Catholic.net International English Espanol Deutsh Italiano Slovensko
 - 14 mai 2021 - Saint Matthias
Date : lundi 11 octobre 2004 | Lire l'Evangile dans son contexte
La m餩tation

 

Les méditations

Certains font plus avec moins

Saint Luc 11, 29-32

Comme la foule s’amassait, Jésus se mit à dire : « Cette génération est une génération mauvaise : elle demande un signe, mais en fait de signe il ne lui sera donné que celui de Jonas. Car Jonas a été un signe pour les habitants de Ninive ; il en sera de même avec le Fils de l’homme pour cette génération. Lors du Jugement, la reine de Saba se dressera en même temps que les hommes de cette génération, et elle les condamnera. En effet, elle est venue de l’extrémité du monde pour écouter la sagesse de Salomon, et il y a ici bien plus que Salomon. Lors du Jugement, les habitants de Ninive se lèveront en même temps que cette génération, et ils la condamneront ; en effet, ils se sont convertis en réponse à la proclamation faite par Jonas, et il y a ici bien plus que Jonas. »

Prière d’introduction
Père, accorde-moi la grâce de te connaître plus profondément. Ne me laisse pas voguer à travers la vie avec une spiritualité superficielle. Je t’aime de tout mon coeur et je te demande de bénir ce temps de prière.

Pétition Seigneur, aide-moi à ne pas gaspiller la moindre fraction de ta grâce précieuse. Je veux être un apôtre fidèle qui porte du fruit.

Points de réflexion

1. Jonas et Salomon : des instruments stellaires de Dieu ? Dans le passage d’aujourd’hui Jésus évoque Jonas et Salomon. Ni l’un ni l’autre ne seront jamais canonisés. Jonas était réservé et peu entrain à remplir sa mission prophétique. Salomon, à la fin de sa vie, a élevé des temples à d’autres dieux, pour faire plaisir à son harem. Cependant, étonnamment, à travers eux des personnes ont rencontré la grâce de Dieu. Les Ninivites, habitants de cette ville infâme du monde antique connu pour sa cruauté, se convertit après un jour de prêche de Jonas. Quant à Salomon, sa sagesse était légendaire parmi ses contemporains. Jésus demande au peuple, pourquoi, alors que certains ont écouté Jonas et Salomon, sont-ils si lents à accepter le message du Christ, alors qu’ils ont vu des centaines de miracles ?
La même chose se produit aujourd’hui. En dépit des trésors spirituels de l’Eglise catholique, nous rencontrons fréquemment beaucoup plus de ferveur en dehors de l’Eglise. Par exemple, prenons le cas des mormons. Ils envoient 60% de leurs jeunes faire un travail de missionnaire pendant deux ans. Leur denier du culte atteint un très haut niveau et leur taux de divorce est bas. Mais nous les catholiques nous avons du mal à convaincre nos jeunes d’aller à la messe, encore moins à donner deux ans de leur vie au service de l’Eglise. Beaucoup de nos établissements religieux souffrent financièrement faute de dons, et notre taux de divorce n’est pas meilleur que la moyenne nationale. En tant que catholiques engagés, nous avons besoin de ranimer notre enthousiasme et notre capacité à nous sacrifier pour l’Eglise.

2. Nous avons la vérité ! Nous sommes incroyablement bénis dans l’Eglise catholique. Nous avons la plénitude de la vérité ! Il ne nous manque rien. Nos âmes sont alimentées par le Corps et le Sang précieux de Jésus-Christ. Les Ecritures sacrées éclairent continuellement nos esprits. Nous avons une " une vaste cohorte de saints et de martyrs". Regardons tous les bons exemples que nous avons. Si on a un problème de pureté, on a sainte Maria Goretti pour nous rappeler la valeur de la chasteté. Si on manque de confiance en Dieu, on a sainte Thérèse de Lisieux pour nous prouver que même la tentation de l’athéisme ne peut enlever notre foi. Et le Magistère : quel cadeau ! La vérité n’est jamais loin.
Si nous appréciions ce que nous avons, nous avancerions beaucoup plus dans la vie spirituelle. Une fois on a demandé à Gandhi pourquoi il n’était pas chrétien ; il a répondu que si les chrétiens croyaient vraiment que Jésus était présent dans l’eucharistie, ils ne pourraient jamais quitter l’église. Oui, estimons ce que nous avons reçu. Donnons au Christ la consolation de voir de faire une bonne utilisation de toutes ses bénédictions.

3. Il ne s’agit pas seulement de notre propre vie spirituelle. Une personne qui a été vraiment touchée par le Christ ne se laisse pas aller à la routine et ne devient pas paresseux en ce qui concerne la foi. Cela ne lui viendrait jamais à l’idée de rater la messe le dimanche. En fait, il essaye d’y assister aussi souvent que possible. La Bible ne reste pas sur l’étagère à se couvrir de poussière ; il l’ouvre fréquemment pour nourrir son âme. Surtout, son amour pour le Seigneur est un feu contagieux dans son âme. Comme le pape Jean Paul II écrit dans Novo Millennio Inuente (40), "Cette passion ne manquera pas de susciter dans l’Église un nouvel esprit missionnaire, qui ne saurait être réservé à un groupe de « spécialistes » mais qui devra engager la responsabilité de tous les membres du peuple de Dieu. Celui qui a vraiment rencontré le Christ ne peut le garder pour lui-même, il doit l’annoncer. " Nous sommes bénis dans l’Eglise. Essayons de donner le meilleur de nous-mêmes, de sorte que tous les dons que nous avons reçus portent des fruits abondants. Ce serait une honte de répondre avec moins de générosité que les Ninivites !

Dialogue avec le Christ Seigneur, tu as été frustré quand les gens demandaient des signes sans ouvrir leurs coeurs à la signification de ta parole et de tes oeuvres. J’espère que je ne t’offenserai jamais avec une attitude têtue. Aide-moi à prendre réellement conscience des dons inestimables que tu m’as donnés pour me permettre de porter du fruit pour ton royaume. Je sais qu’avec ta grâce, je réussirai.

Résolution Je parlerai de ma foi à quelqu’un, de sorte qu’il puisse voir combien elle m’aide dans ma vie de tous les jours.



Cette méditation a été écrite par



Accueil | Version Mobile | Faire un don | Contact | Qui sommes nous ? | Plan du site | Information légales