Catholic.net International English Espanol Deutsh Italiano Slovensko
 - 28 juin 2022 - Saint Irénée
Date : vendredi 7 octobre 2005 | Lire l'Evangile dans son contexte
La m餩tation

 

Les méditations

Une langue de vipère

Saint Luc 11, 15-26

Comme Jésus avait expulsé un démon, certains se mirent à dire : « C’est par Béelzéboul, le chef des démons, qu’il expulse les démons. » D’autres, pour le mettre à l’épreuve, lui réclamaient un signe venant du ciel. Jésus, connaissant leurs intentions, leur dit : « Tout royaume divisé devient un désert, ses maisons s’écroulent les unes sur les autres. Si Satan, lui aussi, est divisé, comment son royaume tiendra-t-il ? Vous dites que c’est par Béelzéboul que j’expulse les démons. Et si c’est par Béelzéboul que moi, je les expulse, vos disciples, par qui les expulsent-ils ? C’est pourquoi ils seront eux-mêmes vos juges. Mais si c’est par le doigt de Dieu que j’expulse les démons, c’est donc que le règne de Dieu est survenu pour vous. Quand l’homme fort et bien armé garde son palais, tout ce qui lui appartient est en sécurité. Mais si un plus fort intervient et triomphe de lui, il lui enlève l’équipement de combat qui lui donnait confiance, et il distribue tout ce qu’il lui a pris. Celui qui n’est pas avec moi est contre moi ; celui qui ne rassemble pas avec moi disperse. Quand l’esprit mauvais est sorti d’un homme, il parcourt les terres desséchées en cherchant un lieu de repos. Et comme il n’en trouve pas, il se dit : ’Je vais retourner dans ma maison, d’où je suis sorti.’ En arrivant, il la trouve balayée et bien rangée. Alors, il s’en va, et il prend sept autres esprits encore plus mauvais que lui, ils y entrent, et ils s’y installent. Ainsi, l’état de cet homme est pire à la fin qu’au début. »

Prière d’introduction Seigneur Jésus, enseigne-moi à honorer et à respecter la bonne réputation de tous ceux que je rencontre. Aide-moi à me rendre compte du mal causé par la calomnie et la diffamation. Apprends-moi à me détacher de tout et de chacun qui me ferait commettre un péché si vil. Enseigne-moi, Seigneur, à cultiver un jugement charitable, croyant le bien que je vois et ignorant le mal dont j’entends parler.

Demande Seigneur, enseigne-moi à cultiver dans mon coeur la vertu de bien parler des autres, en taisant leurs défauts et mettant en évidence leurs qualités.

Points de réflexion

1. Détruire l’honneur d’autrui. Dans l’évangile d’aujourd’hui, Jésus-Christ est la proie de la calomnie. La calomnie consiste à dire quelque chose de faux avec l’intention de nuire à la réputation d’un autre. Les Pharisiens ont permis au péché de calomnie de gagner subtilement une place importante dans leurs vies en essayant d’ébranler la confiance et la fidélité des disciples de Jésus. Ils ont justifié leur péché et ils ont négligé l’honneur qu’ils devaient à la réputation et à la dignité personnelle de leur adversaire. Ayant souffert la calomnie et du faux témoignage lui-même, le Christ sait consoler ceux qui en souffrent. Le Christ pouvait se défendre de ces accusations, ce n’est pas le cas de tout le monde. Est-ce que je suis prompte à défendre celui dont on dit du mal ?

2. Une offense à la relation fondamentale de l’homme et de la parole donnée au Seigneur. " En blessant la relation de l’homme à la vérité et au prochain, le mensonge offense la relation fondatrice de l’homme et de sa parole au Seigneur. La gravité du mensonge se mesure selon la nature de la vérité qu’il déforme, selon les circonstances, les intentions de celui qui le commet, les préjudices subis par ceux qui en sont victimes. Si le mensonge, en soi, ne constitue qu’un péché véniel, il devient mortel quand il lèse gravement les vertus de justice et de charité."(CEC 2483-4). "Le mensonge (parce qu’il est une violation de la vertu de véracité), est une véritable violence faite à autrui. Il l’atteint dans sa capacité de connaître, qui est la condition de tout jugement et de toute décision. Il contient en germe la division des esprits et tous les maux qu’elle suscite. Le mensonge est funeste pour toute société ; il sape la confiance entre les hommes et déchire le tissu des relations sociales. "(CEC 2486). Dans notre société, que ce soit dans les mass media ou en politique, la calomnie est devenue banale. La calomnie est-elle présente sur mon lieu de travail ? Est-ce que je ne parle mal jamais des autres afin de sembler être bon ? Est-ce que je vois ici et dans d’autres passages de l’évangile combien ce péché était néfaste au ministère du Christ ?

3. Le devoir de la réparation. " Toute faute commise à l’égard de la justice et de la vérité appelle le devoir de réparation, même si son auteur a été pardonné. Lorsqu’il est impossible de réparer un tort publiquement, il faut le faire en secret ; si celui qui a subi un préjudice ne peut être directement dédommagé, il faut lui donner satisfaction moralement, au nom de la charité. Ce devoir de réparation concerne aussi bien les fautes commises à l’égard de la réputation d’autrui. Cette réparation, morale et parfois matérielle, doit s’apprécier à la mesure du dommage qui a été causé. Elle oblige en conscience. "(CEC 2487). Peut-être par le passé ai-je sali la réputation de quelqu’un par le bavardage ou par un jugement hâtif, seulement pour découvrir plus tard que j’avais commis une erreur ? À la lumière de l’évangile d’aujourd’hui, aurai-je le courage de redresser ce mal ? Ou est-ce que je continue à me justifier en le qualifiant d’une simple erreur ou en étant satisfait de le laisser passer, me disant que je n’en suis pas responsable ? Ai-je pensé que celui que j’ai offensé continue à souffrir sans recours à la justice que je pourrais rendre, si je voulais ? Est-ce que la réaction du Christ dans l’évangile à la calomnie et à la diffamation me pousse à faire amende honorable de mes offenses passées ?

Dialogue avec le Christ Seigneur, souvent je juge les pensées et les intentions des autres et je doute de leur bonne volonté. Ainsi, je suis souvent emmené à pécher contre la charité. L’Ecriture dit qu’ "aucun homme n’est arrivé à dompter sa langue " (Jaques 3,8). Pourtant, Seigneur, je sais qu’avec toi toutes choses sont possibles ! J’ai besoin de ta grâce pour juger de manière juste, et avec la charité et le respect qui sont dus à mes proches. Ne me laisse jamais me séparer de ton amour ; aide-moi à pratiquer et à vivre la charité particulièrement dans mes conversations.

Résolution Je cultiverai la vertu de bien parler des autres. Je tairai les défauts que je vois chez les autres et je ferai l’effort de trouver et de parler de leurs bonnes qualités.



Cette méditation a été écrite par



Accueil | Version Mobile | Faire un don | Contact | Qui sommes nous ? | Plan du site | Information légales