses compagnons, en voyant cela, furent profondément attristés et allèrent tout raconter à leur maître. Alors celui-ci le fit appeler et lui dit : ’Serviteur mauvais ! je t’avais remis toute cette dette parce que tu m’avais supplié. Ne devais-tu pas, à ton tour, avoir pitié de ton compagnon, comme moi-même j’avais eu pitié de toi ?’ Dans sa colère, son maître le livra aux bourreaux jusqu’à ce qu’il ait tout remboursé. C’est ainsi que mon Père du ciel vous traitera, si chacun de vous ne pardonne pas à son frère de tout son cœur. »

Prière d’introduction
O mon Jésus, je veux commencer cette journée rempli de l’Esprit Saint. Aide-moi à m’ouvrir à ses inspirations dans ma prière afin d’y découvrir ta volonté et d’être un instrument plus efficace pour ton Royaume.

Pétition
Seigneur, remplis-moi d’un grand esprit de pardon.

Réflexion

1. Miséricorde divine. Le plus grand attribut de notre Seigneur est sa miséricorde. Que ce soit sur la croix en accueillant le bon larron ou en guérissant un lépreux, le Seigneur ne tourne jamais le dos à un cœur humble et indigent. Le pardon est le signe distinctif du christianisme. C’est le trésor de notre foi. Chaque homme désire recevoir ce trésor, et le Christ est venu pour le donner à tous ceux qui le cherchent.

2. Disciples de la Miséricorde. Combien de fois essayons-nous, comme Pierre, de négocier notre devoir de pardonner avec le Seigneur ? La réponse du Christ est claire. Nous devons être compatissants sans limites. En tant que disciples de Jésus-Christ, nous sommes censés révéler sa personne et le trésor de sa miséricorde par notre comportement. Si nous renonçons à une occasion de pardonner, non seulement nous perdrons peut-être une âme mais nous nous éloignerons du Christ.

"Vous êtes les mains, les pieds, les yeux, l’esprit, le cœur du Christ. Vous êtes les canaux et les intermédiaires par lesquels Il va se communiquer à l’humanité. Par vous, Il fera sentir aux hommes combien Il les aime et combien Il souhaite être aimé par eux. Par vous, il va manifester ses œuvres de miséricorde"(Père Marcial Maciel, LC, le 23 mars, 1947).

3. Le fruit d’un cœur reconnaissant. Comme l’âme qui résiste à l’amour est malheureuse ! Le serviteur impitoyable est peu disposé à aimer parce qu’il s’est fermé à l’amour. Son maître montre de la compassion en le libérant de toutes ses dettes. Malheureusement, même cet acte généreux n’attendrit pas son cœur. Il refuse d’aimer parce que son cœur est centré sur son propre égocentrisme. Il n’y a pas d’amour parce qu’il n’y a pas de gratitude. Est-ce que je suis toujours disposé à partager le don du pardon que j’ai reçu ? Envers ai-je manqué de miséricorde ? Jésus-Christ veut que nous soyons des instruments de son amour. Le fruit d’une bonne confession est la compassion avec laquelle nous traitons les autres . Il doit y avoir un changement dans notre comportement. Une âme qui reconnaît les dons reçus désire les partager avec d’autres. « C’est ici mon commandement : Aimez-vous les uns les autres, comme je vous ai aimés. » (Jean 15,12)

Dialogue avec le Christ
Seigneur, je te supplie de remplir mon cœur de miséricorde. Apprends-moi à être généreux en aimant et en pardonnant mon prochain. Donne-moi ta grâce que je puisse imiter ta vie divine et montrer aux autres la puissance de ton amour.

RésolutionJe montrerai de la compassion aujourd’hui à une âme qui souffre.



Cette méditation a été écrite par



Accueil | Version Mobile | Faire un don | Contact | Qui sommes nous ? | Plan du site | Information légales